D_lire__illusions_et_r_alit_s

 

Extraits : 1016/5119 Mots

…Mais je restai, curieux de savoir comment finirait la scène. Il devait être 18h déjà et la nuit n’allait pas tarder.

Il fallait pourtant que je partisse. Aller où ? J’étais tiraillé par la pensée de fuir et la curiosité de voir jusqu’au bout.

Mais il fallait que je m’en allasse. Un bon chrétien n’avait pas à servir les idoles ou les fétiches. « Dis-donc, j’avais donc la capacité de juger encore ? Tout à l’heure, c’était la méditation transcendantale ; maintenant, c’est les fétiches et les idoles. L’une et l’autre voie conduisent hors de Christ, or je ne veux laisser Christ pour rien au monde. Le pasteur s’est levé contre moi avec les parents de Jamie. Les anciens se sont accordés avec eux pour m’embêter, mais le Christ lui-même ne m’a pas trahi… Pourquoi n’ai-je pas pris la Parole de Dieu avec moi ? En temps normal, je ne sortirais pas sans elle. Pourquoi donc la précipitation a-t-elle eu effet sur moi ? Je n’aurais pas dû quitter la maison… ». Raisonnai-je. Je fus pris de regrets et voulus rentrer.

Dès que je me levai, le danseur solitaire commença à jouer une sorte d’instrument en fer. Le bruit était monotone et sans grande variation et tout à coup, la piste sur laquelle je voulais m’engager livra une file d’autres hommes, tous sans vêtements, couverts de blanc au visage on dirait de la craie. Pourquoi ne portaient-ils pas d’habits ? Que venaient-ils faire ici ? Je me sentis pris au piège. Ils formèrent rapidement un cercle autour de moi. « Seigneur, qu’est-ce que je fais ici ? Pourquoi ai-je quitté la maison ? » ; criai-je.

L’inquiétude me gagna.

« J’aurai dû rester sage. Mais que puis-je faire ???? Où suis-je maintenant ? Et si je m’échappais, trouverais-je le chemin vers la maison ? » ; mes pensées couraient à présent.

Personne ne m’adressa la parole.

Le premier danseur et moi étions seuls au milieu. L’homme continuait sa danse. Les autres entonnèrent une chanson au rythme de la monotonie de leurs instruments. Ils chantaient dans une langue proche du bambana et je pouvais capter quelques mots :

― Nafigui to moloya ta fiou trin… trin… f’aka fag tewou… Je les interprétai comme voulant dire : « Le rapporteur ne connaît pas la honte,… le tuer est la solution… ».

Ils répétèrent les mêmes paroles indéfiniment. Immobile et ne sachant que faire, j’étais là au milieu, m’efforçant d’observer ce qui allait suivre. « Me tueront-ils ? Pourquoi ne suis-je pas parti plus tôt ? Et pourquoi même ai-je suivi cet homme dans ce lieu ? J’aurais dû retourner dès que je m’étais rendu compte de la présence du sang sur la pierre qui me signalait pourtant quelque rituel de féticheur…

Ah Seigneur ! L’église est si bien ! Pas de fétiches, pas besoin de blindage. Pas besoin de sacrifices car celui de Jésus est largement suffisant. Ah comme c’est bien mon Dieu d’appartenir à ta maison ! » ; constatai-je.

Deux hommes se détachèrent du cercle et se mirent rapidement à entasser du bois. Ils allumèrent aussitôt un feu à côté de la pierre du milieu. Et la danse qui jusque là était nonchalante prit une tournure frénétique. Je vis sortir deux tams-tams d’une case qui semblait être taillée sous la pierre, sorte de grotte artificielle. « Dieu tout puissant ! », commençai-je à balbutier, « Tu ne vas pas tout de même me laisser entre les mains de ces gens ! ».

 

Ah Seigneur ! L’église est si bien !

Pas de fétiches,

Pas besoin de blindage.

Pas besoin de sacrifices car celui de Jésus est largement suffisant.

 

J’avais à présent de la peine à penser. Je sentis les tremblements me saisir. « Et s’ils me tuent, qui le saura. Qui ira le rapporter à l’église. Qui ira informer Jack et mes collègues. » ; pensai-je craintivement. Autour de nous, la nuit s’était installée et j’étais convaincu que rester dans ce lieu jusqu’au matin serait fatal. Il fallait que je fisse quelque chose. Je devais trouver une solution. J’étais sorti pour la liberté et n’étais point préparé pour la mort. Je devais trouver un moyen de fuite.

A cause du feu et peut-être aussi de l’obscurité, le cercle s’était élargi et quelques espaces s’étaient faites dans le cercle, offrant la possibilité de s’enfuir. Je pris mon temps, me ressaisis et réappris à réfléchir, à concevoir un plan. Il fallait qu’il réussît d’un coup. Dans telle situation, manquer son essai serait grand risque. Fatigué, je m’assis. Le feu avait pris franchement et certains dans le cercle se mirent à s’amuser avec le feu !

« Mon Dieu, ça doit être des sorciers. Autrement, comment pourraient-ils marcher au dessus des braises ardentes, comment pourraient-ils enfoncer du bois rouge brûlant dans la bouche ? » ; évaluai-je inquiet.Je me sentis cette fois désolé pour moi-même. C’est comme si j’étais tout d’un coup persuadé qu’il était vraiment plus facile de pardonner et le pasteur et les parents de Jamie. Oui, leur pardonner était plus paisible que de finir comme ça, cuit et mangé par les sorciers et gratuitement en plus !

 

« Et si je mourais dans ce lieu, irai-je au ciel ? Aurai-je la vie éternelle ? ».

 

Mes pensées se remirent à courir. Il fallait faire vite. « Et si je mourais dans ce lieu, irai-je au ciel ? Aurai-je la vie éternelle ? ». Je ne sais si les réponses me venaient ou si je prenais mes agitations pour des réponses. Les réponses étaient constamment non.

La colère m’avait aveuglé. Elle avait poussé des racines d’amertumes et j’avais déliré – du moins me l’avait-on dit. « Que ferait Jésus dans ma situation ? Dieu enverrait-Il des anges pour Le délivrer ? Daniel fut délivré des lions, mais ceux-ci sont des hommes. Et nous sommes en pleine brousse. Crier serait inutile car en plus d’être un lieu isolé, ce lieu a l’air d’une alcôve naturelle, une sorte de creux de montagne dans lequel tout semble étouffé. Mais alors, Meschack et ses amis survécurent dans la fournaise ardente de Nebucanedstar ! Oui, mais ils avaient été persécutés pour leur obéissance à l’Eternel, le Dieu d’Israël. Il se trouve que mon cas est plutôt un cas de punition. Ne suis-je pas en train de récolter la colère et la rancune que j’ai cultivées ?

Fin de l'extrait

Cette nouvelle a été recomposée sous le titre "Délires d'Amoureux"

Lire pour lire la Fiche complète de Délires d'Amoureux

Lien pour lire la nouvelle complète en ligne

La télécharger gratuitement Délires d'Amoureux

Télécharger gratuitement la Version en Anglais: Love Delusions

Acheter la version imprimée