Télécharger la version PDF : 60Les_saints_prieurs__imposteurs_ou_mediateurs

Les saints prieurs

Certains chrétiens pensent que Christ accepte la médiation des esprits des saints. Avec telle croyance, ils font des prières curieuses : «Saint Faitout, je te supplie de prier pour moi et de m’apporter tout ce que je vais te demander…» ; «Saint Archange Miguel, je te prie de voir le Christ pour moi, j’ai besoin de protection…» ; «Sainte Vierge, s’il te plaît demande au Créateur de ne pas me faire rester longtemps au purgatoire…» ; «Saint Morphes, si tu veux, fais que je dorme bien, et que tous les jours j’aie à manger…»; «Sainte Donna, donne-moi ceci et puis tu me donneras cela…» ; etc. S’adressent-ils vraiment aux esprits des saints ? Les saints peuvent-ils accéder aux requêtes des vivants ?

Attribuer le titre de « saint » à un décédé est anti-scripturaire. En effet, le chrétien est saint parce qu’il est lavé par le sang précieux de Jésus-Christ. Tous les chrétiens du monde sont saints sur cette seule base. A ce sujet, la Parole de Dieu déclare : «A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen !» (AP 1:6-7). Nous faisons partie du royaume de Dieu et Christ nous a délivrés de nos péchés par son sang ! Nous sommes saints car sanctifiés par le sang de Christ.

Or si le péché est la seule barrière qui sépare l’homme du paradis, il n’est plus question de trembler et de divaguer dans la présence de Dieu car ce qui faisait l’éloignement entre l’homme et Dieu est le péché. En Christ, la question du péché est résolue et le chrétien a plein accès dans la présence du Père[1]. Alors pourquoi la médiation d’un ‘saint’ décédé ou même d’un ange ? Qui est celui qui accorde aux hommes l’autorisation d’invoquer des entités spirituelles autres que le Christ et le Père ? Tant qu’à prier, on peut dire toutes sortes de prières à des esprits inconnus !

Jésus-Christ a la plénitude de Dieu en Lui[2]. Jésus-Christ seul suffit au croyant ; du moment qu’Il déclare que tout ce que le chrétien Lui demandera, Il le fera[3]. Jésus est le seul médiateur entre Dieu et les hommes en sorte que tous ceux qui passent par des voies non bibliques pour atteindre le Dieu fidèle perdent des forces et du temps[4] ! Pire ils se mettent aux pieds des chaines dont ils n’ont aucune connaissance de la gravité. En effet, les esprits impurs sont parasites et parasiteront le malheureux qui les invoque. A moins de se repentir et de revenir au bon sens. L’ignorance est une excuse coupable pour le chrétien qui ne lit pas la Parole de Dieu.

En invoquant autre entité spirituelle que Christ ou le Père, l’on tombe dans l’idolâtrie, dans les mains des esprits freinateurs dont l’identité réelle est cachée à ceux qui les invoquent. Le Saint-Esprit ne coopère que dans l’invocation et l’adoration du Christ et du Père[5]. Ces autres esprits se prétendent ce qu’ils ne sont pas ; ils prétendent faire ce qu’ils ne sont pas capables de faire. C’est donc sortir du chemin que d’invoquer des êtres spirituels non conseillés dans la Parole de Dieu.

Les saints sont ceux qui aiment Dieu, qui ont reçu le pardon de leurs péchés par la repentance et la confession au Seigneur Jésus-Christ. Nous insistons que c’est le sang de Christ qui rend l’homme saint et rien d’autre. Nous sommes sanctifiés et déclarés saints après que le sang de Christ nous a lavés. Nous sommes saints de par notre participation à la racine divine qui est Christ. Etant baptisés, nous avons été baptisés dans sa mort et dans sa résurrection et si nous vivons, ce n’est plus nous qui vivons, mais c’est Christ qui vit en nous. Nous sommes lumière et déclarés saints parce que Dieu le Père nous a adoptés après nous avoir rachetés par la vie de son Fils. Il lui a plu de faire de nous Ses sacrificateurs par le sang de l’Agneau.

Tous les chrétiens nés en Jésus-Christ sont saints et la désignation préférentielle de quelques uns comme saints n’est pas juste. Pour remplir le critère, l’on doit se repentir de ses péchés, demander et recevoir l’Esprit de Dieu en soi. La désignation humaine peut de ce fait rencontrer la contestation divine car encore c’est Dieu qui sonde les cœurs et les reins ; Lui seul reconnaît ceux qui marchent devant Lui dans la sincérité et l’honnêteté. Lui seul discerne un cœur repentant et vrai. Etant sanctifiés par le sang du Fils de Dieu, nous devons prier les uns pour les autres ; mais quant à invoquer ceux déjà avancés dans la maison du Père, rien ne nous indique dans les Ecritures de leur parler. Serait-ce même nécessaire ? Christ notre Maître est Lui-même avec nous jusqu’à la fin du monde.

[Lire d'autres articles du même auteur]

[1] Rm 8.31-35 : «Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? Qui accusera les élus de Dieu ? C'est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! Qui nous séparera de l'amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée ? »

[2] Col 2.8-10 : «Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. »

[3] Jn 14.12-14 : «En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père ; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. » Mc 11.24-25 : «C'est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir. Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. »

[4] 1Tm 2.5-6 : Voir la note N° 103

[5] Jn 16.13-15 : «Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera. Tout ce que le Père a est à moi ; c'est pourquoi j'ai dit qu'il prend de ce qui est à moi, et qu'il vous l'annoncera. »