Télécharger version PDF : 25Temoignage_de_Megnanou_Bienvenu__ex_sorcier_vaudou

Temoignage de Megnanou, ex sorcier

Extraits:

/A l'école primaire, quand le maître préparait son devoir, je me transformais en mouche vers 1h ou 2h du matin pour aller voir les épreuves de la composition de passage. J'ai fait cela jusqu'au CM2. Ainsi, je réussissais facilement à l'école sans avoir besoin d'étudier. C'est de cette façon que j'ai réussi mon entrée en 6ème.

Au collège, j'envoûtais les professeurs en provoquant des maux de tête et des maux de ventre, lorsque j'obtenais des mauvaises notes – entendez par mauvaise note, 12/20. Une fois, le professeur a dû aller voir un marabout pour savoir la cause de son mal. Après consultation, celui-ci lui a dit qu'il a fait du mal à un de ses élèves.

Il a fait cette révélation parce que, comme vous le savez, marabouts, féticheurs, sorciers et autre communiquent par télépathie. Par la suite, les démons ont inspiré le professeur pour qu'il sache de qui il était question. Il est donc venu me voir pour me demander pardon. Et j'ai exigé qu'il rectifie ma note en me donnant 19/20. Vers 1 heure du matin, j'ai invoqué les esprits par des paroles incantatoires pour qu'il obtienne la guérison.

J'envoûtais aussi mes camarades de classe (ceux qui étaient les plus brillants) soit par des maux de tête chroniques, soit par des maux de ventre pour qu'ils ne fassent pas les devoirs./

 

 

Chapitre 1 : Cadre de vie

Environnement général

Pour connaître qui est vraiment MEGNANOU Bienvenu, il n'est pas superflu de faire une incursion dans son environnement géographique, social et cultuel. Notre auteur est originaire de Decamé (Decanmé de son vrai nom), au sud du Bénin, sur le littoral, à 55 km de Cotonou.

Le Bénin

La République du Bénin était, jusqu'au 26 octobre 1972, connue sous le nom de République du Dahomey. Son histoire remonte à Ghezo, roi du Dan-Homé (1818-1858) qui signa un traité en 1851 avec la France. Malgré ce traité, la France, après deux expéditions en 1890 et 1892-94 avec le général Dodds, occupe Dan-Homé et fait prisonnier le roi Béhanzin. Celui-ci est déporté en Algérie où il meurt en 1906. Le Dahomey devient colonie le 10 mars 1893, entre dans l'AOF en 1899 pour ne devenir indépendante qu'en 1960.

Ce pays, situé en Afrique Occidentale, a une frontière de 190 km avec le Niger, 270 km avec le Burkina Faso, 750 km avec le Nigeria, 620 km avec le Togo. Elle borde l'océan Atlantique sur 120 km de long. C'est dans ce pays que se trouve Ouidah.

Ouidah

Siège mondial du vaudou (vaudoun de son vrai nom), c'est là qu'en février 1993 fut célébrée pendant sept jours la fête internationale du vaudou. C'est de cette région, précisément de cette ville, que le vaudou fut répandu en Amérique (et partout dans le monde). Decamé se situe dans la sous-préfecture de Ouidah.

Decamé

Village de la sous-préfecture de Ouidah, siège mondial du Vaudou, Decamé est considéré comme le siège de la sorcellerie parmi les villages de la circonscription de Ouidah dont il est distant de 22 km. Le village est situé au bord d'une grande lagune de 15 km de large et 80 km de long.

II est aussi entouré d'une grande forêt divisée en deux parties dont la deuxième est réservée à l'agriculture, tandis que la première partie est réservée aux pratiques de la sorcellerie aux heures tardives.

C'est le lieu de rendez-vous de tous les sorciers du village et même de la région.

On y trouve de grands arbres (iroko, baobab, fromager) sur lesquels les sorciers installent tous leurs armements diaboliques. Quand ces arbres tombent à la faveur d'un vent violent ou d'une pluie, on retrouve dans leur tronc creux, des ustensiles de cuisine, des crânes humains, ...

Mais les sorciers plantent aussi des arbres dans le village qu'ils utilisent à leurs fins. On y retrouve les mêmes objets après la coupe. En effet, ces arbres sont habités par les sorciers.

Les morts sont enterrés dans les cases, les maisons ou dans les cours Jusqu'à aujourd'hui, le village n'a pas de cimetière. Dans les cours, les houes sont disposées sur les tombes.

Les gens dorment sur des tombeaux sans que cela les dérange outre mesure. Cette situation fait que les habitants du village sont constamment possédés, habités par l'esprit mort.

Le village de Decamé est divisé en trois quartiers :

  • Le premier quartier adore un fétiche fondé sur deux albinos : une femme et un homme, enterrés vivants dans un grand trou par les chefs dudit fétiche.

Ce fétiche assure la protection de ce quartier. II est considéré comme le soutien des cadres. Tout cadre qui parvient à trouver du travail par le biais de ce fétiche doit le remercier avec un mouton, de l'huile rouge, une bouteille de gin, deux litres de koutoukou (liqueur locale alcoolisée à plus de 80°) et au moins 50 000 FCFA. Ce fétiche réclame par an le sacrifice d'un enfant, un être humain !

  • Le deuxième quartier adore un autre fétiche fondé sur les 41 têtes d'hommes placées dans un grand trou. Il a pour nom zangbetô – Zangbetôh se décompose ainsi : Zan = nuit. Gbetôh = fétiche. C'est donc un fétiche de nuit.

Le jour de la cérémonie de danse et de miracles du Zangbetôh, le porteur du masque, suite à la prononciation de paroles incantatoires, se transforme soit en caïman, soit en poule et ses poussins ou autre. Par la suite il redevient un homme – Il participe à la promotion des cadres qui l'adorent. Mais ceux qui y ont recours finissent mal.

  • Le troisième quartier est lié à un fétiche bâti sur une femme en grossesse égorgée dans un grand trou. Ses adeptes se mettent en transe.

Le jour de la cérémonie, ils se livrent à des actes terribles. C'est une cérémonie où le sang est répandu en abondance : certains peuvent faire des entailles sur le corps avec un couteau. Ils peuvent se cogner la tête contre le mur, etc. Ce fétiche est censé aider les villageois et les cadres qui se confient à lui.

Decamé possède un autre fétiche dangereux qu'on appelle Hèviosso ou tonnerre. Il a pour rôle la destruction des voleurs. Lorsqu'un objet est volé et que les chefs dudit fétiche sont sollicités, ils implorent le tonnerre qui conduira au dévoilement du voleur.

Le fétiche agit au cours d'une grande pluie pour foudroyer – En dépit de l'existence de la foudre naturelle, on croit aussi, à Décamé comme ailleurs en Afrique, à la foudre surnaturelle – le coupable.

Après l'enterrement du voleur, le corps est déterré quel que soit son état de décomposition. Le chef du fétiche entaille le corps avec un couteau, prend la tête qu'il garde dans la maison du fétiche. Le jour de l'adoration du fétiche, il sort avec 16 crânes de ses victimes autour du rein. C'est son titre de gloire. C'est la preuve que son fétiche est puissant, qu'il a tué beaucoup de malfaiteurs. Ainsi, Satan donne sa caution en sanctionnant le coupable.

On le voit, le village de Bienvenu est victime d'une véritable possession démoniaque. L'auteur estime qu'à Décamé, les enfants, les jeunes, les cadres, sont à 90% plongés dans la sorcellerie.

Qu'en est-il de son environnement familial ?

Environnement familial : Les parents de Bienvenu

Arrière-grand-père paternel : C'était le plus grand sorcier de la région. Il est né sorcier, dans la première partie de la forêt. C'est lui qui a importé le fétiche de la famille, (le wloivaudou) d'une autre région du Bénin. Il injectait des maladies aux gens. Il pouvait se transformer en guêpe pour aller détruire un village entier en cas de litige entre deux villages, en inoculant un poison mortel par ses piqûres. Il est demeuré sorcier jusqu'à sa mort.

Grand-père paternel : II a succédé à son père dans les mêmes pratiques de sorcellerie. Dans l'armée, il se transformait en mouche sur le champ de bataille. Cela lui a valu d'être gradé.

Mais par la suite, il fut empoisonné par une de ses épouses. Il est mort sorcier.

Père : Megnanou Tchanon (Tchanon est un nom de fétiche) a fait sept ans de "couvent", sur l'initiative de son père, pour être initié à la sorcellerie en vue de devenir le chef des sorciers. Il lui fallait cela, bien qu'étant né sorcier. A sa sortie donc, il fut nommé chef féticheur de la famille. Il communiquait avec les démons. Notons que la famille avait une maison de fétiches qu'elle entretenait. C'est dans cette maison que se situe le couvent. Le fétiche de la famille, le wloivaudou, avait beaucoup d'adeptes.

Chaque trimestre, une jeune fille ou un jeune garçon est kidnappé – L'opération se fait à l'insu de la famille. Il s'ensuit souvent des plaintes – d'une des familles membres pour aller suivre une formation dans le couvent. Après trois ans, ces jeunes gens sortent et deviennent des adeptes du fétiche.

Le père de Bienvenu a dû livrer neuf de ses enfants (2 filles, 7 garçons au couvent. Il faut dire que ces enfants-là meurent de courte maladie. Du reste, lui-même est mort sorcier, des suites d'une courte maladie, le 26 mai 1996, après avoir refusé à plusieurs reprises d'accepter Jésus-Christ.

Arrière-grand-mère maternelle : Ce fut une grande sorcière. Elle tuait, et le jour de l'enterrement, elle venait compatir à la douleur de la famille éplorée. Elle est morte sorcière après avoir légué l'héritage à notre grand-mère.

Grand-mère maternelle : Sorcière elle aussi, adepte du fétiche du tonnerre (Hêviosso). Elle se livrait aux mêmes pratiques de sorcellerie que son mari. Elle est morte sorcière.

Il convient de noter que tous ces sorciers allaient à l'église !

Mère : Elle vit encore. Puisse Dieu la sauver !

Naissance et Initiation

Lorsque ma mère était enceinte de moi, elle fut confrontée à une situation difficile. Après les neuf mois habituels, elle ne m'accouchait toujours pas. C'est ainsi qu'elle est allée consulter un marabout. La réponse fut terrible : je devais être accouché après quatorze mois de grossesse, conformément à la volonté de mon arrière-grand-père qui était déjà mort. C'est ce qui se passa. Après les quatorze mois ma mère m'accoucha vers 1 heure du matin, sur la tombe de ce dernier. A mon accouchement, j'avais deux dents dans la bouche. Naître sur une tombe, permet, selon nos croyances, d'avoir la puissance du défunt. Aussi, d'après mes parents, devais-je hériter de ce grand-père en matière de puissance.

A l'âge de cinq ans. Je ne marchais pas encore. C'est à six ans que j'ai commencé à marcher. Je fus alors inscrit au CP1 (cours préparatoire première année).

Une nuit, mon père m'amena dans la forêt, entailla sa peau et la mienne, recueillit notre sang dans un même verre et nous bûmes les deux sangs mélangés. C'était le pacte du sang.

Quand il devait consulter un client, il attendait que je revienne de l'école avant de commencer le travail. Il a toujours tenu à ce que j'assiste à toutes les séances. C'est ainsi qu'il m'a initié aux différentes pratiques de la sorcellerie.

Elève et Sorcier

A l'école primaire, quand le maître préparait son devoir, je me transformais en mouche vers 1h ou 2h du matin pour aller voir les épreuves de la composition de passage. J'ai fait cela jusqu'au CM2. Ainsi, je réussissais facilement à l'école sans avoir besoin d'étudier. C'est de cette façon que j'ai réussi mon entrée en 6ème.

Au collège, j'envoûtais les professeurs en provoquant des maux de tête et des maux de ventre, lorsque j'obtenais des mauvaises notes – entendez par mauvaise note, 12/20. Une fois, le professeur a dû aller voir un marabout pour savoir la cause de son mal. Après consultation, celui-ci lui a dit qu'il a fait du mal à un de ses élèves.

Il a fait cette révélation parce que, comme vous le savez, marabouts, féticheurs, sorciers et autre communiquent par télépathie. Par la suite, les démons ont inspiré le professeur pour qu'il sache de qui il était question. Il est donc venu me voir pour me demander pardon. Et j'ai exigé qu'il rectifie ma note en me donnant 19/20. Vers 1 heure du matin, j'ai invoqué les esprits par des paroles incantatoires pour qu'il obtienne la guérison.

J'envoûtais aussi mes camarades de classe (ceux qui étaient les plus brillants) soit par des maux de tête chroniques, soit par des maux de ventre pour qu'ils ne fassent pas les devoirs.

Cela se passe dans les établissements scolaires, à l'université, à l'insu des enseignants, de plusieurs étudiants et élèves. C'est une des causes des échecs scolaires.

En ce temps-là, le Bénin était secoué par des remous politiques qui  retentissaient sur l'école.

Les élèves n'avançaient pas régulièrement. Aussi, décidai-je de rejoindre mon père qui était déjà installé en Côte d'Ivoire.

Chapitre 2 : Installation, Equipement et consultations

Quelques moments après être arrivé en Côte d'Ivoire, je fus logé par une personnalité de ce pays (directeur de cabinet d'un ministre) dans la commune d'Abobo. Il m'avait logé dans une grande villa parce que j'étais son protecteur. Plus tard, mon locataire deviendra ministre, par mes soins. Mais pas pour bien longtemps. Car, comme nous le verrons plus loin, la puissance de Satan ne va pas loin. C'est pour cette raison que parmi les autorités qui ont bénéficié de mes soins, plusieurs sont décédées, d'autres sont paralysées ou malades.

Dans mes bagages, j'avais tout un arsenal de fétiches. Par mon pouvoir, j'ai traversé les trois frontières : Bénin – Togo, Togo – Ghana, Ghana – Côte d'Ivoire sans me faire fouiller une seule fois par les forces de l'ordre.

Mon équipement initial

1) Mâchoire d'homme et tessons de bouteilles

J'avais un fétiche composé de mâchoire d'homme, des tessons de bouteilles avec un autre élément écrasé et un morceau de pagne qui a servi à fermer la bouche d'un cadavre. Ce fétiche me permettait d'éliminer des hommes à distance. Avec ce fétiche, quelle que soit la fonction qu'occupait mon client, il pouvait être envoyé en mission ou en stage. S'il y a des gens qui lui en voulaient, il suffisait qu'il vienne me voir pour que je mette fin à leur existence.

Ce fétiche s'applique  aussi aux jaloux qui me remettaient le nom d'une personne à éliminer.

Avec mon fétiche, je me mettais torse nu vers 1 heure du matin, je faisais des incantations en invoquant le nom du jaloux ou de la personne à éliminer, puis, je l'attachais avec le morceau de pagne. Une fois que je tirais sur le pagne, peu importe le lieu où il se trouvait : en Europe, en Asie ou en Amérique, je pouvais l'atteindre.

Sept gouttes de sang tombaient dans ma paume, preuve que le coup a réussi. Le matin, à son réveil, la victime commençait à sentir des brûlures dans son corps, comme s'il était lacéré par des débris de bouteilles. Quand elle essayait de se déplacer, elle sentait des piqûres dans son corps. La maladie étant due au fétiche, la médecine moderne, malgré ses prouesses, n'arrivera jamais à en déceler la cause. La victime en mourra une semaine après.

2) Tête d'homme et cadenas

Ce fétiche avait pour fonction de rendre les femmes stériles. Celles-ci pouvaient faire leur menstruation deux fois dans le même mois ou avoir des maux de ventre terribles à tout moment. Cela est souvent dû à la rivalité dans les foyers polygames. Celle qui venait vers moi, avait souvent le désir de se faire aimer par leur époux commun et de mettre l'autre sous l'éteignoir. Je lui demandais un sous-vêtement de la coépouse pour faire ce travail. C'est pour cette raison que des femmes perdent leurs sous-corps d'une manière étonnante et que par la suite elles ont des menstruations douloureuses.

Ce même fétiche peut provoquer l'épilepsie chez certaines victimes. Suite aux incantations, j'invoquais le nom de la personne visée sur ce fétiche et je fermais le cadenas. Elle était alors automatiquement atteinte. Le matin, tandis qu'elle se préparait à aller à la douche, elle s'écroulait toute seule et s'assoupissait. A son réveil, du crachat sortait de sa bouche.

3) Pied et cadenas

II avait pour fonction de paralyser la victime. Le plus souvent, ce sont les jalousies dans les services et les sociétés qui entraînent cela. Certaines personnes enviant la position supérieure de leur chef hiérarchique venaient me consulter pour les détruire. Et lorsque des invocations étaient faites à partir de ce fétiche, la personne visée dans l'entreprise se retrouvait paralysée.

Ce peut être un chef comptable qui cherchait ainsi à devenir directeur financier. Si une telle personne venait me voir, je paralysais le directeur financier à l'aide de ce fétiche, et mon client prenait sa place.

4) Canari composé de sang humain, d'eau, d'ordures de poubelles

Ce fétiche terrible rendait fou. Quand on venait me voir avec le simple nom d'une personne, vers 1 heure du matin, je me mettais torse nu, j'allais vers le canari et je prononçais le nom de cette personne, accompagné de paroles incantatoires. Je voyais alors son image dans le canari et je prononçais d'autres paroles incantatoires.

Le lendemain, elle se déshabillait et se mettait dans la rue. Il pouvait lui arriver de fouiller dans les poubelles et de manger ses propres excréments. C'est ce que je disais sur son nom qui l'amenait à agir ainsi.

5) Cœur d'homme

Le fétiche "cœur d'homme" avait pour propriété de rendre aveugle. Il se compose d'un cœur d'homme. Mon ‘cœur d'homme’, je l'avais trouvé au Nigeria. Mais même à Treichville (Treichville est une des dix communes d'Abidjan), dans les années 77-78, dans les baraques qui étaient situées à l'emplacement actuel de la SOTRA (Société de Transport Abidjanais), il y avait un trafic d'organes humains. Satan utilise les organes humains pour faire des fétiches puissants.

Ce ‘cœur d'homme’, je le mettais au feu, accompagné de petits piments qui piquent fort et de paroles incantatoires jusqu'à ce qu'il se carbonise. J'en faisais une poudre. Lorsqu'un client m'envoyait la photo d'une personne indésirable, je grattais les yeux de cette personne avec une aiguille et j'y mettais la poudre. A son réveil, elle devenait aveugle. On voit des gens qui ont les yeux ouverts mais qui ne voient pas. La sorcellerie y est souvent pour quelque chose. J'ai eu à détruire beaucoup de gens. On venait louer mes services depuis l'intérieur du pays pour aller faire du mal.

6) Boîte d'allumettes avec cadenas

Ce fétiche, accompagné de paroles incantatoires, servait à brûler les plantations, surtout de café et de cacao. Poussé par la jalousie, on venait me consulter pour faire du mal aux autres.

Quand un jaloux venait me voir avec tout ce qu'il faut, j'allais dans le champ de son adversaire, je creusais un trou dans lequel je mettais une bûchette d'allumettes. Avec le cadenas, j'empêchais le propriétaire, par des procédés mystiques, de venir au champ, et vers midi, le champ prenait feu.

J'ai été à l'origine de plusieurs feux de brousse. J'ai "aidé" pas mal de planteurs dans ce domaine.

7) Fétiche composé de dix doigts emballés dans du percale rouge

Ce fétiche avait la propriété d'entraîner la mort dans les villages. Il m'a permis de répondre aux sollicitations de plusieurs personnes dans la région Attié (sud de la Côte d'Ivoire). Certains commerçants et vendeurs de boissons venaient solliciter mes services dans ce sens, car ils avaient constaté que leur commerce prospérait pendant les funérailles. Notre contrat stipulait que j'empoche la moitié des bénéfices qu'ils réalisaient lors des funérailles.

Dans un village de Côte d'Ivoire, il a fallu que les habitants aillent consulter un autre féticheur, pour leur révéler l'existence d'un fétiche enterré dans leur village, et qu'il le fasse déterrer pour que s'arrête l'hécatombe.

Ce fétiche, je l'ai enterré dans plusieurs autres villages à l'ouest, à l'est etc. Les gens venaient me louer de partout.

8) Fétiche composé de canari contenant du sang humain, de boissons fortes et de cigarette

Ce fétiche a détruit la vie de plusieurs jeunes et hauts cadres. Lorsque le nom d'une jeune fille était invoqué sur ce fétiche, accompagné de paroles incantatoires, elle devenait frigide et pouvait se livrer à plus de dix hommes sans être satisfaite. Avec ce même fétiche, j'amenais les jeunes à s'adonner à l'alcool et à la drogue.

Quant aux hauts cadres visés, ils pouvaient gagner 800 000 francs, 1 000 000 de francs, mais dès qu'ils touchaient leur argent, ils le dilapidaient entièrement. Ce fétiche les empêchait de réaliser leurs projets, les poussant à se livrer à l'alcool. Malgré leur salaire ils devenaient médiocres, incapables de construire la moindre maison au village. C'est comme ça que je détruisais la vie des hauts cadres. Je le faisais bien sûr à la demande de mes clients.

9) Fétiche combiné de téléphone

II servait à détruire la vie des gens, des foyers. Une fois que j'obtenais le numéro de téléphone de la personne à laquelle je devais nuire, je l'appelais avec mon combiné non raccordé mais couvert de sang humain. Dès qu'elle décrochait, je prononçais des paroles incantatoires, par la suite, elle faisait une forte fièvre et mort s'ensuivait. Ce, quel que soit le lieu où elle se trouvait.

Consultation

Avant la consultation, j'avais une boisson dans une bouteille contenant un fétiche : langue d'homme emballée dans du percale rouge cousu avec des cauris. Cela avait la forme d'un coup de poing. Ces éléments sont introduits dans la bouteille par le bas à partir de paroles incantatoires : la bouteille s'est ouverte suite à certaines paroles que j'ai prononcées, puis elle s'est refermée suite à d'autres paroles.

Lorsque je donnais cette boisson aux clients, ils étaient envoûtés. Ils pouvaient croire désormais n'importe quoi de moi et exécuter tout ce que je leur ordonnais. Tous les clients qui me consultaient étaient liés à moi pour de bon, en raison de cet envoûtement. J'avais autorité sur leur vie. Il en est ainsi de tous les marabouts occultistes que j'ai connus.

Les frais de consultation étaient fixés à 660 FCFA plus un litre de koutoukou. A l'instar de plusieurs sorciers, j'utilisais comme boissons, le Gin Royal et le Rhum Mangoustan.

Les consultations se faisaient avec quatre cauris auxquels le client parlait avant de les déposer par terre. Les démons m'inspiraient ensuite les préoccupations du client.

Toutefois, au cours de la consultation, ce que je disais n'était pas toujours vrai, mais l'esprit du client était contrôlé par la boisson prise en début de séance ; il était envoûté. Aussi, était-il à ma merci. Il pouvait même s'endetter pour satisfaire à mes exigences.

Interdits alimentaires

Ce que je faisais subir à certains de mes clients était parfois terrible. A certains, je prescrivais de ne pas manger du mouton, du poulet, du manioc, pour ne citer que cela. A d'autres, il était interdit de respirer en soulevant le canari qui contenait leur fétiche. S'ils respirent, leur disais-je, le fétiche n'a plus de valeur.

En conséquence ils devaient acquérir un autre canari, et cela faisait l'affaire du féticheur. Vous vous imaginez des hauts cadres, des directeurs de société qui sont manipulés par le féticheur à tel point qu'il leur dit de ne pas respirer en faisant tel ou tel médicament ou alors de mettre le canari sur leur tête et de faire sept fois le tour de leur chambre avant de se laver avec... Quelle torture ! Des directeurs, des hauts cadres avec des canaris sur la tête !

Figurez-vous que beaucoup sont en train de vivre ces choses en ce moment et vous comprendrez à quel point ils ont besoin de Jésus-Christ pour être délivrés. Vous les voyez dans de grosses Mercedes, mais une fois chez les féticheurs ils deviennent des moins que rien. On les déshabille sans autre forme de procès. Voilà ce que c'est que de ne pas avoir Jésus-Christ dans sa vie. L'homme sans Jésus-Christ, est vraiment un esclave.

Au contraire, la Parole de Dieu nous dit de manger de tout ce qui est sur le marché. Avec Jésus, pas de contrainte. Ce qu'il nous défend de faire c'est de vivre dans l'adultère, dans l'impudicité. C’est-à-dire d'entretenir des relations intimes avec telle ou telle personne alors qu'on n'est pas marié. En somme, ce qu'il nous défend de faire, c'est de pécher.

La sorcellerie embrasse tous les domaines de la vie, soit pour nuire, soit pour restaurer, pour envoûter ou pour désenvoûter.

Dans un cas ou dans un autre, la sorcellerie en général cherche à rendre service à un individu ou un groupe d'individus généralement minoritaire contre un autre individu ou groupe d'individus. Pour voir clair dans ce vaste champ d'activités de Megnanou nous le subdiviserons en trois domaines qui parfois se chevauchent : santé, envoûtements, promotion sociale.

Chapitre 3 : Le Ministre de Satan et la Santé

Blocage de grossesse

J'avais un fétiche composé, de reins d'une femme, d'un cadenas et d'un autre élément. Avec ce fétiche, je bloquais la grossesse dans le ventre des femmes jusqu'à 15 mois par les incantations que je faisais. La femme ainsi visée ne pouvait pas accoucher. Il suffisait pour cela que sa rivale vienne me voir avec un de ses sous-vêtements et un bout de son pagne pour que je bloque sa grossesse. Si on l'opère, on  se rend compte que l'enfant est mort dans son ventre, pire, elle ne s'en sort pas. Telle est l'œuvre des sorciers.

Avortements

Il faut le dire, ne sont pas l'apanage des seuls médecins et autres sages-femmes. Les sorciers féticheurs le font aussi. En ce qui me concerne, l'avortement pour une grossesse d'un mois, était un jeu d'enfant. On n'avait qu'à m'apporter une bouteille de gin, 20 000 F plus un poulet que je confiais au fétiche. Je remettais au client un médicament composé du vin de marque Valpierre – préalablement réchauffé avec la poudre d'un certain arbre. Je donnais tous ces éléments sous forme de breuvage à la femme enceinte ; elle le buvait.

Le lendemain, elle faisait de la fièvre et au bout d'une heure à trois heures de temps, l'avortement était fait. Ses menstruations reprenaient sur-le-champ. Les avortements de grossesse d'un à deux mois étaient aussi simples que cela. A partir de trois à six mois, c'était plus compliqué, le fœtus ayant pris déjà la forme d'un enfant dans le ventre de sa mère. Il faut donc des paroles incantatoires pour détruire cet enfant, pour qu'il se liquéfie. Pour ce faire, on m'apportait une bouteille de gin, de l'huile rouée plus 50 000 F, car cela représente un grand travail, un travail suite auquel il fallait rendre compte aux esprits au cimetière.

Après avoir reçu ces éléments, je donnais le médicament composé de vin de marque Valpière préalablement réchauffé avec l'écorce d'iroko réduite en poudre. Quand la femme buvait ce médicament, elle ne sentait rien les premiers jours, mais le septième jour, elle avait des douleurs au ventre, des douleurs si fortes qu'elle ne pouvait s'empêcher de venir me voir. Je la mettais alors à environ 10 mètres de mes fétiches tandis que moi-même j'étais à côté d'eux. Je prononçais  des paroles incantatoires. Un liquide sortait alors de son ventre par les voies naturelles pendant une heure de temps, preuve que le fœtus a été entièrement broyé grâce aux paroles incantatoires. C'est ainsi que je faisais les avortements.

Aujourd'hui, j'en appelle à toutes ces femmes qui continuent de tuer, à travers les avortements afin qu'elles se ressaisissent car elles ont un compte à rendre à Dieu. Je leur rappelle qu'elles sont en ce moment sous l'emprise des démons. Il vous faut Jésus-Christ pour comprendre la gravité des crimes que vous commettez.

Je te le déclare à toi élève, s'il t'est arrivé de pécher avec un jeune homme, qu'il s'en est suivi une grossesse et que par la suite, tu veuilles avorter et tuer l'enfant, renonce à cette idée et laisse la grossesse suivre son cours normal. Car sinon, pour l'enfant que lu auras ainsi tué, au jour du jugement, Dieu te demandera des comptes.

Je lance aussi un appel aux docteurs, aux sages-femmes qui prétendent aider les gens améliorer leur situation, mais qui en fait vivent des avortements. Ce que vous faites, n'est rien d'autre que de la sorcellerie. En effet, c'est Satan qui vous inspire tout cela.

Oui, ces docteurs et ces sages-femmes sont des sorciers, car celui qui tue fait de la sorcellerie. Sachez-le, vous rendrez des comptes pour ces enfants que vous avez tués, à moins que vous acceptiez Jésus-Christ et qu'il vous délivre de ces pratiques sataniques. Moi, je me suis livré à ces pratiques. Il m'est arrivé, à deux reprises, de procéder à des avortements alors que la jeune fille avait une grossesse de six mois, ce qui la mettait en danger de mort. Il a fallu alors que je redouble d'efforts avec des paroles incantatoires pour éviter d'avoir des problèmes. J'aurais pu peut-être me retrouver devant la justice sans parler de la justice de Dieu qui est plus terrible encore que celle des hommes.

Boules dans le ventre

Des femmes souffrent assez souvent de douleurs de ventre qui sont causées par la sorcellerie.

En ce qui me concerne, j'avais une bouteille contenant du sang humain et 20 grammes de rognon. Des paroles incantatoires prononcées sur cette bouteille, avec le nom de la victime, entraînaient la maladie. Le plus souvent, ces femmes subissaient une intervention chirurgicale suite à laquelle elles avaient un accès palustre. Elles y succombaient.

Par ce même procédé, j'envoûtais les femmes et cela leur donnait une boule dans le ventre. Le gynécologue découvre parfois une boule dans le ventre de certaines femmes stériles. Cela peut être le fait de la sorcellerie.

Je lance donc un appel aux femmes qui ont une boule d'origine suspecte dans le ventre : c'est un envoûtement terrible de la sorcellerie. Dieu ne nous a pas mis au monde pour nous voir souffrir de la maladie. Celle-ci vient de Satan, du Malin. Vous avez donc besoin de Jésus-Christ. C'est lui la solution idéale à ce problème.

Ventre ballonné (garçons en grossesse !)

Quand, poussé par la jalousie, on venait me voir pour détruire la vie de quelqu'un et qu'on me donnait son nom, j'avais aussi un fétiche composé d'un cadenas et d'une tête de porc avec lequel je pouvais ballonner le ventre d'un homme. Alors, il ne faisait que maigrir. Et cela était possible grâce à des incantations que je faisais vers 1 heure du matin. Je précise que cette heure est la meilleure pour les sorciers, car ils  entrent facilement en contact avec les esprits.

Pour ce faire, je me mettais nu et j'enfermais cette personne dans ce cadenas. Au bout d'un mois ou deux,  la victime commençait à avoir des nausées bizarres. Après trois à quatre mois, cet homme ira voir le docteur car son ventre se ballonnera de jour en jour. Les examens ne révéleront rien. Tout est en ordre, mais il maigrit. C'est le signe qu'il a été envoûté. Malgré les soins qu'il peut recevoir de la part des médecins, ceux-ci n'arriveront jamais à déceler le mal.

Au bout de cinq ou six mois, le docteur se verra dans l'obligation de l'opérer. Quand il fera l'opération, il trouvera cette tête de porc dans son ventre et mort s'ensuivra. J'étais à la base de ces choses.

Par la sorcellerie, je suçais le sang du corps des gens de sorte qu'ils étaient toujours malades, le ventre ballonné. Ce sont des éternels anémiés. D'autres sont en forme à vue d'œil, mais sont gravement malades du fait de la sorcellerie.

Epilepsie

J'avais un fétiche dans un canari, composé de bave de chien mélangée avec un certain liquide.

Avec ces éléments accompagnés de paroles incantatoires, j'envoûtais les jeunes gens et les frappais d'une épilepsie incurable dont seul Jésus-Christ peut les guérir.

Par la sorcellerie, j'envoûtais les femmes pour qu'elles aient le cancer du sein. Cela avait pour conséquence, l'ablation d'un sein ou même des deux seins, ce qui ne fait que retarder l'échéance.

Décès dans les centres de santé

Après avoir rendu la personne malade : cadre, élève, étudiant,... ruinant ainsi, par cette maladie, la famille et/ou la société où le cadre travaille, les sorciers se chargent d'empêcher sa guérison, de le tuer et même de l'accompagner jusqu'au cimetière. Les sorciers empêchent le sérum placé sur le malade de pénétrer dans son corps. Quand le docteur ou l'infirmier place le sérum, ils viennent le bloquer pour que le médicament ne pénètre pas dans le corps du malade. Certes, les gouttes descendent dans le  tuyau, mais le malade ne reçoit rien dans le corps. En fait, les sorciers sucent ces gouttes du corps du malade. Les docteurs ont beau lui mettre sérum sur sérum, rien ne pénètre en lui ou plutôt cela est sans effet. J'ai pratiqué ces choses : je me transformais en mouche pour me retrouver dans les salles d'hospitalisation.

Quand le docteur ou l'infirmier s'évertuait à soigner le malade pour sa guérison, je le troublais pour l'empêcher de bien diagnostiquer le mal. Il se demandait pourquoi le sérum n'a aucun effet. Il ne pouvait pas s'imaginer que les gouttes de sérum ne pénètrent pas dans le corps du malade.

Les sorciers peuvent rendre un individu malade de telle sorte que s'il va voir un guérisseur-féticheur, il lui fasse croire qu'il l'a guéri. En fait, ce dernier va le ruiner, car quelques mois ou quelques années plus tard, la même maladie refera surface, doublée d'une autre maladie encore. Si les docteurs se débattent pour trouver le médicament et guérissent le mal, les sorciers engendreront encore une autre maladie. Ainsi, ils créent des soucis aux docteurs en leur cachant la maladie et font dépenser la société ou la famille avant d'en finir avec leur victime.

Quand, à la suite de leurs sales besognes, le malade succombe, les sorciers exigent de faire la levée du corps les jeudis ou vendredis et l'enterrement les samedis. Cela leur permet de rendre compte à Satan chaque vendredi nuit à partir de 1h jusqu'à 3h00 du matin dans les forêts sacrées ou dans les cimetières ou encore au bord de la mer. C'est pour cela que le plus souvent, les enterrements se font les samedis.

Guérison des femmes stériles et ses conséquences

Dans mes consultations, il y a des couples qui venaient me voir, pour cause de stérilité. Bien souvent, la stérilité est due à la  sorcellerie. Les sorciers "attachent" le ventre des femmes ou rendent l'homme impuissant. Ils vous rendent ainsi incapables d'avoir des enfants. Moi, je guérissais ce mal non sans conséquences, car le premier enfant que mes clients faisaient était voué aux démons.

Lorsqu'ils venaient me voir je leur énumérais des éléments que moi- même je me chargeais de leur fournir pour leur taire le travail contre paiement bien sûr, plus une somme de 50 000 F.

Après un à deux mois, la femme tombait enceinte. Mais avant qu'elle ne tombe en grossesse, je devais aller les laver, elle et son mari au bord d'un cours d'eau tel que la Tanoé ou la Bia à Aboisso, ou encore le N'zi vers Tiassalé. J'ai séjourné à Aboisso. J'y ai ainsi lavé plusieurs couples. Même après avoir quitté cette localité, les gens venaient louer mes services. J'allais donc les laver pour qu'ils puissent avoir un enfant. En fait, le lieu de purification dépendait de ce que le fétiche disait suite à la consultation.

Aussi, m'arrivait-il d'aller laver certaines personnes dans la forêt de leur village. Ainsi, ils assuraient mon déplacement dans leur village. Généralement on sacrifiait un mouton dont le sang, mélangé à des feuilles, servait à laver le couple. Je leur donnais aussi des médicaments qu'ils devaient aller boire, elle et son mari (quand la femme est lavée seule). Après un à deux mois, la femme concevait et accouchait normalement. Cet enfant est alors voue aux démons.

De deux choses l'une : ou bien sa vie sera régulièrement influencée par les démons. Il mènera une vie de malédiction. Il tombera souvent malade ce qui amènera les parents à dépenser de fortes sommes d'argent, devenant ainsi un réel problème pour ses parents. Ou alors, il sera en bonne santé, il ira à l'école, mais sa vie sera une vie de malédiction. Mais si les parents acceptent Jésus-Christ, il les débarrassera de tout problème et les sauvera. C'est cette mission qu'il a confiée aux églises, celle de chasser les démons. Le démon qui provoque la stérilité est un démon coriace qu'il faut chasser au nom de Jésus-Christ.

Les guérisseurs, féticheurs, sorciers et autres professeurs (certains sorciers se donnent ce titre ronflant) prétendent pouvoir guérir la stérilité. Ils la guérissent effectivement, mais l'enfant issu de cette guérison n'a pas une vie heureuse, la vie de cet enfant est menacée et émaillée de nombreux problèmes dus aux sorciers. Mais un enfant que Dieu donne n'est jamais sujet à autant de problèmes, car la bénédiction de Dieu n'est jamais accompagnée de chagrin mais de joie, de bonheur et de paix dans le foyer et tout autour du foyer.

C'est donc ainsi que j'aidais les gens à avoir des enfants à problèmes, car je les amenais à signer un pacte avec Satan en lui sacrifiant leur vie pour avoir un entant.

Aujourd'hui, je vous exhorte à ne pas aller chez les féticheurs-guérisseurs pour avoir un enfant. En Jésus-Christ, il y a tout. Car une fois qu’on lui ouvre son cœur on a tout. Certes, on n’accepte pas Jésus-Christ pour un gain quelconque. Non, mais il a dit dans sa parole de rechercher d'abord le Royaume et la justice de Dieu et le reste sera donné de surcroît. Aussi, est-il vrai que quand on accepte sa parole et qu’on la met en pratique, on est inondé de bénédictions.

Il faut dire aussi que je guérissais des maladies telles que l'épilepsie, les règles douloureuses, la folie, le rhumatisme et la paralysie. Signalons là encore, que la guérison n'est pas totale, car le paralytique sent encore des douleurs au niveau des jambes. Les guérisons qu'opère Satan sont le plus souvent incomplètes.

Chapitre 4 : Envoutements

Différents types d'envoutements

L'envoûtement est un mauvais sort lancé par les sorciers contre un individu sous forme de maladie, d'échec ou de quelque chose de négatif dont il ne peut se débarrasser qu'au terme d'une lutte spirituelle plus ou moins intense.

Envoûtement pour pisser au lit

Avec une bouteille remplie d'urine de bœuf et du sang humain frotté sur la bouteille, j'envoûtais les jeunes gens et les amenais à uriner la nuit.

Envoûtement conduisant à la pendaison

A l'aide d'une corde enlevée du cou d'un mouton qu'on venait d'acheter je pouvais conduire une personne à la pendaison. Quand on venait me voir pour détruire la vie d'une personne, il suffisait de prendre un de mes canaris et d'y invoquer le nom de la victime. Dès que son image apparaissait, j'y plongeais la corde pour lui serrer le cou. Quelque temps après, la victime pouvait se pendre.

Envoûtement conduisant à la noyade

J'avais un canari rempli d'eau de mer et de rivière, mélangée avec du sang humain. Ce mélange a l'effet d'une bombe. Quand j'invoquais le nom de la victime, l'envoûtement se mettait en marche. Cela donnait à la personne visée l'envie d'aller à la plage ou de se baigner dans un fleuve. Dès qu'elle cédait à cette envie, son arrêt de mort était signé. Elle se noyait.

On la retrouvait quelques jours plus tard. Même dans sa propre piscine à la maison, elle peut se noyer, ses enfants aussi. Tout cela est l'œuvre des sorciers. En ce qui me concerne, je l'ai pratiqué à maintes reprises, par la puissance que me conférait Satan.

Envoûtement pour aimer

Les maîtresses

J'ai aidé des femmes qui n'ont jamais fait l'école à devenir des maîtresses de grandes personnalités (les grotos comme on les appelle en Côte d'Ivoire). Elles possédaient ces hommes qui abandonnaient même leur foyer en détresse. J'étais donc à la base de ces choses.

Mais comment cela se passait-il ?

Je demandais à la femme de me communiquer le nom du monsieur, de m'apporter un certain nombre d'éléments de son corps à elle, avec en plus des impuretés comme le coton bien trempé du sang de ses règles, un peu d'eau qui a servi à laver un cadavre et un autre élément encore. Tous ces éléments réunis, je les mettais dans un canari que je portais à ébullition, accompagnés de paroles incantatoires en citant le nom du monsieur jusqu'à ce que cela se carbonise. Puis, je demandais à mes disciples (deux jeunes Gouros originaires de Zuénoula. ville du centre ouest de la Côte d'Ivoire) d'écraser ce résidu.

La poudre recueillie dans une petite bouteille sera remise à la cliente qui devait en assaisonner le plat préféré de l'homme à conquérir. Voyez comment Satan maltraite les riches qui ne connaissent pas Dieu ! Mais attention, elle ne devra pas manger de ce plat. C'est uniquement le monsieur qui devra en manger. Si elle en mange, le médicament échoue. Une fois ce plat consommé par l'homme, il est envoûté et est à la merci de ma cliente et la suit comme un mouton. C'est ainsi que l'on voit des grands types délaisser leur famille. Il y en a même qui ouvrent des comptes bancaires pour leur maîtresse, leur achètent des voitures et même des maisons.

Mais sachez que ces maîtresses finissent mal par la suite. Au début, elles sont bien : elles roulent dans les 504 ou dans de grosses Mercedes et autres voitures prisées. Mais leur fin est pitoyable.

Si vous avez fait ces choses-là et que vous tenez ce livre en main il est temps, grand temps de les abandonner et de vous donner au Seigneur  sinon vous finirez mal non seulement sur cette terre, mais bien plus au JOUR du jugement !

Les hommes

II y a des gens qui veulent posséder des femmes, surtout des vieux qui raffolent des jeunes filles de 15 à 18 ans. Je leur demandais une bouteille d'un parfum qu'eux-mêmes affectionnent et un autre élément que je me garde de citer. Tout cela mélangé et mis dans une bouteille, je le lui remettais accompagné bien entendu de paroles incantatoires. Une fois que le client ainsi parfumé serrait la main à une femme qu'il désirait qu'elle soit mariée ou pas, elle était automatiquement possédée. Dans ses rêves, ses pensées, elle ne pouvait voir que mon client.

Ainsi, elle devenait son esclave et elle lui était soumise en toute chose. Qu'il me soit permis d'ouvrir ici une parenthèse pour parler d'une affaire tout aussi rocambolesque que vraie :

Affaire "Collé-Collé"

Cet épisode qui s'est passé à Abobo (une des dix communes d'Abidjan) en 1983 et qui a défrayé la chronique, eh bien j'en étais l'auteur. C'est l'histoire d'un marin cocu. Pendant ses nombreux voyages, sa femme entretenait des relations avec un commissaire de police à l'hôtel Bougainvillier à Abobo Avocatier (un quartier de ladite commune). L'hôtel a dû être fermé à cause de cette affaire. Le marin me fut présenté par un client. Je lui ai demandé deux produits plus les sexes collés d'un chien et d'une chienne en pleine copulation. Comme c'était difficile pour lui de se procurer ce dernier élément, mes disciples se sont chargés de trouver cela moyennant paiement bien sûr. L'accord ainsi conclu, vers 1 heure du matin, nous trouvâmes deux chiens en plein accouplement. Avec un cadenas, je les rendis immobiles et mes disciples sectionnèrent leurs sexes.

Arrivés chez Nous, nous mîmes les deux sexes collés dans un canari sur le feu accompagné de paroles incantatoires. Nous y ajoutâmes un peu de gin pour que cela se carbonise. Par la suite, nous écrasâmes cela pour obtenir une poudre. Ensuite, nous appelâmes le marin et lui remîmes le produit. Le marin s'apprêtait à effectuer un voyage en Europe, mais il l'annula. Il devait faire consommer cela à sa femme dans un repas qu'elle devait préparer pour le couple.

Toutefois, il ne devait pas en manger lui-même. Aussi, quand sa femme eut fini de préparer et qu'ils se mirent à table, il l'envoya lui acheter de la bière. Profitant de son absence, il mit la poudre dans la sauce. Après avoir bu la bière, il prétendit qu'il était rassasié. La femme, qui ne se doutait de rien consomma seule le repas. Cela s'est passé vers 18 heures. Cela fait, le monsieur demanda la permission à sa femme pour se rendre au village avec un ami. Je serai de retour dans deux jours, lui dit-il. En fait, il alla se cacher dans les parages suivant mon conseil : je lui avais dit de ne pas s'éloigner. Dès qu'il tourna le dos le commissaire se pointa.

Constatant l'absence du marin, il embarqua la femme, direction hôtel Bougainvillier comme à leur habitude.

Après leurs ébats, l'homme tente de se retirer du corps de la femme sans succès. Suite à plusieurs essais infructueux, les deux amoureux se mettent à crier au secours, à commencer par la femme. 

Le réceptionniste accourt pour voir ce qui se passe. Il leur demande d'ouvrir la porte, mais ils ne le peuvent. Il va donc chercher un menuisier pour la défoncer et constate que les deux amoureux sont en position plutôt inconfortable. Un docteur est appelé, rien n'y fait. On fait alors appel à la police. N'avait-on pas affaire à un commissaire de police ? Quand les policiers arrivent sur les lieux et constatent que c'est leur patron, ils se mettent au garde-à-vous et retournent dare dare. Le ministre de tutelle alerté vient sur les lieux, mais n'ose pas s'approcher.

Enfin, on fait venir le mari de la femme à qui le ministre présente des excuses. Ensuite, il emprunte un taxi et vient me voir.

"Ma femme est collée", me dit-il. Je lui remets l'antidote du fétiche susceptible de les séparer.

"Tu n'as qu'à frotter le dos des deux amoureux avec ce produit (du beurre de karité plus d'autres éléments) : ils vont décoller."

Le mari proteste : "C’en est trop de me demander de frotter le dos de ma femme et par surcroît de son amant, en cette circonstance."

Je lui réponds :

"Prends courage, seul toi est habilité à faire ce geste."

Tout tremblant, il prend congé de moi et part frotter leurs dos. En un rien de temps, ils  sont décollés. La femme est ensuite évacuée au CHU pour subir un lavement.

Notez bien qu'un fétiche à la maison me permettait de voir en direct dans un canari, ce qui se passait à l'hôtel.

Envoutements et troubles dans les foyers

Rivalité dans le foyer

La coépouse appelée ici marâtre est souvent en guerre contre les enfants de l'autre femme qui auraient pu réussir dans leur vie. Elle passe son temps à faire le tour des charlatans et des marabouts. Le plus souvent elle fait enfermer le cœur du père de famille dans un canari qu'elle enterre dans un cimetière pour qu'il n'y voie rien. Aussi, donne-t-il toujours raison à cette femme et ne songe qu'à la protéger. Il se met du côté de celle-ci pour combattre les enfants de l'autre femme. Ces femmes-là se livrent à la sorcellerie dans les foyers.

Par la suite, elles finissent mal car la puissance que procure Satan est éphémère.

Il y a des coépouses qui ont des enfants, mais font la sorcellerie. Paradoxalement, leurs enfants ont toujours des problèmes : en fait la sorcellerie que pratique leur mère a un effet boomerang sur ses enfants à elle. Ceux-ci ne réussissent pas souvent : le malheur ne fait que les atteindre et rien ne marche dans leur vie. Parfois ils deviennent brigands, voleurs, violeurs, paresseux. Quant aux filles, elles ont des enfants de pères différents. Le plus souvent, leurs amants ne reconnaissent pas ces grossesses de sorte que même pendant leur grossesse, ces filles deviennent une charge pour leurs parents. Ce sont les sorciers qui sont à la base de toutes ces malédictions.

Les sorciers sèment la division dans les familles, particulièrement dans les familles polygames, surtout si dans la famille il y a une épouse qui ne fait pas d'enfant. Celle-ci devient un élément dangereux ; elle est souvent à la base des échecs, des insuccès, des maladies chroniques qui empoisonnent la vie sociale, matérielle, financière des enfants de sa rivale (souvent la première épouse). Pour ce faire, elle va voir les sorciers, les marabouts à qui elle communique le nom de tous les enfants de l'autre femme, afin de les envoûter.

Ainsi envoûtés, les enfants qui travaillent ne jouissent pas vraiment de leur salaire, en ce sens qu'ils sont incapables de mener un projet à terme par exemple, économiser et construire une maison au village ou en ville. Ceux qui vont à l'aventure ne cherchent pas à revenir au pays ; ils passent dix à vingt ans à l'étranger sans penser à leurs parents. Il arrive même qu'ils meurent dans leur pays d'accueil.

Envoûtement et aide aux élèves

Dans ce domaine, je pouvais soit détruire les élèves, soit les aider à réussir leurs examens.

Dans le premier cas, cela est dû à la jalousie : dans les foyers polygames par exemple, les rivales ont tendance à détruire les enfants de leurs coépouses. Elles consultent le sorcier pour envoûter ceux-ci. Souvent l'enfant est très brillant à l'école, major de sa promotion. Après l'envoûtement, son travail en classe baisse considérablement. Devant les épreuves, à l'examen, il est paniqué et il échoue lamentablement. Cela le conduit à la drogue, à l'alcool, i1 a des maux de têtes, il devient maladif etc.

J'ai envoûté des élèves et étudiants de sorte que quand on leur annonce un devoir, ils sont paniqués : ils ont parfois des maux de têtes et de la fièvre. Ils n'ont d'autres ressources que de s'emparer d'une cigarette pour fumer ou alors, ils prennent des comprimés ou de la drogue, détruisant ainsi leur vie. Les sorciers sont souvent à la base de cet état de chose. D'autres peuvent ne pas réussir leurs examens quoiqu'ils travaillent bien dans toutes les matières.

Si tu es élève ou étudiant, que tu n'as pas Jésus dans ta vie il faut te mettre dès maintenant sous la protection de Jésus, sans cela les sorciers, toujours prêts à détruire, peuvent très bien te faire échouer à ton examen.

Dans le second cas pour aider un élève, je prenais le cerveau du crâne d'un homme (que l'on vendait sur le marché !), mélangé à un autre élément, accompagné de paroles incantatoires. Je donnais ce produit à ces élèves pour qu'ils soient intelligents et même brillants en classe.

Ainsi, ils décrocheront licence, maîtrise et même doctorat, mais ils n'auront jamais du travail.

C'est cela, la stratégie de Satan : il peut faire réussir quelqu'un puis se charger lui-même de lui nuire. Ainsi,  des gens ont leur diplôme grâce à la sorcellerie et ils n'arrivent pas à trouver du travail.

Chapitre 5 : Sorcellerie et promotion sociale

Manque d'emploi - chômage - échecs

II y a des gens qui n'auront jamais d'emploi, tant qu'ils n'auront pas Jésus-Christ dans leur vie.

Quelles que soient les hautes études qu'ils ont pu faire et les diplômes qu'ils ont pu obtenir, ils ne connaîtront jamais le bonheur. Leurs études ne serviront à rien. Leurs dossiers seront classés dans les tiroirs des entreprises, parce que les sorciers en ont décidé ainsi. Ils les ont envoûtés.

J'ai moi-même envoûté des gens pour qu'ils restent au chômage et connaissent l'échec jusqu'à leur mort. Le sorcier qui prétend éloigner ce mauvais sort est un menteur. Ce mal peut certes être atténué : la victime peut trouver du travail, mais après un ou deux mois, il sera licencié.

Cet envoûtement pèsera toujours sur lui. Un professeur ou un guérisseur ne peut rien faire sinon que de lui soutirer de l'argent. Il faut qu'il accepte Jésus-Christ pour être libéré. C'est Jésus-Christ qui peut guérir ce genre d'envoûtement, car c'est lui qui a détruit les œuvres de Satan sur la croix à Golgotha, il a livré Satan en spectacle. C'est pourquoi, si tu acceptes Jésus-Christ de tout ton cœur, aucun envoûtement de sorciers ne peut te nuire. Il ne s'agit pas d'accepter Jésus-Christ juste pour éloigner le mauvais sort, puis mener sa vie à sa guise, car Christ connaît notre cœur. Quand nous l'acceptons, il sait si nous sommes sincères ou pas.

C'est pour cette raison que l'on trouve à l'église des gens qui ne prospèrent pas, car ils viennent à l'église avec des motivations mesquines. Or nous devons nous confier corps et âme au Seigneur Jésus-Christ car personne d'autre que lui ne peut nous délivrer de ces envoûtements, sources d'échecs et de chômage.

Les professeurs et sorciers guérisseurs ne peuvent rien : ils tenteront des choses qui auront l'air de marcher, par exemple, ils permettront à la victime de trouver du travail, mais ces résultats seront passagers. S'ils sont embauchés, ils seront renvoyés par la suite et connaîtront à nouveau la poisse. Toutes les promesses de ces soi-disant professeurs ne visent qu'une chose : vous faire dilapider votre argent. Ces personnes doivent donc se donner au Seigneur Jésus-Christ.

Sorcellerie et héritage

Par la sorcellerie, j'attaquais les enfants héritiers des défunts nantis pour qu'ils ne jouissent pas de ces biens. Leur oncle ou tante venait me voir pour les rendre malades afin qu'ils finissent par perdre leur héritage. Les sorciers sont dans les familles.

Ceux qui sont en Jésus et qui sont attachés à la Parole de Dieu, les sorciers ne peuvent rien faire contre eux en tant qu'héritiers de leur père car, l'Esprit  qui est en eux est supérieur à l'esprit qui est dans le monde, Jésus-Christ est la protection des enfants héritiers qui mettent en lui leur confiance. Il est la protection par excellence contre les œuvres de la sorcellerie.

Par la sorcellerie, je créais des problèmes à mes propres clients afin qu'ils reviennent me voir à tout moment. Après les avoir aidés à prospérer dans leur commerce, affaires, société, je les observais et au moment où ils s'y attendaient le moins, je suscitais une situation qui les obligeait à revenir me voir. C'était alors l'occasion de les ruiner. C'est ce que font les féticheurs,  marabouts occultistes à leurs clients. Tous ceux qui vont chez eux ont toujours des problèmes quoique les choses semblent bien marcher.

Quand je voulais faire du mal à quelqu'un, je l'observais : si par exemple il a un véhicule, je fixais une date donnée à tel fétiche pour en finir avec lui ; le jour venu, je n'avais plus qu'à l'achever.

Attaque contre les Blancs

D'aucuns racontent à tort que les féticheurs et les sorciers ne peuvent pas atteindre les Blancs.

C'est là méconnaître la puissance de Satan. En ce qui me concerne, je détruisais la vie des blancs. Un jour, dans une grande société de la place, il y avait un Blanc que j'appellerai ici Donatien. Il était directeur technique et avait pour adjoint un noir. Celui-ci vint me consulter, parce qu'il voulait être à la place du patron, il me donna le nécessaire pour le travail.

Je lui dis alors : dans sept jours tu verras ce qu'il adviendra de ce Blanc. J'utilisai le fétiche dont j'ai parlé plus haut et qui me servait entre autres à amener les gens à se saouler, à dilapider tout leur salaire dans la boisson, avec les femmes et à détériorer leur santé mentale.

Je prononçai donc des paroles incantatoires, utilisant le nom du Blanc. Ce jour-là, je devrais dire cette nuit-là car, comme d'habitude, cela se passait la nuit. Cette nuit-là donc, je me mis torse nu et je fis le travail. A l'invocation de son nom, son image apparut dans le canari. Après une semaine, il devint fou. Arrivé à son lieu de travail, il se déshabilla, débita des paroles incohérentes et tenta de se jeter sur une machine électronique. Mais les gens l'en empêchèrent, lui évitant de se faire découper par cette machine.

Il fut conduit à l'hôpital, puis rapatrié vers son pays d'origine. Après de vaines tentatives de restaurer sa santé mentale, la direction de la société fut amenée à le remplacer par son adjoint.

Ainsi Donatien devint fou et l'Africain prit sa place. J'ai eu à détruire d'autres vies de Blancs par un fétiche composé de pied humain avec un cadenas pour les paralyser et les rendre infirmes. Ne pouvant pas se déplacer, ils furent ainsi remplacés à leur poste par des Africains.

Par ce même procédé, je pouvais aussi envoûter des Blancs par la drogue, la cigarette pour les amener à dilapider leur salaire, il y a bien des Blancs qui sont esclaves de la cigarette, de la drogue, ou qui courent après les petites filles prostituées. Leur vie est à la merci des sorciers.

Ensorceler les Blancs n'a rien de difficile. Le fétiche, la sorcellerie les atteignent tout aussi facilement que les Noirs. Pour Satan, que l'on soit Blanc ou Noir, cela n'a aucune importance.

Il détruit tout le monde avec la même efficacité. La couleur de la peau ne peut pas influencer le fétiche encore moins Satan. Seule la puissance de Jésus-Christ (dont nous  parlerons plus loin) peut nous protéger.

Mon ami, que tu sois Blanc ou autre, toi qui es aux trousses des jeunes filles pour les contaminer par des maladies, toi qui es esclave de drogue, de la cigarette, de la prostitution et que sais-je encore, à la lecture de ce témoignage, donne ta vie au Seigneur Jésus -Christ pour être délivré de tous ces liens, car ta vie est en danger.

Aide aux bandits et aux commerçants

Je livrais des fétiches aux grands bandits (anti-balle, ceintures de sécurité) Ils étaient ainsi protégés par des démons. Mais ces gens finissent mal car les fétiches que je leur remettais, en tant que sorcier, ont une limite. A l'aide d'un parfum qu'ils m'apportaient, je faisais un médicament que de grands commerçants internationaux utilisaient. Ils pouvaient avoir des colis suspects qui n'étaient jamais contrôlés par les douaniers. Si le douanier les contrôle, il n'y voit rien et ils passent sans problème. Le cas échéant, ils venaient me voir et je leur remettais un médicament, puis ils allaient rencontrer le directeur de la douane.

Pour un dédouanement qui devait être évalué à plus de 5 millions, celui-ci leur faisait payer 600 000 FCFA grâce au médicament que je leur avais remis. Ainsi, ces commerçants prospéraient.

Si vous êtes très observateurs, vous avez dû remarquer un éventail avec neuf traits, trois à chaque coin du triangle, accrochés dans certaine boutiques. Ce sont des produits faits à base de sang humain, de kaolin blanc et de cauris. Vous constaterez que ces boutiques marchent très fort, car cela attire la clientèle. Les boutiques qui se trouvent dans les parages sont tout simplement sevrées de clients. Mais ce succès n'est pas de longue durée, car leur richesse est basée sur des sacrifices, sur des cérémonies diaboliques. Ces commerçants ne tardent pas à avoir de problèmes et à connaître la faillite. C'est là un fait que j'ai personnellement observé.

Aussi, je lance un appel aux commerçants qui font des sacrifices : si vous n’acceptez pas Jésus-Christ, sachez que vous aurez une fin tragique.

Accidents et prospérité des transporteurs

Quelques grands transporteurs de la Côte d'Ivoire me connaissent, à cause de l'aide que je leur ai apportée. Certains transporteurs commençaient avec deux cars et se retrouvaient avec 50 à 60 cars. Comment cela se passait-il ? Il y avait une condition à remplir : généralement, le client devait sacrifier un de ses cars au fétiche sakpata. Le fétiche sakpata est un esprit qui affectionne le sang humain. Il est à la base des catastrophes, des guerres et des accidents.

Vous entendez souvent parler d'accidents de cars avec de nombreux morts. Eh bien en voici la raison. Je demandais au client simplement le numéro du car à sacrifier plus 500 000 FCFA qu'il devait m'apporter après l'accident. Muni du numéro du car, je travaillais avec un fétiche composé de sang humain. Ce fétiche est avide de sang humain. A défaut de sang humain, il lui faut du sang de porc.

Cela marche quand il pleut. Après le départ du car à la vitesse de 120 km/h. s'il y a une petite pluie, les pneus glissent et le car fait tonneau. L'idéal, c'est que la moitié des passagers meurent, car le sang doit couler. Une fois cela fait, le sacrifice est considéré comme réussi.

Après deux à trois mois, les cars de ce client commencent à prospérer et il devient riche. Il peut alors s'acheter plusieurs cars. Ainsi des innocents meurent pour assurer la prospérité de ces criminels.

Pour réaliser certains travaux, j'avais signé des pactes avec des sorciers au Bénin, où je me rendais régulièrement. Je ne pouvais pas toujours indiquer le jour où certaines opérations devaient se réaliser, car tout ne dépendait pas de moi, mais aussi de grands sorciers du Bénin avec qui j'avais signé des pactes. Des fois, quand je voyais que je ne pouvais pas faire le travail demandé sur place, je prenais l'avion et je me rendais au Bénin. Je voyais un grand sorcier qui me faisait le truc et je reprenais l'avion. Je faisais cela pour satisfaire mes clients, car ma réputation dépendait du succès de mes pratiques.

Aide aux musiciens

La plupart des musiciens que vous voyez et que des gens envient sont sous l'empire des démons. Ils ont signé des pactes avec les féticheurs donc avec Satan. J'ai personnellement aidé des musiciens et des chanteurs venant de divers pays. Je faisais généralement pour eux un fétiche à base d'un parfum qu'ils affectionnent et du sang humain. Je leur demandais d'apporter ces éléments, plus une somme de 200 000 francs. S'ils étaient incapables d'apporter le sang humain, je le leur procurais moi-même contre paiement. Les prestations revenaient quelque peu chères en raison du travail à faire. En effet, je devais construire la renommée du client, faire en sorte qu'il soit connu.

Je devais m'arranger pour qu'à la sortie de sa cassette, les gens se l'arrachent. Je mettais donc tous les éléments nécessaires dans ce flacon de parfum : plume de perroquet rouge et autre, puis, je lui remettais ce produit dont il devait se parfumer partout où il va. Une fois cela fait, les gens n'ont que leur nom sur les lèvres. Cet esprit agit sur les journalistes. Si le musicien a un concert, il n'a qu'à consulter et faire des sacrifices. Ce concert ne pourra que marcher. Il aura beaucoup d'argent. C'est ce travail qui assure le succès fou de certaines vedettes dont les cassettes s'achètent comme des petits pains et qui font des spectacles dans des salles pleines à craquer.

Ainsi, j'ai aidé des musiciens étrangers venus animer des concerts. Ceux-ci ont connu une réussite extraordinaire, mais ces concerts se sont terminés par des bagarres jusqu'au sang.

Tout simplement parce que ce succès était dû à la sorcellerie. Ce qui plus est, c'est que tout cet argent ne servira à rien de bon. Ils l'utilisent pour se droguer à longueur de journée. Certains se défendent en prétendant qu'ils ne se droguent pas. En fait, c'est la sorcellerie, le fétiche, qui les pousse à faire ces choses contre leur gré. Aussi, ces gens finissent-ils mal.

Vous n'avez qu'à observer les choses de près : il y a eu plusieurs cas de musiciens qui ont prospéré. Ils ont chanté pour Satan et ses démons et cela, grâce aux sorciers. Mais après, ils finissent mal. Les exemples, dans ce domaine, sont légion. Les cas de Bob Marley, de Franco et autres sont édifiants. Leur fin tragique témoigne des pactes qu'ils ont dû signer avec Satan.

En ce qui me concerne, il y en a pour qui j'ai eu à faire le fétiche. Ils démarraient en trombe, mais leur popularité allait décroissant.

Après avoir aidé plusieurs musiciens, je te lance un appel aujourd'hui au travers au livre que tu liens en main : donne ta vie à Jésus-Christ. Satan peut certes t'élever, mais tu finiras mal. Je demande à ces musiciens venus du Cameroun et du Zaïre, qui se connaissent bien, d'accepter Jésus-Christ. Mettez votre vie en règle avec Jésus-Christ et jouez pour le Seigneur. Les musiciens qui jouent pour le Seigneur sont bénis. Ils ont la protection de Jésus-Christ : on ne peut rien contre eux. Tout ce qu'ils font, ils le font pour la gloire du Seigneur. Si vous jouez pour Satan, sachez qu’il vous détruira un jour ou l'autre.

Les femmes cadres qui ne sont pas mariées

Ces femmes ont pour la plupart, un esprit de mauvaise odeur sur leur vie. Le fétiche qui provoque cela est constitué de sang humain que l'on écrase avec un autre élément. Entre 1h et 2h du matin, je soufflais sur la poudre qui se répandait. C'en était alors fait de cette femme. Elle n'aura jamais de mari.

Envoûtement des hauts cadres

J'envoûtais aussi les hauts cadres, quel que soit le lieu où ils se trouvaient. Comme ceux-ci gagnent beaucoup d'argent, ils font beaucoup de jaloux autour d'eux. Il suffisait que l'on me communique le nom d'un cadre pour que je l'envoûte. Alors, il ne réussissait jamais ses projets. S'il s'en rendait compte et qu'il prenait la fuite pour aller aux Etats-Unis ou ailleurs, en tant que sorcier, j'étais toujours à ses trousses. On ne peut jamais fuir un sorcier tant qu'on n'a pas Jésus-Christ : car alors on n'est pas protégé ; notre vie est en danger.

S'il arrive que de telles personnes veuillent construire une maison au village, les retraits qu'ils faisaient à la banque ne m'étaient pas étrangers. Par la sorcellerie, je pouvais détruire cet argent qu'ils retiraient. Aussi les travaux commencent-ils, mais quand les murs montent à 2m les travaux sont bloqués : maladies dans le foyer : épouse ou enfants malades les uns après les autres. Les travaux ne s'achèvent jamais ; cela s'explique le plus souvent par la main obscure des sorciers.

Ceux-ci sèment le désordre dans leurs économies ou rendent malades leur victime. Ils se ruinent à payer des médicaments : ils s'endettent en puisant dans les caisses des projets.

Telle est la vie de ces hauts cadres qui perçoivent des salaires faramineux mais qui sont incapables de construire chez eux. J'ai fait ce travail horrible contre des hauts cadres. Le sorcier peut laisser quelqu'un finir sa maison et l'empêcher de l'habiter. Elle devient hantée et ceux qui l'habitent meurent ou l'abandonnent. Tout cela est l'œuvre de Satan, il ne cherche qu'à détruire. Il fait miroiter le succès devant les hommes, pour mieux les détruire par la suite.

Le sorcier, après avoir donné le pouvoir à son client le laisse libre jusqu'au jour qu'il a fixé pour le livrer corps et âme à Satan qui se charge alors de le tuer.

Les sorciers peuvent attacher leur victime pendant des années ; une fois que la date qu'ils ont choisie est arrivée, ils n'ont plus qu'à l'égorger. Seul le Seigneur Jésus-Christ peut te secourir et te délivrer de tous ces liens de malédictions d'envoûtement de sorcier qui te poussent à dilapider ton salaire. Car sinon, malgré les dettes que tu as contractées, tu ne peux pas terminer la maison que tu tentes de bâtir. Elle sera abandonnée à la pluie et aux intempéries qui détérioreront le peu qui a été construit. Tu paieras les traites à la banque pour rien. Ainsi donc, mes amis, faites attention ! Si vous n'avez pas Jésus-Christ dans votre vie. Vous  êtes en danger.

Aide aux hauts cadres et nominations

Vous voyez les personnalités et les hauts cadres faire le gros dos et rouler dans les grosses Mercedes, mais quand ils arrivent devant les féticheurs. Surtout à l'approche des élections, ils se font tout petits. Ils deviennent comme des gamins devant un simple féticheur. C'est là une scène très amusante. Je le dis en tant que témoin, car j'ai aidé aussi de nombreux hauts cadres.

Ils venaient avec un mouton plus 200000F et je faisais le fétiche.

A cette occasion, ils devaient apporter deux mètres de percale. On tuait le mouton, on l'éventrait, on le débarrassait de tous ses intestins et autres, je prenais le reste du mouton, je le mettais sur la tête de mon client, je lui demandais d'enlever son sous-corps et nous nous rendions à un carrefour Le rituel consistait à les laver au carrefour. Là, mes disciples se mettaient à taper les tam-tams au rythme duquel le client devait danser.

Cela se passait vers 1 heure du malin, au moment où aucune voiture ne passe : du reste, mes pouvoirs mystiques me permettaient de détourner toute la circulation, si bien qu'à ce moment là les rues étaient vides. Cependant, malgré ce pouvoir, il arrivait qu'une voiture passe par là et que l'usager voie la scène. En ce cas, il devait mourir de fièvre, une fois rentré à la maison.

Après la danse au carrefour, le client est déchargé et entraîné dans un cimetière pour assister à l'enterrement du mouton près d'un tombeau. Je lui demandais alors de pleurer jusqu'à ce que ses larmes coulent. Quelques temps après ce sacrifice, il est nommé à un poste important. Il devient par exemple ministre suite à un remaniement. Mais, faut-il le répéter, ces gens finissent mal. Quand la puissance diminue, ils tombent plus bas qu'ils n'étaient.

Election

Pour ce qui est des élections à des postes importants, député ou autre, j’imposais  des conditions que voici à mes illustres clients. Je leur demandais :

  • un élément de leur corps que je ne nommerai pas ;
  • du sable de mer en grande quantité. Les voix qu'ils auront seront fonction de la quantité de sable de mer apportée ;
  • une bouteille de sang humain. Généralement, les clients n'arrivaient pas à obtenir ce dernier élément. C'est moi qui le leur fournissais.

En plus de cela, je leur posais une condition difficile :

  • sacrifier un de leurs enfants : l'enfant meurt soit au cours de la campagne, soit après les élections, ou alors il devient toqué. Ou encore, s'ils ont deux femmes, ils sacrifient une qui devait subir le même sort que l'enfant. C'est pour cette raison que l'on voit souvent chez les grandes autorités, des personnes frappées d'infirmités monstres.

Chapitre 6 : Course à la richesse et la puissance

Comment je rendais les gens riches

Je faisais des prières d'abord, ensuite la consultation, le fétiche me précisait le sacrifice à imposer. Il existe plusieurs moyens de devenir riche. A certains, il était demandé d'apporter, dans un flacon, une petite quantité de sperme, une certaine quantité de sang humain et un mouton. Je faisais des sacrifices avec ces produits. Après la cérémonie, je demandais au client de m'apporter une valise dans laquelle je disposerai des feuilles blanches découpées en format de billets de 5000 et 10000FCFA.

Je versais le sperme, le sang humain et le sang de mouton sur les feuilles avec des paroles incantatoires et je lui remettais la valise. Après sept jours, quand il ouvrira  la valise, il y trouvera des billets corrects en grande quantité, qu'il pourra utiliser à sa guise. Mais en contrepartie du sperme livré en guise de garantie, il n'aura plus d'enfant.

Il a beau avoir des relations sexuelles, il ne pourra jamais avoir d'enfants. C'est pour cela que l'on voit plusieurs riches sans enfants. Ils possèdent toutes sortes de choses, mais ils n'ont pas d'enfants. Après leur mort,  leur famille ne peut pas utiliser cet argent. Il faut le dilapider. J'ai aidé des gens à s'enrichir de la sorte, mais je dois dire que tous ceux dont la richesse est fondée sur la sorcellerie finissent mal : ils ont de grosses voitures, des Mercedes, de grandes maisons et beaucoup d'argent, mais ils finissent mal.

Billets magiques

J'avais un fétiche composé de billets de 1000F, 5000F et 10000FCFA mais aussi de 500FCFA. Je prononçais des paroles incantatoires sur ces billets avant de les remettre aux clients.

Ceux-ci faisaient des achats avec ces billets chez des commerçants. Une fois qu'un de ces billets se retrouve dans la recette du jour, le commerçant perd toujours de l'argent. Après quelques années, il tombe en faillite et c'est la galère. Plusieurs de ces commerçants ne s'en sortent plus.

Les sorciers sont souvent à l'origine de la faillite des commerçants. Au début, ces commerçants prospèrent, mais après quelques années, c'est la galère.

Débauche et sacrifices d'albinos

Après consultation, il arrive que l'esprit mauvais leur demande de coucher avec une folle sous un hangar ou encore avec leur fille aînée – de nos jours, il se trouve des clients qui y consentent. Que ne ferait-on pas pour devenir riche ? Après avoir couché avec une folle dans la rue la nuit, ils deviennent extrêmement riches. Ils possèdent des remorques, des cars, mais ils finissent par être fous et leur descendance a des problèmes pour utiliser cette richesse qui est appelée à disparaître.

A d'autres encore, il était demandé de proposer un enfant albinos à sacrifier. C'était la formule préférée de la plupart des clients et pour cause : il fallait seulement apporter les cheveux d'un albinos. Le travail se faisait dans leur chambre, et l'albinos mourait quel que soit le lieu où il se trouvait. Le client devait aussi s'abstenir d'avoir des rapports sexuels avec une femme, quelque temps avant le sacrifice.

Le travail se faisait donc à l'aide des cheveux de cet enfant, un demi-litre de sang humain, 4 bouteilles de gin, 2m de percale et 1 000 000 FCFA-  croyez-moi, il y a des gens qui m'apportaient cette somme – et une grosse valise. On se rendait chez lui à la maison. Nous restions dans la chambre. Je faisais tous les sacrifices et les incantations que cela exige. Après tous les sacrifices, je mettais tous les éléments nécessaires dans la valise qu'il ouvrira sept jours plus tard. I1 y trouvera alors des billets de 10 000 F en grand nombre : la somme apportée pouvait être multipliée par 1 000. Notons que l'enfant dont le client aura envoyé les cheveux devra mourir.

Vous avez entendu parler des marabouts qui trompent leurs clients. C'est que ces marabouts ne font pas bien les sacrifices. Car il y a des sacrifices à faire pour que les génies puissent donner leur accord. Le marabout peut faire en sorte que son client voit l'argent dans la valise, mais quand il arrive à la maison, il ne trouve que du papier. C'est que le sacrifice n'a pas été fait. A côté de cela, il y a bien sûr des menteurs qui abusent des hommes avides d'argent.

Des sorciers et féticheurs font le travail à moitié en faisant croire à leurs clients qu'ils l'ont fait en entier. Parce qu'ils se disent que s'ils font le travail en entier, le client ne reviendra plus.

Certains font donc le travail à moitié. Au début, ça va, mais après un moment, ça commence à aller mal et le client est obligé de venir chez ce même féticheur qui va lui prendre encore de l'argent. Ils se disent guérisseurs, féticheurs, professeurs, mais ils ne font que ruiner les gens jusqu'au point où certains vendent leur téléviseur pour leur donner ce qu'ils demandent. Ils ne disent pas la vérité aux gens. C'est la devise des féticheurs véreux, du reste à l'instar de Satan, leur maître : toujours exploiter le demandeur avant de faire le vrai fétiche.

Quand Satan accorde une puissance, elle est irrésistible au début mais par la suite, cela finit mal. La vie de ses serviteurs est en danger et lui-même on se charge de les détruire.

En ce qui me concerne, je pouvais aider les gens à devenir riche après consultation des fétiches car ce sont les fétiches qui prescrivaient ce qu'il fallait apporter. Je faisais des sacrifices pour que les gens deviennent millionnaires voire milliardaires. Mais, une fois que ces gens meurent, leur richesse se dissipe. Car la richesse que procure Satan ne dure pas. En tant que sorcier, j'ai aidé beaucoup de gens à devenir riche de cette façon. Dans ce domaine, ma réputation avait dépassé les frontières ivoiriennes à tel point que j'avais des clients qui venaient du Gabon, du Burkina Faso, du Cameroun, du Sénégal, du Mali etc. Comme vous le savez, un client en amène parfois plusieurs.

Sacrifices humains

Beaucoup de grands riches et de milliardaires font souvent des sacrifices humains chaque année afin de pérenniser leur richesse. Ce sacrifice humain se fait soit le 31 octobre, le 30 novembre ou le 31 décembre pour terminer l'année. Si vous avez constaté, c'est à partir du mois d'octobre qu'il y a enlèvement d'enfants, et ce jusqu'en décembre. Ces enfants, on ne les retrouve plus. Même des grandes personnes sont enlevées. On tire du sang de leur corps pour pouvoir s'enrichir. Une chose est sûre, tous ces ravisseurs finissent mal par la suite. Ils paient le prix de leur forfait. Les grands riches, eux, sont en général intouchables à cause de leurs relations dans les hautes sphères de l'Etat qui leur vaut d'être protégés.

Ma propre course à la richesse

Trafic d'enfants

Pour avoir de l'argent, je suis entré dans un groupe de trafic d'enfants. Nous volions les enfants pour aller les vendre aux Aladjis (El Hadj). Souvent on les vendait à 5 000000 FCFA. Quant à eux, ils travailleront sur ces enfants pour devenir milliardaire. Jusqu'à présent, le groupe des Aladjis continue d'opérer. Car quand je vais au Bénin, je les vois à leur poste. Je ne manque pas de m'approcher d'eux pour leur dire la vérité concernant cette vie qu'ils mènent. Je crois que le Seigneur va opérer le miracle un jour.

Fabrication de faux billets

J'étais aussi dans la fabrication des faux billets de banque. J'avais deux associés. Une fois, un grand sorcier du Bénin nous a demandé d'apporter la bosse d'un bossu mort et enterré. Nous sommes donc allés voir le gardien du cimetière municipal. En ce temps-là (dans les années 86-87 le gouvernement béninois ne payait pas les fonctionnaires. Nous n'avons donc eu aucun mal à séduire le gardien pour l'amener à nous montrer tombeau d'un bossu enterré depuis environ six mois. Nous avons défoncé le cercueil et nous avons enlevé le corps du bossu.

Ensuite nous avons enlevé sa bosse, c'était pourri mais nous l'avons enlevé et nous avons remis le corps dans le cercueil. Avec la  bosse ainsi extraite, nous sommes allés voir le grand sorcier. Il l'a prise, nous a fait entrer dans une chambre. Quant à lui, il est entré dans une autre petite chambre. Après une heure, il nous a fait appel. Et nous avons vu des centaines de milliers de billets de banque qu'il nous a demandé de compter. J'étais le premier à compter.

Cela faisait plus de 50 milliards ! Mais il y avait un défaut sur les billets, car nous avions fait un trou sur la bosse et cela a fait échouer l'affaire. Nous étions obligés de brûler tous les billets, plus de 50 milliards !

Vente de drogue

Je profitais du maraboutage, pour vendre de la drogue. Celle-ci était dans un trou cimenté et un fétiche était déposé dessus. Plusieurs marabouts, sorciers et autres, sont des vendeurs de drogue. Pour ma part, je vendais du chanvre indien et de la cocaïne. Satan me poussait à faire ces choses peu recommandables et bien d'autres encore, pour accroître mes richesses.

Comment je conférais la puissance à mes clients

J'avais aussi un fétiche que j'avais acquis au Bénin. Ce fétiche était fondé sur deux albinos : une femme et un garçon passaient pour aller vendre du bois dans le village voisin au moment précis où les sorciers tapaient leur tam-tam. On s'est saisi d'eux et on les a jetés dans un gros trou qu'on a refermé.

Avec ce fétiche que j'ai pu acquérir, quelque soit la puissance d'un individu, je pouvais toujours accroître cette puissance. D'autre part, si un sorcier ou un féticheur était contre moi, il aura beau faire, il ne pouvait rien contre moi.

Ma propre course à la puissance

Jeûne

Je pratiquais le jeûne, car en tant que sorcier, si on me confiait un travail très délicat, je devais jeûner pour pouvoir faire ce travail : Je ne mangeais pas pendant sept jours ; je ne buvais que du jus de coco et avec des paroles incantatoires, j'obtenais des résultats positifs pour détruire la vie de quelqu'un dont l'âme est puissante, il faut jeûner pour avoir gain de cause. C'est ainsi que procèdent bon nombre de sorciers pour tout cas difficile. Par exemple, il m'a été demandé d'envoûter quelqu'un pour qu'il aille se perdre dans la forêt. On voit des gens qui se pendent dans la forêt ; cela est dû à la sorcellerie.

Pacte avec les sorciers

J'ai fait un pacte avec les grands sorciers du Bénin pour avoir un surcroît de puissance. Voyez-vous, il y a en gros, trois catégories de sorciers et de manières de contracter la sorcellerie :

Première catégorie : un homme peut naître sorcier, depuis le ventre de sa mère. Celle-ci ou le père de cet individu peut l'avoir offert à Satan.

Deuxième catégorie : n'importe qui peut le devenir en faisant un pacte avec un sorcier renommé. Il suffit que le sorcier et le demandeur s'entaillent la peau, recueillent le sang dans un seul et même verre, le mélange à un peu de gin et le boivent tour à tour, le pacte est ainsi scellé. A partir de cet instant-là, on est initié à la sorcellerie Le sorcier a transmis la sorcellerie pour avoir donné à l'initié son sang.

Troisième catégorie : il s'agit des sorciers nés qui ont dû faire néanmoins un ou des pactes avec des sorciers plus puissants qu'eux. C'était mon cas : J'ai fait des pactes avec les grands sorciers à Ouidah, de Porto Novo, Derrière Porto Novo. A Sakélé Ekpilé, il y a de grands sorciers. J'ai cherché loin. J'ai dû dépenser des millions dans ces choses là. La sorcellerie coûte cher; car le pacte avec les grands sorciers exige de l'argent. Je me déplaçais en avion pour aller voir les grands maîtres.

J'entends souvent sur les antennes de la radio ivoirienne des soi-disant sorciers, professeurs béninois qui prétendent aller au Bénin pour aller voir les clients ; cela n'est certes pas impossible car moi-même, j'avais quelques clients au Bénin, mais la plupart du temps, c'est du bluff pour la simple raison que le Bénin est saturé de sorciers et de guérisseurs. En fait, ces soi-disant professeurs en mal de publicité vont au Bénin pour rechercher d'autres puissances afin d'être plus efficaces dans leurs activités. Ils s'y rendent pour faire des pactes. Peut-être en profitent-ils pour voir quelques clients. Mais en général, ils n'ont pas de clients au Bénin. En ce qui me concerne, j'allais voir des maîtres pour recevoir d'eux d'autres puissances. Par contre, j'avais des clients au Cameroun, au Burkina, au Togo, au Libéria, etc.

Ceux qui prétendent avoir des clients au Bénin sont le plus souvent des menteurs qui utilisent les antennes de la radio pour attirer de la clientèle. Mais cela n'est pas étonnant, car Satan qui est à la base de cela est lui-même le menteur par excellence ; c'est un calomniateur ; il est venu pour détruire, pour tuer. Ceux qui l'adorent ne peuvent que vivre dans le mensonge. En effet, tout sorcier vit du mensonge.

Laissez-moi vous dire que j'aidais de grands directeurs de société à déterrer les fétiches de leurs villas. Quand ils venaient me voir, il m'arrivait de leur dire, après consultation, qu'on a enterré des fétiches dans leur cour ou dans leur bureau, alors qu'il n'en est rien. Bien sûr cela était parfois vrai : le fétiche m'indique l'endroit précis où se trouve l'objet enterré.

Mais quand un homme riche me fait appel et que je n'avais aucune indication, je ne pouvais pas le laisser partir comme ça. Il fallait que je lui soutire de l'argent. Je fabriquais donc moi-même un petit fétiche que je dissimulais sous un t-shirt à manche longue. Arrivé sur les lieux, je me mettais à creuser avec une machette quelque part dans leur cour. Au bout d'un moment, je laissais tomber le fétiche cache sous le boubou dans le trou que je creusais, et je disais : voici le fétiche, C'est ainsi que procèdent ces féticheurs sorciers afin de soutirer de l'argent à leurs clients.

Ce sont des fieffés menteurs. Si donc un féticheur prétend qu'on a enterré un fétiche dans votre bureau, ne le croyez pas sur parole. Enterrer un fétiche dans un bureau carrelé, ce n'est pas donné à n'importe quel féticheur. Du reste, si cela était vrai et qu'il vous débarrassait de ce fétiche, vous ne seriez pas délivré pour autant. Ne vous fiez donc pas aux féticheurs. Fiez-vous plutôt au Seigneur Jésus-Christ, car il est le seul chemin.

Mariage avec Mamie Watta

Dans le cadre de l'accroissement de ma richesse et de ma puissance, j'ai dû contracter un mariage avec Mamie Watta.

Le mariage proprement dit

Mamie Watta, la sirène des mers, est un démon puissant qui agit à partir des côtes occidentales. La fête annuelle de Mamie Watta est célébrée au Togo à Anecho (siège de Mamie Watta au Togo), au bord de la mer, à une date choisie par Mamie Watta elle-même.

Généralement cela se passe au mois d'août ou septembre.

Cette fête réunit des milliers d'adeptes, hommes et femmes ayant célébré le mariage avec cet esprit et reçu un appui ou un soutien de sa part pour leur prospérité. Le mariage avec Mamie Watta est une scène hautement mystique. Ce mariage, célébré au bord de la mer vers 1 heure du matin – car Mamie Watta a son esprit dans la mer – est l'occasion d'une grande cérémonie réunissant de grandes dames  dont vous entendez parler, les Nana Benz venues du Togo, des dames du Bénin, du Ghana qui elles aussi ont fait ce mariage avec Mamie Watta.

Beaucoup le font pour s'enrichir surtout. Ce fut du reste mon cas C'est un féticheur qui nous mettait en contact avec son esprit. Ceux qui officient ces mariages habitent généralement au bord de la mer. Mon mariage avec Mamie Watta n'a pas échappé à la règle il a été célébré par un grand féticheur.

Pour ce faire, le sorcier féticheur officiant m'a demandé les éléments suivants :

Un mouton, douze poulets, un litre de sang humain, un casier de youki, un casier de gin, douze cartouches de cigarettes de marque Gauloises, douze savons parfumés de marque Rexona, un complet de percale que je devais porter, un chapeau blanc. Il y avait des perles que je devais mettre au cou, au poignet, au pied.

Il m'a demandé également un petit canari et un seau en plastique de 15 litres et aussi le parfum "Saint-Michel" – Ce parfum est utilisé par des églises, associé aux bougies. Les églises en question ont des liens avec Mamie Watta. Souvent on les trouve au bord de la mer avec le parfum et les bougies qu'ils allument pour invoquer l'esprit de Mamie Watta. Ils utilisent la Bible comme couverture.

A cette cérémonie, les adeptes viennent de partout, du Togo, du Bénin, de la Côte d'Ivoire etc.

Vers une heure du matin, un vendredi au bord de la mer, je me suis mis à genoux au milieu du groupe (composé d'adeptes venus pour la fête).

Nous étions tous nus. De cette position, une femme se leva, fuma une cigarette et envoya la fumée sur ma tête suivie du groupe qui prononça des paroles de "bénédiction" sur moi.

Après cela, le sang du mouton que j'avais apporté, celui des douze poulets tués et le sang humain, mélangés dans un seau, me furent remis, pour que j'aille me laver au bord de la mer (non loin de l'endroit où nous étions).

Il y avait, ajouté à cela, un casier de sucreries de marque Youki Je me lavai donc avec lesdits produits, en demandant le bonheur dans ma vie et un compte de trois milliards : j'ai présenté comme demande cinquante taxis compteurs – les 50 taxis constituaient en quelque sorte mon capital. J'étais à deux jours d'entrer en possession de ce capital quand le processus de ma conversion s'est mis en marche. Dans mes démarches en vue de d'obtenir ces 50 taxis, j'avais usé de mon influence sur le plan mystique pour contraindre le directeur général d'une grande société de vente de véhicules à accepter de m'octroyer cinquante véhicules neufs sans même que j'aie à verser le moindre sou. Je ne devais payer qu'après exploitation de ce prêt sans garantie – des magasins de prêt-à-porter, d'alimentation, j'ai demandé aussi que les femmes m'aiment beaucoup.

Après le lavage avec le sang il restait du sang coagulé dans le seau que le féticheur me demanda de boire. Ensuite je me rinçai avec les bouteilles de youki, sans eau. J'étais là, seul.

Après dix minutes, un grand vent, un vent terrible souffla, et un gros serpent sortit de la mer et se dirigea vers moi. Il tourna six fois autour de moi, la septième fois, il introduisit sa langue dans ma bouche et repartit dans la mer. Le féticheur qui se trouvait à environ 100 mètres a tout suivi. Il me dit en criant de jeter tout ce que j'avais : le seau, les bouteilles, dans la mer, et de venir en courant. Je les rejoignis dans la maison du féticheur et ils me souhaitèrent la bienvenue.

Dans la maison du féticheur ou j'étais, il y avait du kaolin blanc, une bougie, de la poudre, du parfum Saint-Michel. Il me demanda de passer la nuit dans cette maison jusqu'au matin. Ils m'avaient tous laissé là parce que la cérémonie s'était achevée tard la nuit. Dans mon rêve, je vis une très belle femme qui me remit une valise contenant des billets de banque de 10000 FCFA, elle resta avec moi jusqu'à trois heures du matin. Le matin, à la demande du féticheur, je lui relatai le rêve. Il me dit que tout était en ordre et que le mariage était ainsi consommé. Il ne me restait qu'à prendre un engagement avec Mamie Watta. Je lui fis signe que j'étais prêt pour l'engagement.

L'engagement

Il y a plusieurs sortes de mariages avec Mamie Watta. A chaque sorte de mariage est associé un handicap particulier. Il y a des gens qui ont toujours la tête rasée et qui sont vachement riches. Cela est dû le plus souvent au mariage avec Mamie Watta.

II y en a d'autres qui sont borgnes, d'autres encore ont vendu un de leurs pieds, un de leurs doigts. Bref les mariages avec Mamie Watta sont multiples et multiformes.

J'avais donc un choix à faire : avoir soit un œil en moins, soit un pied ou un doigt coupé, une tête toujours rasée (preuve que ce sont mes cheveux que j'ai sacrifiés), ou alors accepter de ne pas avoir d'enfants. Un autre type de mariage, m'a-t-il dit, consistait à vendre mon âge de sorte que chaque année, j'aurais cinq ans de moins sur le temps qu'il me restait à vivre. Ce type de mariage, ajouta t-il, rend immensément riche Mon choix se porta sur cette dernière disposition. Le féticheur demanda l'avis de Mamie Watta qui donna son accord.

Le féticheur ou Mamie Watta me donnait vingt ans à vivre. Si je vis encore, c'est grâce à Jésus-Christ qui tient nos vies dans ses mains. Le surlendemain, le féticheur et moi, étions de nouveau au bord de la mer. Il me laissa à la plage et entra au fond de la mer Après trois heures, il ressortit avec quatre paquets de bougies qu'il me remit de la part de Mamie Watta.

Il m'expliqua plus tard chez lui, que ces bougies devaient être utilisées chaque jeudi nuit jusqu'au vendredi, pour des cérémonies. Je devais faire ces cérémonies tout seul dans ma chambre une fois de retour à Abidjan. II me montra les différents rôles que pouvaient jouer ces bougies : si un client voulait éliminer une personne gênante, avec une de ces bougies, je pouvais le faire pour lui en créant un accident. Je pouvais aussi le rendre riche, car le mariage avec Mamie Watta enrichit et protège, même s'il est vrai que cela réserve au contractant une fin tragique comme ce devait être mon cas, à savoir cinq ans de moins chaque année !

Suite au mariage, chaque jeudi matin, je devais m'habiller, selon les recommandations, en tenue de couleur blanche. C'était donc ma tenue de percale. Je portais des perles au cou, aux pieds et aux poignets. Ce moment était le plus favorable aux consultations. Dans la nuit du jeudi au vendredi, le même gros serpent qui était sorti de la mer lors de mon mariage venait se coucher près de moi. Je faisais les cérémonies de 1 heure à 3 heures du matin en sa compagnie.

Avant l'arrivée du serpent, je ne devais pas avoir de rapport sexuel. Après son départ, les tiroirs de mon lit étaient remplis de billets de 10000 F. Lorsqu'on fait des achats avec ces types de billets, ils reviennent toujours à leur place. Cela m'enrichissait davantage.

C'est cela le mariage avec Mamie Watta. Mais imaginez un seul instant les problèmes que cela crée aux commerçants et aux caissiers des banques !

Cet esprit de Mamie Watta est à la base de la prostitution. Il pousse les gens à aller dans les boîtes de nuit. Mamie Watta est aussi à la base des femmes et des «maris de nuit».

Contact avec un mentor indien

J'étais en contact avec un Indien avec qui j'ai eu des séances à plusieurs reprises dans ma maison à Abobo-gare. Là, lui et moi, torses nus, nous faisions des incantations vers une heure du matin. Après cela, il prenait son avion et s'en allait. Une semaine après cette série de visites, chaque vendredi midi, je faisais des incantations au cours desquelles je voyais l'image de cet Indien dans un grand miroir qu'il m'avait remis et que j'avais installé dans ma chambre. A travers ce miroir, je lui parlais directement.

Je dois dire que des hauts cadres se livrent à de telles pratiques faites d'incantations avec des partenaires en Europe, en Inde ou ailleurs dans le monde. Ceux-là savent bien de quoi je parle.

J'étais donc en contact avec cet Indien par des paroles incantatoires A la prononciation de ces paroles, il se présentait dans mon miroir et nous communiquions, lui en Inde, et moi à Abidjan. Par cet Indien j'avais accru ma puissance. Cela m'a permis d'aider beaucoup de gens.

Je les faisais évoluer dans leur société, dans leur ministère. Ils venaient du Congo, du Mali, du Cameroun, du Burkina Faso et j'en passe, pour me consulter.

Au travers de ce livre, je m'adresse à tous ceux que j'avais "aidés" de cette manière en leur disant que ce que j'ai fait pour eux est une malédiction. Cela ne vaut rien à coté de la vie éternelle. Je vous en conjure donc : arrêtez tout ça ! Acceptez Jésus -Christ sinon vous allez finir mal. Les œuvres mystiques sont terribles vous pouvez vous trouvez à bord de votre voiture et vous faire écraser par un gros camion. C'est cela que j'appelle finir mal.

Chapitre 7 : Megnanou et l'Eglise

La sorcellerie, nous l'avons vu, consiste à détenir des pouvoirs mystiques qu’on use au bénéfice de certains individus ou groupe d'individus contre un autre groupe d'individus généralement plus important en nombre. Mais le fondement réel de la sorcellerie reste le diable, et comme tel, elle s'oppose à Dieu et à son église. Dans l'exercice de mon métier, je suis donc devenu ennemi de Dieu.

J'étais associé à un groupe de sorciers occultistes pratiquant le vaudou. Ce groupe était composé d'un Indien, d'un Haïtien, d'un Guadeloupéen, d'un Brésilien. J'étais le seul Africain dans ce groupe.

Notre mission dans le monde entier consistait à travailler en collaboration avec les grands maîtres de la franc-maçonnerie, de la Rose-Croix, des Eckankar, du Vaudou pour causer des catastrophes aériennes, des collisions de trains, des inondations, etc. afin de recueillir du sang humain pour le compte de Satan, pour que des vies soient détruites. Nous devions par la suite rendre compte à Satan dans les cimetières et dans les forêts sacrées.

Ce sont les sorciers, occultistes et autres, qui sont à la base des catastrophes aériennes, des guerres civiles, des inondations dans le monde entier, qui provoquent la destruction de vies humaines et créent des problèmes aux institutions financières étrangères chargées de reconstruire les pays. Les sorciers, occultistes, marabouts, adeptes de Vaudou ou féticheurs, opèrent à partir de minuit jusqu'à 3 heures du matin.

D'aucuns profitent de ces heures pour sortir de leurs corps, procédant ainsi à des dédoublements.

Les sorciers se transforment en cafards, en lions, en chats noirs, en souris, en bœufs, en hippopotames, en serpents, en mouches, en scorpions ou en chiens pour tuer.

Quant à moi, je me dédoublais en me transformant en mouche – pour aller opérer au loin, détruire des vies humaines en les rendant malades dans leur  sommeil. C'est ce qui explique que des gens se réveillent le matin malades et qu'après quatorze jours ou vingt-et-un jours, ils rendent l'âme.

Si tu es attaché au Seigneur Jésus-Christ, aucun sorcier ne peut venir t'attaquer dans ton sommeil pour te tuer "car les anges de l'Eternel campent autour de ceux qui le craignent". Aucun sorcier ne peut tuer un pasteur ou un autre chrétien attaché au Seigneur.

Les pasteurs et autres chrétiens qui ont chuté ou qui ont été mangés en sorcellerie, prouvent par là qu’ils n’étaient pas bien convertis.

Les sorciers attaquent à distance. Ils tuent à distance. Ils créent des problèmes à distance. Ils rendent les gens malades à distance. Mais, si tu es en Jésus-Christ, ils ont beau faire contre toi à distance, rien ne pourra t'arriver parce que tu es couvert par le sang de Jésus nuit et jour.

J'ai attaqué plusieurs chrétiens et des pasteurs en sorcellerie pour les envoûter, les rendre malades afin de les détruire, mais en vain. J'ai échoué parce qu'ils étaient fortement attachés au Seigneur. Etre fortement attaché au Seigneur, c'est ne consulter ni occultiste, ni sorcier, ni féticheur, ni visionnaire, ni devin, quelles que soient les épreuves qui s'abattent sur nous.

Etre fortement attaché au Seigneur, c'est encore s'adonner à la prière lorsqu'on traverse les épreuves et qu'on subit les attaques et s'attendre à ce que son Dieu intervienne au temps favorable.

Les Ecritures disent de ne point se tourner vers ceux qui évoquent les esprits, vers les devins, les marabouts, les féticheurs, les sorciers, les visionnaires, de ne point les rechercher, de peur de nous souiller avec eux (Lévitique 19.31). Tournez-vous donc vers Jésus-Christ qui est la solution à tous nos problèmes.

Cependant, il m'est souvent arrivé d'attaquer des chrétiens qui ont "un pied à l'église et un pied au dehors" chez les visionnaires, les devins, les sorciers ou les féticheurs.

De tels chrétiens sont très attachés aux œuvres infructueuses et souvent à la tradition familiale. J'ai tué plusieurs soi-disant baptisés-confirmés dont la foi était vacillante. La Bible ne dit-elle pas : "Crois au Seigneur Jésus-Christ et tu seras sauvé" ?

Seuls ceux qui ont une foi réelle en Jésus sont hors de portée des sorciers. Les veillées de prière que les églises évangéliques organisent constituent des bombes jetées dans le camp des sorciers, occultistes, féticheurs, marabouts. Elles les empêchent d'opérer en toute tranquillité.

Par la sorcellerie, j'attaquais les églises.

Par la sorcellerie, mon groupe et moi affaiblissions les chrétiens et nous les amenions à interrompre leur moment de jeûne avant terme. Quand ils décidaient de faire un jeûne d'un jour, je les amenais à interrompre à midi au lieu de continuer jusqu'à l'heure prévue pour être béni.

Lorsqu'un groupe de chrétiens décidait de faire quatre ou sept jours de jeûne, je les attaquais pour les amener à écourter le jeûne décrété par l'assemblée. Quand malgré tout ils continuaient, cela mettait le désordre dans notre camp. Les jeûnes et prières font échouer les œuvres de la sorcellerie dirigées contre les chrétiens.

Je pouvais attaquer les églises avec mon groupe de sorciers en semant la division entre les pasteurs et les responsables d'églises pour de l'argent et les biens matériels, lorsqu'ils sont attachés à ces choses. Ces dissensions les empêchaient de prier suffisamment, de jeûner et de prendre soin des brebis pour l'avancement de l'œuvre de Dieu.

Les sorciers excitent les belles filles de l'église qui ne sont pas converties, pour qu'elles fassent chuter les responsables ainsi que le pasteur afin de détruire même des églises vivantes.

J'attaquais les églises en suscitant un esprit de rébellion, d'orgueil, de calomnie chez les chrétiens afin qu'ils soient attachés à la sorcellerie. La rébellion contre les pasteurs, les critiques et les calomnies, la haine, la rancune les uns envers les autres, sont le plus souvent dus à la sorcellerie.

En tant que sorciers, nous collaborions avec les associations suivantes : Eckankar, Rose-croix, Gourou-maraji, Mahikari, Bouddha, Moon, Krishna, les Francs-maçons, les associations où les gens allument des bougies pour prier et qui adorent les statues d'images taillées représentant des choses qui sont en haut dans les cieux. Tous ceux-là pratiquent la sorcellerie.

Certaines soi-disant églises proposent des visions aux gens afin de les envoûter, et vendent les bougies blanches, rouges, bleues, vertes. Elles exigent aux femmes mariées sept à quatorze jours de couvent. Ces "églises" pratiquent elles aussi la sorcellerie. La nuit, leurs responsables vont dans les cimetières et au bord de la mer pour prier, faire des sacrifices, pratiquer la sorcellerie, l'occultisme et le maraboutage. D'autres utilisent l'huile d'onction qui est très dangereuse. C’est de la graisse de python dont ils font du savon noir qu'ils remettent aux gens pour se laver, les mettant ainsi en contact avec les démons. Ils préparent les parfums Saint-Michel pour leurs clients, les exposant à l'esprit de Mamie-Watta.

C'est de la vraie sorcellerie que ces églises pratiquent. Ces visionnaires profitent de leur soi-disant couvent pour commettre l'adultère ou l'impudicité, avec les femmes mariées et les jeunes filles.

Il y a aussi des "églises" où les fidèles s'habillent en blanc et les responsables en soutanes avec des ceintures noires à la poitrine et une canne en main. Ces gens-là pratiquent la sorcellerie. Toutes ces églises et réseaux d'occultisme que je viens de vous citer sont de connivence avec les sorciers. Aussi, en tant que sorcier, je comptais moi aussi créer une église.

Projet de création d'église

Par suite de mon contact avec l'Indien, nous décidâmes de créer une église à Abidjan. Vous vous en doutez, ce devait être une église diabolique ! Notre église devait s'appeler Eglise Internationale du Sang de Jésus-Christ. Est-il besoin de signaler que ce n'est pas le sang de Jésus-Christ mais le sang humain qui devait être à la base de cette église ?

C'est l'Indien et moi qui avons choisi ce nom.

Nous avons constitué les dossiers et fixé les conditions pour tous ceux qui désireraient être membres de cette Eglise. Pour être inscrit dans le registre de notre église, il fallait :

-          Payer 10000 F. Ce devait être une garantie de prospérité pour le fidèle dans ses activités. Cette prospérité devait reposer sur un fétiche détenu par l'église et qui se fait à base de sang humain.

-          Si un membre venait à mourir, nous devions l'enterrer nous-mêmes, histoire de lui ôter le cœur dans le but d'envoûter des personnes riches afin qu'elles se joignent à l'église. L'indien devait emporter ce cœur en Inde, travailler là-dessus pour qu'une autre personne semblable au défunt vienne prendre sa place. Pour un fidèle riche décédé, il faut combler le vide par un autre tout autant sinon plus riche. Le cœur du défunt devait permettre à l'Indien d'obtenir ce résultat.

-          Les fidèles devaient porter une soutane tout rouge et un bandeau rouge en percale pendant la prière. Chaque fidèle devait acheter une bougie : rouge, bleue, blanche, verte. Parmi les bougies, il y en avait pour se venger contre tous ceux qui étaient opposés aux membres de notre congrégation. Ils pouvaient, à l'aide de ces bougies, faire des incantations pour détruire leurs ennemis.

Dans notre projet de création d'église donc, nous avons prévu des bougies à vendre pour procurer le bonheur à nos fidèles.

Curieusement, il y a aujourd'hui des églises qui utilisent les bougies pour faire exactement ce que nous faisions. Aujourd'hui on trouve à Abidjan et même dans le monde entier, une église du même nom à quelque nuance près. On est en droit de se demander si ce n'est pas la même idée que les fondateurs de cette église ont reprise.

Bien plus, nous avions prévu chaque année la mort de quatre fidèles, sur le plan mystique, c'est-à-dire en dehors des décès naturels. Ce devait être en fait des sacrifices destinés à amener à l'église près de 100 à 150 personnes de plus. Nous avions prévu aussi d'organiser trois cérémonies de baptême chaque année. L'indien devait se déplacer de son pays pour la cérémonie. Les candidats au baptême devaient donner 50000 F pour l'eau du baptême.

Ce n'est pas le vrai Dieu que nous devions adorer dans cette église aussi, avons-nous décidé qu'un fidèle peut épouser quatre femmes et avoir des maîtresses dehors. Cela ne devait pas être compté comme péché devant Dieu.

Nous avons prévu tout cela après avoir fait des recherches dans la Bible et découvert quelque part que sept femmes sont venues vers un homme pour dire : nous voulons t'épouser. Cela devait être le support biblique de ce point de statuts de notre église. C'est pour dire qu'on présentait la Bible comme couverture, mais tout cela était basé sur du mensonge.

Voilà ce que l'Indien et moi avions prévu pour notre église, mais cela n'a pas pu se réaliser car Jésus-Christ m'a saisi et tous ces projets sont tombés à l'eau

 

Chapitre 8 : Conversion, Combats et Délivrance

Conversion

Comme vous le voyez, tout allait bien pour moi : j'avais du succès et ma réputation dépassait les frontières ivoiriennes. Avec mon mentor indien les perspectives étaient fantastiques. Rien ne me prédisposait donc apparemment à abandonner mes pratiques. Mais Dieu avait son plan.

Pour le réaliser, il a permis que ma sœur, du nom de Béatrice, accepte Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur et prie avec persévérance pour moi. C'est le lieu de dire qu'un sorcier féticheur peut tout faire, mais une fois que l'heure de Dieu a sonné, il n'y a rien à faire, il ne peut que céder.

Quand Béatrice se rendit compte de ce que je faisais, elle s'amena chez moi un samedi, alors que je recevais un client. Je lui dis : j'apprends que tu vas à l'église. Oui, me répond-elle, j'ai accepté Jésus-Christ et je suis venue te parler de lui. Il n'en fallait pas plus pour que je la chasse de chez moi car si les clients entendaient une telle conversation, ils pourraient se décourager.

Sans désarmer, elle revint le lendemain, cette fois, pour m'inviter a l'église car disait-elle, il y avait un programme consistant. J'ai dû la chasser avec une machette. La lutte était ainsi engagée entre elle et moi. Il convient de dire qu'elle priait et jeûnait pour moi. Aussi maigrissait-elle de jour en jour. Ne le sachant pas je me moquais d'elle à chaque fois que je la voyais. Mais elle ne cessait de répéter que le Seigneur a un plan pour moi, ce qui naturellement m'amusait davantage.

A ces mots, je rentrais dans ma voiture et je m'en allais.

Après un mois, j'eus un terrible accès de fièvre, je grelottais de froid. Un ami féticheur qui habite Port-Bouët (une des dix communes d'Abidjan) me rendit visite à ce moment-là. II me demanda ce que j'avais. J'étais obligé de lui dire la vérité Je lui dis donc : depuis quelques temps, ma petite sœur me rend visite avec sa Bible et elle m'invite à l'église en réponse, l'ami me mit en garde : Ne collabore jamais avec les gens qui viennent te parler de Jésus-Christ, me dit-il. Car en sa présence, les fétiches n'ont plus de pouvoir.

Par la suite, il prononça des paroles incantatoires sur moi, après quoi je lui livrai le nom de ma petite sœur pour qu'il fasse d'elle ce qu'il voulait  y compris la tuer. J'étais décidé à en finir avec elle. En tant que sorcier, je décidai de passer moi-même à l'attaque avant même que mon ami n'entre en scène. Vers 1 heure du matin donc, je  m'approchai de mon fétiche qui avait la propriété de rendre fou et je prononçai des paroles incantatoires. Je m'attendais à voir son image dans le canari contenant le fétiche. A ma grande surprise, cela ne se produisit pas. Je fis alors appel à mes disciples pour voir plus clair dans cette affaire. L'un d'entre eux suggéra de verser une bouteille de Gin sur le fétiche, pour lui donner plus de puissance. Après tous ces sacrifices, l'image de ma sœur ne sortit toujours pas. Je consultai mes cauris qui avaient prédit que le travail marcherait. Puis je pris un cadenas qui avait la propriété de rendre fou je dis son nom; quand j'essayais de fermer, le cadenas se bloquait. Je repris l'expérience, toujours la même chose. Cela dura jusqu'à 3 heures du matin.

Excédé et m'imaginant qu'elle était déjà atteinte, je décidai de tout laisser tomber  c'était un vendredi ; le samedi, vers 16 heures, alors que je rendais visite à mon père, j'aperçus ma jeune sœur qui, en me voyant, s'écria : "alors, grand frère. Alléluia ! Jésus est merveilleux".

Très fâché, je fis cependant un effort sur moi pour me maîtriser, je m'approchai d'elle et lui demandai si elle ne sentait pas un mal quelque part. "Je suis en Jésus-Christ ; comment veux-tu que je tombe malade comme ça ?", me fit-elle.

Puis, elle me dit : accepte Jésus-Christ, car tout ce que tu fais est mal et de nul effet. La puissance de Jésus ajouta-t-elle, surpasse de loin celle des sorciers.

Après trois jours, je prends un autre fétiche, compose d'un pied d'homme et d'un cadenas, pour la paralyser. Et pour ce faire, je m'enferme dans ma chambre et je jeûne pendant trois jours. Pour toute nourriture, je prends du jus de coco. Je parle jusqu'à sept fois et quand je tente de fermer le cadenas, il se bloque à nouveau. Je me demandais si elle était magicienne.

Cependant, je décide de me rendre au cimetière tard dans la nuit pour enterrer le fétiche, afin de lui conférer plus de puissance.

Le lendemain, je décide d'aller lui rendre visite, espérant qu'elle serait paralysée, sur son  lit.

Mais étant dans le taxi, je la vois s'en aller. Bible en main. Alors, je m'approche d'elle et lui dis : j'ai fait un rêve sur toi n'aurais-tu pas mal au pied ? Elle me répond : "je suis en Jésus-Christ, la maladie n'a donc plus de pouvoir sur moi."

Cette déclaration de Béatrice, l'auteur la comprend aujourd'hui dans ce sens que le véritable enfant de Dieu est caché en Jésus. Il ne peut donc pas être atteint par ces pratiques mystiques.

Il note cependant que certains chrétiens sont victimes de ces attaques, ce qu'il explique par le fait qu'ils laissent des ouvertures à Satan.

En courroux, je rentre chez moi Et je fais appel à mon ami et collègue de Port-Bouët. Je lui explique tout ce que j'avais fait, sans le moindre succès. Il me dit : accorde-moi une semaine. Puis il ajoute : ne t'en fais pas, c'est nous qui allons payer son cercueil. Je lui donne carte blanche. C'est le lieu de dire que les sorciers, pour nous avoir, passent par un membre de notre famille.

Sur ce, il s'en va chez lui ; après une semaine, rien ne se passe. Je me rends chez lui ; il me dit qu'il a fait le travail et qu'il ne comprend rien à ce qui se passe.

Devant cette énigme, je décide de tout laisser tomber. Mais voilà que trois semaines après, la fièvre dont j'avais souffert revient de plus belle Elle était si forte que je  me disais : c'en est fait, je suis mort. Par instinct de survie, je prends néanmoins un taxi pour l'aéroport, histoire de me rendre d'urgence auprès de mes mentors du Bénin pour me soigner. Je descends du véhicule malgré la fièvre, dans un suprême effort.

Je n'ai pas la présence d'esprit de voir si le feu pour piétons était toujours au vert avant de traverser la chaussée. J'ai donc failli me faire renverser par un taxi. Le chauffeur du taxi après m'avoir proprement insulté descend pour venir me donner une bonne paire de gifles. Les gens me regardaient.

J'étais sans réaction. Je ne pu même pas adresser au chauffeur une de ces paroles dont j'avais le secret, qui l'aurait amené à faire un accident, j'avais oublié tout cela, tant j'étais troublé. En arrivant à Air Afrique, les guichets venaient de fermer. Et j'étais là, ne sachant que faire Une voix me suggérait d'aller voir ma petite sœur une autre s'opposait à cette proposition. Mais la première voix était irrésistible. C'est elle qui emporta mon suffrage. Me voici en route pour la maison de ma sœur. Arrivé chez elle, elle me dit que le Seigneur va opérer le miracle. Je lui demandai : quel miracle ? Car moi aussi je fais des miracles.

Je lui cite quelques miracles que j'opérais. Ces miracles là sont sataniques, ils sont diaboliques, ils n'ont pas de puissance s'exclama-t-elle avec une pointe d'énervement. Bien, dis-je, qu'est-ce qu'on fait pour ma santé ? Elle me dit : "nous allons voir des pasteurs. Ils vont prier pour toi. D'accord, fis-je. Cherche à voir les pasteurs après le culte, me dit-elle. Pas de problème, répondis-je.

Dans le taxi qui nous menait à l'église, je remarquai que ma sœur avait la tête baissée et priait. Je lui assenai alors un coup sur le dos en lui disant que le taxi n'est pas une église.

Quand nous sommes arrivés à l'église, elle était très excitée car elle venait de trouver une nouvelle âme. Enfin, elle me trouva une place pour m'asseoir. Après le culte, avant d'être reçu par le pasteur, j'entrai dans les toilettes, j'ouvris ma mallette, je sortis un fétiche que je mis dans ma bouche en disant : ça va barder ! C'était bien sûr dans l'intention de faire du mal au pasteur. Le pasteur me reçut dans son bureau Le fétiche étant dans ma bouche. Il me posait des questions auxquelles je répondais de la tête car je ne pouvais pas ouvrir la bouche. Je dus profiter d'un moment d'inattention pour enlever le fétiche de ma bouche. Curieusement, les paroles incantatoires que je voulais prononcer sur le pasteur, je les avais toutes oubliées. Comme quoi, lorsqu'on est en Jésus-Christ, les flèches du Malin ne peuvent pas nous atteindre.

Le pasteur me demanda ce qui n'allait pas, ce qui provoquait cette fièvre qui m'amenait là.

Avant de partir, les pasteurs devaient prier pour moi. Je ne savais pas comment cela se passait.

Nous nous rendîmes donc dans une salle où je vis une femme à terre en train de crier tandis que les gens qui étaient à côté d'elle disaient : sors de ce corps, sors de ce corps !

Pris de panique, je fis un pas en arrière, me disant que j'allais subir le même sort que cette femme qui gisait au sol. Mais le pasteur me dit de ne pas avoir peur. Il m'encouragea à avancer. Ils me firent asseoir sur un banc ; les pasteurs du département démonologie se mirent à prier sur moi. Je me mis alors à dormir. Quand je me réveillai, ils avaient fini de prier, je sentis alors une grande chaleur sortir de mon corps. Ils me donnèrent rendez-vous dans trois jours.

Les trois jours passés, point de Megnanou. Pendant mon absence, en effet, des clients m'avaient manqué. Quand ils sont revenus, ils m'ont demandé où j'étais passé. Informés que j'étais allé à l'église, ils me désavouèrent : n'y mets plus les pieds, me dirent-ils. C'est très dangereux.

Me voulant rassurant, je répondis : n'ayez crainte ; je suis venu à la maison prendre un autre fétiche pour aller contre le pasteur. Après cela, je fis leur consultation et ils s'en allèrent. En fait, je n'étais pas dans mon assiette. Toute ma pensée était à l'église. Tout ce qui s'est passé là-bas défilait dans ma tête. S'étant rendu compte que j'étais absent au rendez-vous, ma petite sœur est venue me voir.

- Mais, grand-frère, on ne t'a pas vu au culte.

Je répondis : Avec Dieu, il ne faut pas se précipiter ; je vais venir à l'église ; mais laisse-moi y aller à mon rythme.

Non, fit-elle, ne te laisse pas berner par Satan. Il ne cherche qu'une chose : te tourner en bourrique et te détruire à la fin.

Elle n'était pas du tout contente de constater que je pratiquais encore les consultations ; c'était un vendredi. Le soir, nous nous rendîmes à l'église. Ils se mirent à prier sur moi. Ce jour là, quand le pasteur qui était au programme se mit à prier, je constatai que les gens tombaient ici et là.

Pris de panique, j'accrochai mon pied à celui de mon voisin, ce qui ne manqua pas d'engendrer quelque incompréhension suite à quoi le service d'ordre dû intervenir. Les gens tombaient de partout Après la prière, je rentrai chez moi et je me mis à rire seul. Inquiet, je pris l'initiative de me rendre à l'église.

Ce jour-là, on prêchait sur l'amour de Dieu ; suite à la prière, ni moi, ni personne ne tomba. J'en étais tout heureux. Les pasteurs m'ont demandé pourquoi je ne venais plus. Je leur ai dit : quand je viens et qu'on prie les gens tombent. Ils m'ont répondu que cela ne devait pas m'empêcher de venir.

Un autre jour, j'eus un entretien, une cure d'âme à l'issue de laquelle je leur ai avoué que j'avais des fétiches. Ils m'ont alors demandé de les apporter. Je n'étais pas d'accord, car je pensais tout au fond de mon cœur que les pasteurs allaient s'en emparer pour avoir un surcroît de puissance Mais suite à cet entretien, je ne dormais plus. J'étais le théâtre d'un combat terrible : je voyais comme des gens me poursuivre avec des bâtons en plein salon. On faisait le tour de la table à manger. D'autre part, je me suis mis à parler seul. J'étais au bord de la folie. Les voisins effrayés vinrent aux nouvelles. Pour cacher ma propre appréhension, je leur ai dit : ne vous en faites pas, il n'y a rien.

En fait, je me suis empressé d'aller voir le pasteur à l'église pour lui expliquer la situation. Il me dit à son tour : apporte les fétiches pour qu'on les brûle, après quoi, tu auras la paix du cœur. Cette fois, j'ai donné mon accord. Il faut dire que je n'avais pas le choix.

Un matin, j'ai loué une bâchée neuve qui était en circulation depuis à peine trois mois. J'ai dit au chauffeur que l'avais des bagages à transporter à l'église. J'ai pris des valises, des sacs, et je me suis adressé aux fétiches en ces termes : il semble que c'est à cause de vous que je ne dors pas. Vous  allez donc vous rendre là-bas,  à  l'église. Si vous le voulez, allez les attaquer et laissez-moi tranquille.

Sur ce, je me dirige vers un fétiche pour le soulever ; il devient extrêmement lourd.

Impossible de prendre même le plus petit des fétiches ! Après cette tentative manquée, je me suis mis à parler seul. Le chauffeur s'est alors approché de moi pour me demander ce qui se passait.

-Non, il n'y a rien, attends-moi, j'arrive, ne sois pas pressé, j'arrive, ne t'en fais pas, je vais te payer, lui dis-je.

-Il dit : "mais tu parles seul ; si les bagages sont lourds, tu n'as qu'à m'appeler, je vais t'aider"

- Non, ça va, j'arrive.

Mais tous les fétiches étaient lourds et comme cloués au sol. Je me  suis mis à réfléchir et je me suis souvenu d'une expression qui revenait sur les lèvres des gens à l'église." Au nom de Jésus, sors de ce corps! "Je suis rentré dans la chambre et j'ai demandé aux fétiches : vous allez bouger ou non ? Quand j'ai dit : "au nom de Jésus, sors de ce corps !", le plus gros fétiche est devenu léger. Et j'ai dit : Tiens, tiens ! Ainsi donc, vous ne valez rien. C'est de cette façon que j'ai mis tous les fétiches dans les sacs et les valises, en répétant cette expression. On a donc mis tout cela dans la bâchée. Mais la bâchée refusa de démarrer. I1 a fallu que je prononce le même bout de phrase pour qu'elle démarre et qu'enfin, nous nous rendions à l'église.

Quand nous sommes arrivés à l'Eglise ce 26 décembre 1987, les pasteurs, en voyant le grand nombre de fétiches, se sont exclamés : dis donc, toi, tu étais vraiment un élément dangereux.

Puis, ils m'ont appelé de côté et m'ont fait signer un papier. Ensuite, ils ont mis le feu à tous les fétiches. Certains de ces fétiches faisaient des bonds dans le feu. C'est ainsi que j'ai livré tous mes fétiches.

Ce jour-là, j'ai dormi de 22 heures à 10 heures du matin. La leçon que je tire de cette expérience, je la livre sous forme de conseil à ceux qui veulent accepter Jésus-Christ : il faut tout livrer, sans réserve. Sept mois plus tard, soit le 28 juillet 1988, j'ai été baptisé.

Combats

Après ma conversion, ma vie a changé du tout au tout. Mon niveau de vie est tombé très bas.

Je ne gardais pas d'argent en banque ; un matin, j'ai retrouvé tout mon argent en cendres tandis que mes habits sont restés intacts. J'ai appelé ma petite sœur pour lui expliquer la situation. Elle m'a dit : c'est la preuve que cet argent ne venait pas de Dieu. Cet avis a été confirmé par les pasteurs. J'ai donc accepté la situation et ai même rendu gloire à Dieu !

Quand les clients venaient me voir, je les refoulais en les évangélisant. En réponse, ils disaient que je suis devenu fou. J'allais évangéliser les sorciers et les féticheurs. Certains d'entre eux m'attaquaient. Même mon père a envoyé un message au Bénin pour qu'on en finisse avec moi.

C'était le début de ma conversion ; la situation était tendue ; et cela continue même maintenant. J'avais des attaques de partout. Chaque jour, à mon réveil, je trouvais un serpent dans ma chambre. Je prononçais toujours la même phrase : "Au nom de Jésus !" puis je lui donnais un coup de balai sur la tête et il mourait. J'ai remarqué qu'à chaque fois que je tuais un serpent, on venait m'annoncer un décès au village.

Même les sorciers avec  -lesquels j'avais signé des pactes se sont ligués pour me tuer. A ce moment-là, je me suis rendu au Bénin. Alors les gens ont dit : on verra bien s'il s'en sortira ; il va sûrement mourir. Comme ça, il ira évangéliser les "il n'y a rien". Cette expression désigne dans notre langue ceux qui ne sont plus.

Au village, ils ont tout fait pour me tuer. Lorsque je me levais le matin, je voyais des fétiches près de mon lit,  je prenais un balai, je disais : "au nom de Jésus", et je balayais tout même sur la route, je rencontrais de grands sorciers qui  me demandaient ou étaient passés les fétiches qu'ils m'avaient donnés.

Je leur disais je les ai tous brûlés au nom de Jésus-Christ et je leur annonçais la parole de vérité. Cela les irritait et les poussait à tout mettre en œuvre pour me tuer. Peine perdue. Cela pour dire que lorsqu'on est vraiment en Christ, rien ne peut nous arriver. Ainsi donc mes amis ex-sorciers surtout, donnez-vous au Seigneur sans réserve sinon vous aurez des problèmes avec les sorciers.

Délivrance

Au début de ma conversion, tous les matins au réveil, je saignais du nez et de la bouche à cause du pacte signe avec les sorciers. Mais par la grâce de Dieu, j'ai été délivré de ces maux. Gloire soit rendue à son nom ! J'avais aussi des ulcères d'estomac, maladie caractéristique de bon nombre de sorciers.

J'ai dépensé beaucoup d'argent sans résultat. Dans le jeûne et la prière, j'ai été guéri une nuit alors que je dormais. En songe, j'ai vu quelqu'un opérer la partie où j'avais mal. J'ai alors senti une douleur semblable à celle d'une piqûre. A mon réveil, j'ai prié et remercié le Seigneur.

J'avais une telle conviction que j'ai demandé à ma sœur de préparer une sauce bien épicée que j'ai consommée sans modération : je  n'ai rien ressenti. C'était en quelque sorte mon test. Vraiment, Jésus-Christ est merveilleux !

Notre Dieu est un Dieu fantastique, un Dieu miséricordieux, précieux. Il se nomme Yahvé-Jiré, El Shaddaï, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, le Dieu d'Israël. Il n'a point changé, il est le même hier, aujourd'hui et éternellement. C'est lui seul qui peut délivrer et sauver. Oui, c'est lui seul qui peut libérer de tout péché. Gloire et honneur lui soient rendus !

Qu’est-ce qu’une délivrance ?

C'est le fait d'être pardonné des mauvaises actions commises : meurtres,  avortement, crimes, iniquités, bref, tout péché commis contre Dieu qui nous est pardonné. C'est le fait d'être transformé en une nouvelle créature selon ce que dit la Parole de Dieu dans 2 Co 5.17.

Lorsqu’on est une nouvelle créature, on abandonne toutes les choses mauvaises auxquelles on était fortement attaché. C'est cela la délivrance.

On n'est pas délivré lorsqu'on a encore le regard tourné vers les choses anciennes comme la femme de Lot. On n'est pas délivré lorsqu’on a encore un pied chez les sorciers et les féticheurs et un pied dans le Seigneur. Dans ce cas, la délivrance n'est pas encore effective.

Quant à moi. Jésus-Christ m'a délivré. J'ai mes pieds, mes bras dans le camp du Seigneur. Il m'a délivré et je suis dans une grande joie car aujourd'hui. Christ vit en moi, ce n'est plus moi qui vis.

Il faut ajouter que la délivrance n'est pas qu’extérieure. Elle ne consiste pas qu'en l'abandon des fétiches. Elle est aussi intérieure. La délivrance est la rupture de tous les liens funèbres, de toutes les attaches de quelque nature qu'elles soient, de tous les contrats passés avec l'Ennemi.

Qu’ils aient été de notre fait ou du fait de quelqu'un d'autre. I1 s'agit donc d'un combat pour lequel le jeune converti n'est pas toujours armé. Aussi, a-t-il besoin de soutien et d'encadrement.

Encadrement pour la délivrance

J'ai été encadré de façon extraordinaire à l'Eglise où j'ai fait mes premiers pas. Sans l'encadrement assuré par les serviteurs de Dieu, les anciens, la délivrance ne saurait être totale. Il faut encadrer celui qui se donne à Dieu, lui faire une cure d'âme (d'aucuns parlent de relation d'aide). Ainsi, il sera délivre des envoûtements et autres malédictions.

Lors de ma délivrance, je priais beaucoup, j'intercédais, il y avait une guerre spirituelle Ma délivrance n'a pas été facile. Elle a duré quatre mois dans l'église ou j'ai accepté Jésus-Christ et pour cause : J'ai dû me débarrasser un à un de mes multiples liens. Ma première délivrance, c'est quand j'ai livré mes nombreux fétiches pour être brûlés à l'église par les serviteurs de Dieu. J'en ai été délivré en ce sens que j'en ai été débarrassé. Je n'avais plus la tentation de les utiliser. Ils n'avaient plus de puissance. Je savais que si je rétrogradais, ma condition serait plus terrible car les démons se seraient multipliés en moi et le diable aurait pu alors me tuer facilement.

En effet, Satan est venu pour égarer et détruire. Une fois qu'on accepte Jésus-Christ, on ne doit plus regarder en arrière mais aller de l'avant, se dire que Jésus-Christ est devant. Nous devons suivre résolument Jésus-Christ. Je ne peux m'appuyer sur mes fétiches, mais seulement sur Jésus-Christ que j'ai reçu, dont le nom est au-dessus de tous les noms et devant qui tout genou fléchira (Rom14.11).

J'ai été délivré de l'occultisme, du fétichisme. Ma délivrance de l'esprit de Mamie Watta n'a pas été facile. Pendant la période de pratique de sorcellerie, mon sexe ne fonctionnait plus à cause du pacte signé avec Mamie Watta. Rappelez-vous qu'en vertu de ce pacte, j'étais marié avec Mamie Watta. En effet l'esprit de Mamie Watta se manifestait par un gros serpent qui venait se coucher auprès de moi. Lorsque j'ai reçu Jésus-Christ par la prière et le jeûne, ce serpent s'en est allé car la puissance de l'Esprit de Dieu qui habite en moi est supérieure à celles des sorciers, rosicruciens, francs-maçons et d'autres.

Mais il faut dire que la délivrance est intervenue après trois jours de jeûne et prières. Après ces trois jours de jeûne, mon sexe a repris sa forme.

J'avais aussi été initié au zangbetô à Hévie, dans la sous-préfecture de Calavie. A l'issue de cette initiation, j'ai reçu un nom, à l'instar de tous les autres adeptes. Ce nom joue le  rôle d'un laissez-passer. Cette initiation avait consisté à avaler trois têtes de serpents venimeux par des paroles incantatoires.

Ainsi, je pouvais envoyer un serpent mordre une personne et mort s'ensuivait. Après ma délivrance, ces trois têtes de serpents avalées depuis plus de dix ans ont été expulsées. J'ai dû, pour cela, jeûner quatre jours, le cinquième jour, ces trois têtes de serpent sont sorties par les voies naturelles.

Ainsi, j'ai dû lutter quatre mois aidé et encadré en cela par de fidèles intercesseurs. Grâce à eux j'ai rompu un à un les nombreux liens tissés avec Satan. Conformément à ce que dit Jésus-Christ dans Marc 16:16 à ceux qui l'acceptent : "celui qui croira en lui et qui sera baptise, sera sauvé."

J'ai été baptisé d'eau et d'Esprit. Aussi, ai-je été délivré et au nom de Jésus-Christ les démons ont été chassés. Bien plus, j'ai été investi de cette mission de délivrance dont j'ai bénéficiée de la part de mes intercesseurs.

L'ancien sorcier délivré est celui-là même qui peut dénoncer les démons, dévoiler les œuvres de la sorcellerie. Il faut donc être délivré pour dévoiler ces œuvres.

On peut être à l'église et être envoûté, vivre dans la malédiction parce qu'il n'y a pas eu de cure d'âme ou d'encadrement, parce qu'il n'y a pas eu de délivrance. On est alors livré à soi-même. Combien de gens jouent aux pieux dans les églises et prient comme des anges, mais ne sont pas délivrés ! Un chrétien qui n'est pas délivré ne peut pas chasser les démons ; il ne peut même pas chasser une mouche. Ces chrétiens balancent encore et ont peur d'aller au village.

Alors que s'ils sont délivrés, ils ont Jésus-Christ avec eux et peuvent aller partout pour évangéliser selon sa Parole.

Depuis 1989 je dévoile les œuvres de Satan et de ses démons car je suis délivré des multiples démons qui me possédaient. Je puis témoigner parce que j'ai été délivré, sinon Satan n’hésiterait pas à me détruire, me déchiqueter conformément à ce que dit la Bible dans

Apocalypse 12.12 : "Malheur à la terre et à la mer car le diable est descendu vers vous animé d'une grande colère."

Satan est descendu. C'est parce qu'il est déchu qu'il est entré dans des vies humaines. Mais une fois qu'on est délivré, on doit dénoncer Satan. On le peut parce qu'on bénéficie de la protection de Christ. C'est pour cela que je n'ai pas peur de livrer tous ses secrets partout où je vais. Les enfants de Dieu ont le Saint-Esprit, pour les atteindre, il faut attaquer Dieu car ces enfants sont cachés en Lui.

Chapitre 9 : Ma vocation actuelle

La Parole de Dieu déclare dans Actes 26.17, 18: "Je t'ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t'envoie afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière, et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent par la foi en moi, le pardon des péchés et l'héritage avec les sanctifiés."

Depuis qu'il m'a appelé pour le servir, le Seigneur a fait de grandes choses dans ma vie. Dieu m'envoie partout dans le monde. J'ai remarqué qu'en général. Dieu m'envoie là où la sorcellerie fait des ravages, là où, le plus souvent, les églises sont attaquées par les sorciers.

Dieu m'envoie par les invitations que je reçois, en Afrique, en Europe et en Amérique.  Par sa grâce, ces églises, naguère affaiblies par les sorciers, sont réveillées après mon passage.

Une fois que je rends le témoignage de ma vie passée : comment j'avais servi Satan pendant 32 ans – ce qui me permet de dévoiler ses œuvres – et que je dis comment Jésus m'a saisi.

Comment j'ai été délivré suite à un combat qui a duré quatre mois, les vies sont alors libérées, les démons sortent des corps avec agitation en criant, et ceux qu'ils tenaient dans l'esclavage sont délivrés.

Parfois au cours de mes croisades d'évangélisation ou séminaires sur la délivrance, les aveugles voient, les paralytiques marchent et se débarrassent de leurs cannes, les sourds-muets entendent ; ceux et celles qui ont des maladies chroniques dans leur corps sont guéris.

Tout cela se fait par la puissance du Saint-Esprit qui se manifeste immanquablement.

Au Sénégal

J'ai vu comment Dieu a guéri les malades à Dakar, au Sénégal lors de mes croisades. Avant mon arrivée au Sénégal, les marabouts, sorciers, féticheurs avaient pris des dispositions pour m'empêcher d'y venir, mais rien n'y a fait : j'y suis allé à deux reprises. Ils m'ont lancé des flèches mais aucune de ces flèches ne m'a m'atteint (Esaïe 54.17).

J'ai eu l'opportunité de prêcher dans les bus à Dakar et d'amener les gens à Jésus-Christ séance tenante. C'est une chose qui ne se fait pas habituellement, mais le Saint-Esprit a incliné les cœurs de sorte que l'Evangile a été prêché avec succès dans ces bus.

Au Sénégal :

-          Des foyers divisés par les sorciers ont été réconciliés ;

-          Des gens qui voulaient se suicider ont été délivrés de l'esprit de suicide ;

-          Des personnes angoissées ont été libérées ;

-          Des drogués ont reçu la délivrance et se sont donnés au Seigneur présentement ;

-          Des gens qui étaient attachés à la cigarette et qui fumaient quatre paquets de cigarettes par jour, ont été délivrés et se sont confiés au Seigneur ;

-          Des hommes et des femmes adultes convaincus de péché en sont venus aux larmes ;

-          Ceux et celles qui sont poursuivis par les sorciers et qui ne dorment pas la nuit ont été délivrés de la sorcellerie. Il y a eu des repentances dans des églises à Dakar ;

-          Des frères et sœurs dont la vie de prière était étouffée par les sorciers ont retrouvé une vie chrétienne normale.

-          Des hommes et des femmes d'affaires ont eu leurs affaires débloquées. Tout ceci par la puissance du Saint-Esprit.

-          Il y avait un jeune Sénégalais qui avait les poumons abîmés. Les médecins ne pouvaient rien faire pour lui. Après avoir reçu l'évangile accompagné de la prière, ce jeune est allé voir son médecin traitant. Les examens ordonnés par celui-ci ont montré que cette maladie qui rongeait ses poumons avait disparu. Aujourd'hui, ce jeune homme respire normalement et il demeure attaché au Seigneur. Ce que les médecins ne peuvent pas faire. Jésus est capable de le faire, et pour de bon ;

-          Beaucoup ont été délivrés  des maris et des femmes de nuit qui viennent leur faire l'amour dans leur sommeil ;

-          Des gens qui avaient l'ulcère d'estomac ont été guéris instantanément ; ils sont débarrassés de ce mal de ventre atroce. Des sorciers, des occultistes et des religieux se sont donnés au Seigneur ;

-          Par le nom de Jésus, j'ai détruit des fétiches, des talismans et des livres de magie que les gens avaient en leur possession. Evidemment ce sont eux-mêmes qui m'apportaient toutes ces choses pour que je les brûle ;

-          Des femmes stériles qui avaient des règles douloureuses ont été instantanément délivrées de ces maux de bas-ventre ;

-          Des gens qui voyaient des cadavres ou des cercueils dans leur sommeil ou qui se retrouvaient au cimetière ont été délivrés de cet esprit de mort qui les empêchait de dormir la nuit ;

-          Des aveugles ont recouvré la vue. 18 personnes, aveugles depuis des années, ont été ainsi guéries par Jésus ;

-          Des malades envoûtés par les sorciers ont été guéris.

Après Dakar, je me suis rendu dans une autre ville du Sénégal du nom de Fatik à 250 km de Dakar. C'était en avril 1999. J'y ai eu quatre jours de croisade d'évangélisation où j'ai rendu le témoignage de la pratique de sorcellerie dans ma vie passée et comment Jésus m'a saisi. Les gens étaient étonnés d'entendre un tel témoignage sur le fétichisme, le maraboutage, la sorcellerie. Dès que l'appel a été lancé, le premier dans cette région de Fatik, 228 âmes se sont données au Seigneur Cela a été suivi de leur délivrance. Le deuxième jour, 418 âmes se sont données au Seigneur. Le troisième jour, ce sont 475 âmes qui se sont données au Seigneur suivi de leur délivrance. Dieu a fait de grandes choses ; le peuple de Fatik en était émerveillé.

Le Saint-Esprit s'est pleinement manifesté à Fatik. Durant ces quatre jours de campagne d'évangélisation, la population de Fatik a vu les miracles du Seigneur. Toutes ces âmes gagnées au Christ lui restent attachées par la grâce de Dieu. Je me réjouis toujours de constater que la gloire de notre Dieu se manifeste parmi les musulmans qui se confient au Seigneur Jésus. A Fatik, les journalistes de la radio de la ville m'ont accordé une interview.

Nous avons mis le paquet pendant ce temps d'antenne où j'ai rendu le témoignage de ma vie passée en tant que sorcier, marabout, féticheur etc. Ensuite, j'ai dit comment j'ai accepté Jésus.

Cette interview a fait l'effet d'une bombe dans la ville de Fatik dans le camp des maraboutssurtout, parce que j'ai dévoilé toutes les œuvres de la sorcellerie, du maraboutage et du fétichisme. Il faut faire mordre la poussière à Satan et l'exposer pour qu'il soit toujours rabaissé, et Jésus-Christ élevé. Dieu s'est beaucoup manifesté au Sénégal où il m'a envoyé en tournée pour dévoiler les œuvres du diable. Je ne peux pas raconter tous les bienfaits du Seigneur au Sénégal.

En Côte d'Ivoire

En Côte d'Ivoire où Jésus m'a saisi dans mes pratiques de sorcellerie, de fétichisme, du vaudou et de vie conjugale avec Mamie Watta, toutes les fois que j'ai une croisade d'évangélisation, Dieu attire beaucoup d'âmes. Ma première croisade d'évangélisation a réuni environ 15 000 personnes à Yopougon, une des communes d'Abidjan, où quelque 3 500 âmes se sont données au Seigneur suivi de leur délivrance, guérison et repentance. Les gens pour qui j'avais fait la sorcellerie pour les faire avancer dans leur commerce et leur travail, et dont certains sont devenu ministres, députés ou autres, sont fort étonnés d'entendre parler de ma conversion.

Ils n'ont d'autre choix que de se confier à ce Jésus que j'ai accepté. Ils se disent en effet : si cet homme qui nous a épatés en matière de fétichisme, de sorcellerie s'est confié au Seigneur Jésus, c'est que ce Jésus est au-dessus de toutes les autres puissances. Ils se sont alors confiés au Seigneur et sont heureux aujourd'hui d'avoir abandonné les œuvres du diable.

On pourrait penser, à la lecture de ce paragraphe, que tous les anciens clients ou collègues de Bienvenu se sont donnés au Seigneur. Il n'en est rien.

Ma deuxième campagne d'évangélisation a eu lieu à Marcory (autre commune d'Abidjan).

Environ 17 000 personnes étaient présentes sur un terrain de sport, et 2 800 âmes à peu près se sont données au Seigneur suivi de leur délivrance et de leur guérison. Des démons ont fui les corps, libérant ainsi ceux qu'ils tenaient en captivité. J'ai eu des programmes d'évangélisation et des séminaires dans toutes les dix communes d'Abidjan. A ces occasions, beaucoup de personnes se sont données au Seigneur. Des fétiches ont été brûlés.

Parfois des familles ont des problèmes avec les démons et elles me font appel pour leur délivrance. Ces fétiches enterrés dans leur cour, devant leur portail, au nom de Jésus, je les déterre et je les brûle. D'autres familles sont poursuivies par la sorcellerie, avec la prière suivie de jeûne, ces familles sont délivrées.

Parfois, des gens m'appellent au téléphone pour expliquer des problèmes diaboliques qui les tourmentent. Je commande alors aux démons de sortir et ces gens sont délivrés par la prière au téléphone ! Dieu m'a accordé sa grâce : une fois que les gens ont des problèmes avec les démons et qu'on me l'explique à fond, Dieu me donne l'inspiration nécessaire pour apporter la solution à ces problèmes démoniaques.

Puisque j'étais dans ce milieu de la sorcellerie et que  je sais comment les sorciers, féticheurs, marabouts-occultistes attaquent, j'attaque ces démons en conséquence par la prière, et des vies humaines sont délivrées au nom de Jésus-Christ. Quand une personne m'explique le problème qu'elle vit, si cela est dû à la sorcellerie, je m'en rends compte. II suffit alors que nous priions pour que le problème soit résolu.

Ce que Dieu a fait au travers de moi en Côte d'Ivoire, je ne puis le raconter en détail. Il a fait de grandes choses, des choses merveilleuses. Il continue de le faire.

Une fois que Dieu délivre une personne de la sorcellerie, du fétichisme, de l'occultisme, il la remplit de sa puissance afin de l'armer pour combattre par la prière, les œuvres de la sorcellerie, du fétichisme de l'occultisme. Dieu m'a plusieurs fois envoyé à l'intérieur de la Côte d'Ivoire dans des villes et villages réputés pour leurs pratiques de sorcellerie et la confusion a toujours régné dans le camp des sorciers. Ils ont toujours eu la diarrhée – au sens propre et au figuré. Dieu nous recommande d'aller prêcher l'évangile partout, de chasser les démons, de guérir les malades, et rien ne peut nous nuire.

Le plus souvent, là où Dieu m'envoie pour son œuvre, c'est dans les lieux de prédilection de la sorcellerie et du fétichisme. Alors le Saint-Esprit se manifeste beaucoup dans ces lieux. Dieu m'a beaucoup utilisé pour son œuvre et il me protège chaque jour. Je ne fais jamais acception d'église lorsque je reçois une invitation pour des programmes de délivrance. Je considère que c'est Dieu qui m'envoie pour son œuvre.

En France

Après ma tournée dans quelques pays africains. Dieu m'a envoyé en Europe où les démons manipulent beaucoup les gens. Les démons sont dans le monde entier. La Bible nous le déclare dans 1 Jean 5.19 : "le monde entier est sous la puissance du Malin."

Les sorciers sont partout dans le monde Satan contrôle le monde entier. Les sorciers ne sont pas seulement en Afrique ; ils sont en Europe, en Asie, en Océanie et en Amérique. Satan est Satan ; il opère partout.

J'étais donc en France où Dieu m'a fait la grâce de prêcher à Paris, à Montreuil, à Bordeaux, a Juvisy-sur-Orge, à Villeneuve, etc. Dieu a fait de grandes choses.

Plusieurs personnes ont été guéries de maladies diverses telles que l'hémorroïde, les ulcères d'estomac, les brûlures dans le corps, et de vices tels que l'attachement à la cigarette, ou encore de la poursuite de sorciers pendant le sommeil, de la peur, de l'esprit de mort, de la pratique de la sorcellerie, du fétichisme, de l'occultisme. Beaucoup d'entre elles ont été restaurées spirituellement dans les églises, et se sont repenties par la suite.

Dans toutes ces églises où je me suis rendu, les chrétiens qui se livraient à la pratique de la sorcellerie contre les pasteurs ont été délivrés. On peut être à l'église et faire la sorcellerie en haïssant son prochain, en calomniant son frère ou sa sœur en Christ, en haïssant son pasteur ou un responsable établi sur nous à l'Eglise, en formant un groupe de rébellion à l'église contre le pasteur pour diviser l'église. Tout cela fait partie de la pratique de la sorcellerie dans l'église.

Refuser de donner la dîme au Seigneur et devenir cupide, c'est aussi une forme de sorcellerie que certains chrétiens pratiquent sans le savoir. Ces chrétiens ouvrent ainsi la porte à Satan.

Beaucoup ont été délivrés de ces œuvres du diable en France. Ceux et celles qui sont affaiblis spirituellement ont été délivrés. Les sorciers attaquent beaucoup les églises pour les diviser, les affaiblir, les pousser vers l'apostasie, amener la révolte des chrétiens contre leur pasteur, faire négliger l'œuvre de Dieu par les chrétiens. Ces chrétiens ainsi affaiblis spirituellement deviennent alors une proie facile pour les sorciers.

Ma tournée en France a provoqué un réveil spirituel dans des églises. Par la puissance du Saint-Esprit, des démons se sont échappés de certains fidèles dans les églises où je me suis rendu. Beaucoup de chrétiens ont découvert le secret des œuvres du diable et peuvent de ce fait, le combattre.

De nouvelles âmes invitées se sont données au Seigneur au cours de mes programmes avec ce ministère de délivrance que Dieu m'a confié, accompagné par les prodiges et miracles qu'Il opère.

Aux Etats-Unis

Dieu m'a envoyé aux Etats-Unis d'Amérique où la sorcellerie règne beaucoup et fait des ravages.

J'étais dans deux Etats (à Louisville dans l'Etat de Kentucky et à Rochester dans celui de New York). A Louisville, j'ai découvert comment les sorciers ont affaibli les églises. Dans les églises, les sorciers vont dans les églises en se faisant chrétiens. Ils s'infiltrent parmi les chrétiens qui n'ont pas une bonne vie de prière pour les envoûter et les affaiblir. Ces sorciers sont à la base des divisions dans ces églises. Ils provoquent la dispersion des chrétiens. Ils amènent les chrétiens à se révolter contre leur pasteur. D'autre part, il y a des homosexuels dans des églises.

Les gens pratiquent la sorcellerie à l'état pur dans les églises aux Etats-Unis. Il y a des chrétiens dans les églises qui pratiquent la sorcellerie, qui endorment les chrétiens, qui sont responsables de la lourdeur spirituelle des églises ou des chrétiens ; même des responsables d'église pratiquent la sorcellerie.

Les sorciers aux Etats-Unis font des sacrifices humains chaque année pour s'enrichir. Ils pratiquent  des enlèvements d'enfants comme cela se fait dans les autres continents. Les sorciers font pression sur les pasteurs qui n'ont pas une vie rangée avec le Seigneur de sorte que ces pasteurs sont amenés à signer des pactes avec eux. I1 en résulte que leurs églises sont à la merci des sorciers, lesquels sont le plus souvent liés à l'esprit de vampire. Ils sucent le sang humain du corps des gens.

Ces sorciers font souvent leur réunion au bord des rivières, dans des buildings que j'ai découverts. Ils ont des lieux de ralliement pour faire la guerre contre les églises et les détruire. Sachons que Jésus-Christ est venu pour détruire les œuvres du diable.

J'ai eu un programme bien organisé avec une église à Louisville dont le pasteur est attaché à la Parole de Dieu. Malgré cet attachement du pasteur, les sorciers attaquent cette église, à travers les chrétiens surtout.

J'ai rendu mon témoignage sur ma pratique de la sorcellerie et ma délivrance. J'ai dit de façon détaillée comment j'attaquais les églises par le biais de la sorcellerie. J'ai dit aussi comment j'ai été délivré. J'ai rappelé quelques cas de prière. Jésus s'est manifesté au milieu de ce peuple. Des démons ont fui les corps. Plusieurs des sorciers qui sont membres de cette église ont été délivrés. Il y avait des démons d'homosexualité, de bisexualité, de mari et femme de nuit qui troublaient les gens. Tous s'en sont allés. Des fumeurs de drogues et de cigarettes ont été délivrés.

Ceux et celles qui étaient poursuivis par les œuvres de la sorcellerie ont été libérés par la puissance du Saint-Esprit. Ceux qui sont malades et qui ont consulté les médecins sans succès ont été guéris et des témoignages fantastiques ont été rendus. Des repentances ont eu lieu. Un gangster qui avait la gâchette facile a été délivré. Cet homme fumait quatre paquets de cigarettes par jour.

Beaucoup ont été délivrés de l'esprit du vaudou, ce vampire.

Dieu a délivré plusieurs personnes de la pornographie, de cette tendance maligne à regarder les films pornographiques. Dieu a opéré de grandes choses dans cette église et elle a connu un réveil spirituel grâce au pasteur de cette église qui a accepté de m'accueillir dans son église Le Saint-Esprit s'est pleinement manifesté. Je bénis vraiment notre Dieu pour ce pasteur : pour son humilité, pour son attachement à la Parole de Dieu et pour son accueil. Si beaucoup de pasteurs pouvaient être comme le pasteur de Louisville des USA, ils verraient le réveil spirituel dans leur église.

Mon modèle dans le ministère, c'est l'apôtre Paul. En effet, l'apôtre Paul passait son temps à enseigner, dévoiler les œuvres du diable et chasser les démons. Ainsi, il faisait un travail de fond pour les églises plusieurs églises sont remplies d'âmes, mais ne savent pas comment les sorciers, les occultistes, les francs-maçons, les rosicruciens s'infiltrent parmi le peuple de Dieu pour envoûter les chrétiens, les affaiblir et semer la division par la suite. Il arrive qu'une église remplie de plus de 2 000 voire 20 000 membres connaisse la division C'est l'œuvre des sorciers, des occultistes et autres. Une église qui se contente d'enseigner sans jamais faire la délivrance est souvent attaquée par les démons de sécheresse spirituelle. On sent alors l'affaiblissement dans cette église. Les gens viennent à l'église mais au fond de leur cœur, ils ont des problèmes avec les démons.

L'église doit faire la délivrance. Jésus est venu pour délivrer les captifs. Nous devons connaître le secret du diable pour le combattre. Dieu m'a établi évangéliste international et me fait voyager dans le monde entier afin de rendre ce puissant témoignage suivi de la délivrance. Je pratique cela partout où le Seigneur m'envoie. Je remercie le Seigneur qui prend soin de moi et de ma famille. Il est ma sécurité et ma protection. Je suis toujours prêt à combattre l'Ennemi.

Chapitre 10 : La Lutte Continue

Tentations financières

Mon ministère, je l'ai dit, consiste à évangéliser : aller partout annoncer que j'ai été délivré, que je suis rempli du Saint-Esprit et que désormais je rends gloire au Seigneur. Mais cela ne va pas de soi.

J'avais des centaines de millions de francs dans ma chambre, dans un coffre, près du lit ; eh ! bien, lors de ma délivrance, cet argent a pris feu. De riche que j'étais, je fus réduit à ma plus simple expression. Mais ce que je reçois aujourd'hui vient de Dieu et constitue une bénédiction sans pareille.

Satan m'a tendu beaucoup de pièges par l'intermédiaire d'anciens amis avec qui je pratiquais la sorcellerie. Fort heureusement, je suis totalement délivré et j'ai Jésus-Christ de sorte que je suis à l'abri de leurs manigances.

Lorsque je suis allé au Bénin, ces anciens amis qui enlevaient les enfants pour les vendre au Nigeria m'ont tenté par leur richesse extérieure : grandes maisons, grosses cylindrées et j'en passe. Moi, j'étais à pied. Je n'avais plus ma grosse voiture. J'avais perdu beaucoup de choses, mais j'étais plus riche qu'eux tous réunis, car j'avais Jésus-Christ. Ces amis se moquaient de moi, ne comprenant pas que je suis riche en esprit. Ma grande richesse, ma banque est au ciel.

Ils essayaient de me tenter avec leur argent mais j'avais toujours présent à l'esprit la parole de vérité et de vie. Cette parole me rappelait sans cesse que le diable rôde, cherchant une faille pour me dévorer. (1P 5:8) Aussi, je veille sur ma vie au nom de Jésus-Christ et je refoule ces amis.

La famille ou Jésus

Mon père était très puissant ; c'était un grand sorcier. Quand j'ai accepté Jésus-Christ, il m'a beaucoup persécuté, il a menacé les serviteurs de Dieu. Toutes les fois que j'allais rendre témoignage quelque part, s'il l'apprenait, il s'y rendait avec ma mère et armé d'une machette, pour m'empêcher de le faire, mais Jésus-Christ est toujours vainqueur et je rendais malgré tout le témoignage.

Dans Jérémie 17.5, le Seigneur ne dit-il pas : Malheur à celui qui se confie à un homme ? Que les chrétiens qui considèrent leurs parents comme leur dieu et ont peur de les offenser en leur présentant la vérité fassent attention !

Ce danger guette même les églises : certaines personnes adorent des hommes dans certaines églises. Mais c'est Jésus-Christ que nous devons adorer, car c'est lui le Dieu vivant. Je peux me confier à un serviteur de Dieu pour qu'il m'aide dans ma vie spirituelle. Mais jamais je ne l'idolâtrerai. En ce qui me  concerne, j'ai beaucoup évangélisé mon père. Il s'est même rendu deux fois à l'église. A son retour a la maison, il a eu des problèmes avec les démons. Il n'arrivait pas à dormir. Mais il n'a pas voulu suivre ce que je lui recommandais, à savoir s'abandonner à Jésus-Christ. Il a continué à pratiquer la sorcellerie. Aussi, une fois rentré au pays, les sorciers l'ont-ils attaqué et détruit. Il fut alors paralysé. Ma jeune sœur Béatrice et moi lui apportâmes l'Evangile sur son lit de malade mais il refusa malgré notre insistance.

Mon père rendit l'âme une première fois, ma mère prit de la percale blanche pour le couvrir avant d'aller aviser les parents. A peine une heure après, ma mère découvrit mon père vivant. Il avait échangé son âme – c'est une pratique courante des sorciers. Lorsqu'ils sentent leur mort prochaine, ils échangent leur âme contre celle d'une autre personne, de sorte que celle-ci meurt à leur place – avec celle de mon petit frère qui décédera quelques jours plus tard.

Il avait lui aussi refusé l'Evangile. Malgré cette transaction, deux mois plus tard, Satan en finit définitivement avec mon père.

Nous avons été réunis après la mort de mon père. En tant qu'aîné de la famille, les vieux sorciers et sorcières m'ont demandé un mouton.

-Pour quoi faire ? Ai-je interrogé.

-Suite à la consultation, il nous a été révélé qu'on doit tuer un mouton, récupérer son œsophage, le mettre dans le tombeau de ton père avant de faire l'enterrement, m'ont-ils répondu.

-Au nom de Jésus-Christ, je suis délivré de ces pratiques, ai-je rétorqué.

En fait, c'est mon œsophage qu'ils voulaient ôter de façon diabolique ! J'étais soutenu dans mon refus par ma sœur Béatrice. Ils se sont révoltés et m'ont lancé un défi. Moi aussi je leur ai lancé un défi – au nom de Jésus-Christ bien sûr – et je leur ai posé la question de savoir si l'œsophage  de mouton pourrait ramener mon père à la vie. Il n'en fallait pas plus pour les mettre en boule. Malgré tout, nous avons persisté dans notre refus, ma sœur et moi. Ils ont donc acheté  un mouton, ont fait leur sacrifice et ont enterré mon père, en laissant le tombeau ouvert pour d'autres pratiques diaboliques. J'ai proclamé l'échec de toutes ces pratiques au nom de Jésus-Christ.

Alors un grand sorcier de ma famille me reprocha ma trop grande assurance et selon lui mon insolence depuis que j'ai quitté leurs rangs. J'ai rétorqué que je sais en qui j'ai cru, à savoir le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, et que j'étais couvert du sang de Jésus. Le sang de Jésus-Christ en effet, est comme la bile du caïman. Une fois qu'on en est recouvert, le sorcier ne peut pas nous manger. On devient en quelque sorte "amer" ; d'autre part, le feu de Jésus-Christ nous environne.

Vainqueur au nom de Jésus

Je vous exhorte à faire très attention, frères et sœurs, lorsqu'il y a des décès dans votre famille, surtout lorsque vous êtes l'aîné, car les sorciers se préparent en conséquence. Ils font des requêtes et si vous y accédez, vous leur donnez l'occasion de vous atteindre. Une réunion fut convoquée pour le lendemain de l'enterrement de mon père. Au cours de la nuit précédente, ma sœur et moi avions tout confié au Seigneur. Il faut en effet prier sans cesse, car notre sécurité se trouve en Jésus.

En tant que fils aîné, je devais prendre sur moi de choisir la date des prochaines cérémonies, de faire des sacrifices de bœuf, de porc et de mouton pour célébrer la mort de mon père. Mais je me suis opposé à cela.

Un oncle, président des jeunes de son église, a fait la remarque suivante :

- Nous avons été à l'église avant toi. Moi, j'ai été baptisé et confirmé, mais on ne nous a jamais dit de nous opposer à de telles pratiques au niveau de notre famille.

La Bible ne dit-elle pas : "mon peuple périt par manque de connaissance" ? Ma réponse fut ceci :

-Aujourd'hui, j'ai reçu le véritable Jésus-Christ J'avais bel et bien été baptisé et confirmé, ce qui ne m'a point empêché de pratiquer le mal. Je n'attaque aucune église mais je veux souligner le fait qu'un vrai chrétien se reconnaît par ses fruits.

Menacé, je répondais par la Parole de Dieu. Cinq jours après l'enterrement de mon père, mon petit frère de vingt sept ans est décédé d'une fièvre et de mal de tête. Lui aussi avait rejeté la Parole de Dieu. Tous les sorciers ont prophétisé ma mort, mais je suis toujours sur pied au nom de Jésus-Christ. Satan est très rusé. Il se déguise, et seule la Parole de Dieu enseignée par ses fidèles serviteurs nous permet d'avoir le discernement. Il faut être humble dans l'église, car "le Seigneur résiste aux orgueilleux." (1P 5:5).

Satan n'a plus de pouvoir sur moi. Les sorciers, les démons et autres ambassadeurs de Satan me craignent comme ils craignent tous ceux qui ont donné leur vie à Jésus-Christ et qui vivent selon sa volonté. Nous avons reçu toutes les armes qu'il faut pour combattre Satan et ses démons dans cette guerre spirituelle (Ep 6.10, 18). Beaucoup s'attendaient à ma mort prochaine, mais rien n'y fit car Jésus-Christ est avec moi.

Comme vous le savez, j'avais même vendu mes années à Mamie Watta. Je devais donc mourir en 1989 et ceci à cause de la richesse matérielle. Chaque année, j'avais cinq ans en moins sur les jours que je devais passer sur terre. Eh bien. Jésus-Christ, le Roi des rois, après m'avoir délivré, a rétabli toutes choses, et je vis pour Lui.

Accouchement difficile

Lorsque je me suis marié dans le Seigneur, mon épouse, au terme de sa grossesse, était en travail. C'était sa première grossesse. Avec sa sœur, nous nous sommes rendus au CHU de Cocody. L'accouchement était impossible et mon  épouse souffrait. Je me suis alors rappelé mes anciennes pratiques : les fois où, par des incantations, je bloquais les grossesses dans le ventre des femmes. Satan voulait utiliser ce même stratagème pour m'éprouver Mais au nom de Jésus-Christ, je me suis mis à prier. On m'a annoncé qu'il fallait une césarienne. Dieu est intervenu et mon épouse a accouché sans peine car les démons étaient liés et vaincus.

Après l'accouchement, quel ne fut mon choc quand on m'annonça que l'enfant ne respirait plus. J'ai alors repris la guerre spirituelle, l'enfant a été placé en réanimation et tout est entré dans l'ordre au nom de Jésus- Christ.

Inspirés par le Seigneur, nous avons nommé notre premier fils Salomon, le second s'appelle Abraham ; il est venu au monde sans difficulté. Ceci pour nous dire que quelles que soient les attaques, le chrétien qui vit dans la prière et dans l'obéissance à la Parole de Dieu a toujours la victoire sur Satan et ses démons. C'est là encore un aspect de ma délivrance opérée par le Seigneur, notre Dieu.

Je voudrais vous exhorter à être très vigilant autour de vous, dans votre foyer, car Satan peut même passer par votre femme ou par un membre de votre famille pour vous persécuter une fois que vous êtes délivré. Soyons donc vigilants, veillons sur notre vie.

Mon arrestation par la police judiciaire de Côte d'Ivoire.

Suite à une croisade d'évangélisation suivie d'une veillée de prière au cours de laquelle j'ai rendu témoignage de ma conversion, la police ivoirienne, informée par les agents secrets du service de renseignements de la police judiciaire me mit aux arrêts. Certains détails de ce témoignage les ont amenés à m'arrêter : le fait que je vendais de la drogue, que je tuais par la sorcellerie, que le sang humain était à la base de mes sacrifices. Ce sont là les raisons objectives. Mais ces raisons ne sauraient occulter les causes mystiques.

En effet, cette arrestation est intervenue suite à une croisade d'évangélisation suivie d'une veillée de prière de 21 h jusqu'à l'aube, sur un terrain de sport, dans une des communes d'Abidjan, qui a réuni près de 12 000 personnes.

Au cours de cette veillée de prière, j'ai rendu le témoignage poignant que contient ce livre, en dévoilant les œuvres de la sorcellerie, de l'occultisme, du fétichisme que j'avais pratiqués. J'ai dit comment Satan et ses démons opèrent la nuit pour tuer les gens, pour envoûter les familles, comment les occultistes escroquent les gens afin de les rendre pauvres. J'ai dit comment je vendais la drogue pour détruire la jeunesse. Bref, j'ai mis tous les secrets des sorciers à nu. J'ai révélé comment, par la sorcellerie, j'aidais des gens à être nommés ministres, élus, députés, etc. En outre, cette croisade sous forme de veillée a vu la conversion au Seigneur Jésus- Christ, d'environ 4000 personnes.

Je ne puis donc m'empêcher de croire que les sorciers, occultistes, marabouts, féticheurs - pour ne pas dire Satan – dont je venais de dévoiler les secrets étaient derrière cette action de la police. Du reste, je m'attendais à cette arrestation  l'objectif de ces sorciers et compagnie était que ce témoignage soit effacé. Satan croyait que si on m'arrêtait, je prendrais peur, que je renierais Jésus pour revenir dans son camp à lui.

Jamais je ne vais céder à Satan. Je vais toujours le dévoiler jusqu'au tombeau pour le salut des âmes dans le monde entier, pour que tous ceux qui vivent dans les ténèbres découvrent la lumière. L'apôtre Paul a rendu témoignage de sa vie passée, il a été arrêté et conduit devant le roi Agrippa et le Seigneur a pris soin de son serviteur (Actes 26.1 à 30) qui a remporté la victoire. Finalement, cette arrestation de l'apôtre Paul a été utile pour l'évangélisation, elle a semé la confusion dans le camp du Diable.

Je suis donc arrivé à la police judiciaire, accompagné d'un des pasteurs de l'Eglise où j'ai été converti. Après m'avoir interrogé et écouté trois de mes cassettes enregistrées au cours de la croisade, j'ai été ensuite écouté par le directeur de la police judiciaire qui nous a fait comprendre qu'ordre lui avait été donné par son chef hiérarchique, à savoir le ministre de la sécurité, de me mettre en garde-à-vue afin de mener les enquêtes.

Le premier jour de mon  arrestation où j'étais au violon, au milieu des voleurs, criminels de haute classe que la police avait arrêtés. Ceux-ci voulaient m'intimider. Mais je leur ai annoncé l'Evangile et six parmi eux se sont donnés au Seigneur. J'ai prié pour ces six voleurs criminels qui ont accepté Jésus. Après cinq jours, ils ont été libérés. Leur vie a changé au dehors et aujourd'hui ils sont attachés au Seigneur. Ils n'attaquent plus les gens avec des armes car Jésus les a affranchis.

Le directeur de la police judiciaire a confié l'enquête à l'un de ses officiers qui était chargé de mon dossier. Celui-ci a fait appel à plus – de quinze commissaires de police qui ont écouté le témoignage sur mes trois cassettes et cela leur a permis de tirer des conclusions.

Suite à ces auditions, un commissaire de police m'a traité de fou. Il a demandé qu'on me conduise chez des psychiatres. Je ne suis pas fou, leur ai-je répondu, ce que je dis n'est rien d'autre que la réalité. Les choses dont je parle, je les ai moi-même vécues. C'est Jésus qui m'a saisi et qui m'a amené à tout abandonner pour le suivre ; sans quoi, tout commissaire de police que vous soyez, j'allais probablement vous exterminer par ma sorcellerie.

Jésus est le seul qui puisse délivrer et transformer un sorcier, féticheur, occultiste. Au vu de toutes ces réponses à leur égard, ils m'ont accompagné chez les médecins dans un institut de santé. Ils avaient l'intention de me conduire dans un centre de troubles mentaux afin que j'y suive des soins. Mais cette consultation n'a rien donné, du moins pour ceux qui ont demandé cet examen. En ce qui me concerne, par la grâce de Dieu, elle a été l'occasion pour moi de prêcher l'Evangile aux médecins.

Les médecins du centre m'ont donc examiné en me posant moult questions et en me suggérant des réponses pour voir si réellement j'avais la folie. J'ai répondu à toutes leurs questions. Ils n'ont rien décelé qui prouve que j'aurais un début de dérèglement mental.

A la vérité, les médecins étaient quelque peu perplexes. Il a fallu qu'un des leurs, une femme, leur révèle que souvent il y a des gens qui rendent témoignage de leur vie passée et disent comment Jésus les a sauvés, ce qui permet à d'autres qui ne connaissent pas Christ de se donner à lui. Il a fallu cet argument pour que les médecins déclarent négatif le résultat à l'examen. J'étais en possession de tous mes moyens en dévoilant Satan et ses démons qui sont déchus.

Une chose m'a beaucoup frappé dans tous ces déplacements que je faisais avec ces officiers de la police judiciaire, c'est qu'ils avaient des mitrailleuses chargées derrière moi. Même pour aller aux toilettes, ces officiers m'avaient toujours à l'œil, armes au poing. Ils se disaient entre eux qu'il fallait me suivre de près : qui sait si je ne me transformerais pas en mouche pour disparaître de leur vue. Je leur ai alors indiqué que je suis devenu une nouvelle créature et que je ne pouvais plus me transformer en mouche : Jésus-Christ m'a affranchi, leur ai-je dit, je ne peux plus faire la sorcellerie .

Je vis pour le Seigneur, Si le résultat de ma consultation en psychiatrie, m'évitait d'être conduit et gardé au "Centre des troubles mentaux " pour y suivre des soins, il m'exposait à la prison. En effet, après le résultat des médecins indiquant que je ne présentais aucun signe de début de folie, j'ai été ramené à la Direction de la police judiciaire.

Le rapport de mon examen a donc été remis au directeur de la police judiciaire par ses officiers. Après avoir lu ce rapport qui s'est terminé par un résultat négatif, le directeur était troublé, il se demandait ce qui n'allait pas. Sur place, il a fait son rapport à son supérieur hiérarchique, à savoir le  ministre de la Sécurité, lequel troublé aussi par le résultat, a ordonné  qu'on me défère devant le parquet (le tribunal le plus compétent) pour prendre la décision finale. J'étais à neuf jours de garde-à-vue à la police judiciaire, neuf jours que j'ai transformés en moment de jeûne et de prière.

J'ai intercédé et pleuré devant le Seigneur. Dieu m'a répondu et voici la parole qu'il m'a adressée : "Je ferai de ton témoignage un instrument pour le salut des âmes dans le monde entier. Ne crains rien, j'assure ta défense partout où tu seras trimballé." Comme il est merveilleux d'entendre la voix de son Dieu !

Pour me déférer devant le tribunal, ces officiers ont dressé un procès-verbal censé retracer toute ma vie passée : comment par la sorcellerie et par l'occultisme, je détruisais des vies humaines, comment je vendais la drogue etc. Or, dans ce procès-verbal de quinze pages, rien n'a été souligné concernant ma conversion : comment Jésus m'a saisi et comment mes fétiches ont été brûlés par les pasteurs à l'église, ainsi que ma nouvelle vie en Jésus-Christ. Ils se sont contentés de souligner 1e mauvais côté. Ce procès-verbal a été chargé de bien de délits qui m'ont été attribués comme suit : assassin, sorcier, trafiquant de drogue, criminel en association avec ces délits, je devais être condamné de dix à vingt, ans de prison ferme.

Notre Dieu qui n'abandonne pas ses enfants ni ne les laisse orphelins, allait-il laisser faire ? Sa Parole ne déclare-t-elle pas : "II n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ" (Romains 8.1 et 2) ? Cela montre que celui qui fait de mauvaises choses telles que meurtre, abomination etc., et qui prend la décision d'accepter Jésus-Christ - le seul Sauveur de l'humanité et le seul médiateur entre Dieu et les hommes - ne sera plus condamné.

Sa Parole dit encore : "si le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres." (Jean 8.36).

"Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles " (2 Corinthiens 5.17). Dieu, dans sa compassion m'a pardonné depuis que j'ai accepté Jésus qui m'a racheté à grand prix. Si Dieu ne m'avait pas pardonné, je serais déjà mort et condamné à l'enfer au jour du jugement dernier. 

Ces officiers m'ont donc fait signer ce fameux procès-verbal. J'attendais mon départ le dixième jour de ma garde-à-vue. Et c'est précisément ce jour que Dieu choisit pour intervenir.

Grâces soient rendues à Jésus, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, le Président des présidents, notre avocat auprès du Père, qui intercède pour nous nuit et jour, ce Fils authentique de Dieu qui est sorti du tombeau, qui a vaincu la mort, qui a écrasé la tête de Satan, lequel ne fait plus que remuer sa queue, ce Jésus qui est intervenu en faveur de l'apôtre Paul devant le roi Agrippa, en présence de tout un peuple, ce Sauveur merveilleux est venu à mon secours et a détruit tous les plans de Satan et autres démons d'emprisonnement.

Je devais monter dans la camionnette de liaison entre les commissariats et le parquet. Avant que je ne mette mon pied gauche dans cette camionnette suivi du pied droit, les deux poignets menottes en vue du départ pour le tribunal, un coup de téléphone se fit entendre à la Direction de la police judiciaire, de la part du ministre de la sécurité qui lui-même avait reçu l'ordre de la Présidence de la République, de ne pas me déférer au parquet, mais de me libérer immédiatement.

Toute la Direction de la police judiciaire était étonnée de ma libération. Sur place, on m'enleva les menottes des poignets et je fus confié à l'église où j'ai été converti.

En fait, après avoir été informées, les autorités de la Présidence ont à leur tour informé son Excellence le Président de la République, feu Félix Houphouët Boigny à qui ils ont fait écouter mes cassettes. Il se serait alors réjoui de ma conversion et de ce que Dieu a fait une telle œuvre dans son pays, la Côte d'Ivoire. C'est ainsi qu'il a décidé de me libérer.

Cela dit, je maintiens que le véritable auteur de ces instructions au Président de la République, c'est Jésus.

Je dois dire qu'ayant appris mon arrestation par la police judiciaire, beaucoup de pasteurs et fidèles se sont mobilisés et étaient prêts à entreprendre une marche de deux jours dans toute la ville d'Abidjan afin d'obtenir ma libération. C'est là une belle démonstration d'amour, de l'amour que les anciens de l'église primitive pratiquaient les uns envers les autres. Oui, ce même amour doit se manifester dans la vie des chrétiens d'aujourd'hui. Si un frère ou une sœur en Christ a un problème, nous devons le soutenir pour que ceux qui n'ont pas Christ sachent que les chrétiens s'aiment. Ne tournons pas le dos a tous nos frères et sœurs qui traversent les épreuves, qui sont en difficulté Manifestons-leur notre affection afin qu'ils soient fortifiés.

En Jésus-Christ, pratiquons l'hospitalité, l'amour, la tolérance et le pardon les uns envers les autres cette belle démonstration de solidarité est une preuve supplémentaire que c'est Dieu qui était à l'œuvre. A lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Satan avait tout planifié pour que ce témoignage ne soit pas répandu dans le monde entier. Mais la puissance de notre Seigneur est au-dessus de toutes les puissances, aussi, Satan a-t-il  échoué. Sa défaite a été totale et Jésus a remporté la victoire. A preuve, des milliers de personnes ont écouté ce témoignage sur cassettes et des milliers d'autres le lisent aujourd'hui pour le pardon de leurs péchés, pour leur salut, leur délivrance et leur restauration. Du reste, depuis ce jour, je redouble d'effort contre Satan et ses démons. Au cours de tous les programmes de croisade d'évangélisation, de conférence et de séminaire, je ne cesse de dévoiler les sorciers, les occultistes etc.

A travers  mon témoignage que le Seigneur me permet de rendre partout où je vais, des anciens clients, des sorciers ont donné leur vie à Jésus-Christ. Le Seigneur m'accorde la grâce d'aller à l'intérieur de la Côte d'Ivoire comme à l'extérieur pour rendre ce témoignage et le glorifier devant tous.

Je suis prêt à aller partout dans le monde témoigner de ce qu'il m'a été donné de croire, rien que pour la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ qui m'a dit : "va et raconte ce que j'ai fait pour toi." Mais je dois dire que je n'ai pas toujours eu du succès ; à preuve, mon propre père et de nombreux membres de ma famille qui sont décédés dans la rébellion contre Dieu. J'ai annoncé l'évangile à mes deux disciples; ils m'ont traité de fou. Par la suite, le premier est mort du SIDA, le deuxième a cogné une pierre au retour du champ et mort s'en est suivi après quatre mois.

Chapitre 11 : Exhortation a la Vigilance et à l'Evangélisation

Vigilance !

Le temps est court. Les sorciers, occultistes, féticheurs guérisseurs sont sans  pitié. Ils vous séduiront en vous faisant croire qu'il y a de l'espoir dans tout ce qu'ils font, mais ce n'est que du mensonge et du vol car, leur père qui est le diable est le père du mensonge. Les sorciers, occultistes marabouts, etc. ne sont que des escrocs, des trompeurs, des séducteurs. Ils vous feront des trucs pour vous rassurer quant à votre avenir.

Ces trucs marcheront au début, de sorte que vous aurez tout à votre disposition : argent, voitures, maisons, mais par la suite, vous aurez problèmes sur problèmes, jusqu'à ce que vous soyez réduit à néant. Vous aurez des soucis. Après quoi, Satan réclamera tous vos biens avant d'en finir avec vous. Vous vous retrouverez dans la tombe. Si Satan vous donne 10 000 000 FCFA au départ pour vous attirer, il vous réclamera 20 000 000 FCFA à la fin et vous tuera.

La puissance des sorciers, des occultistes, des marabouts, etc. est éphémère et limitée : mais la puissance de notre Dieu est au-dessus de toutes les puissances et elle est éternelle. Quand Dieu bénit, c'est pour toujours et cette bénédiction n'est jamais suivie de chagrin.

Avec Jésus-Christ, il y a toujours de l'espoir. Gardez-vous d'aller chez les devins, les sorciers, les marabouts ; ils vous dépouilleront, vous ruineront jusqu'à ce que vous soyez réduits à votre plus simple expression. Je parle des choses que j'ai pratiquées avec mes clients. Au début, ils étaient très riches : ils possédaient des voitures, des maisons, etc. mais à la fin, ils devenaient misérables. Je les aidais par la sorcellerie puis par la même sorcellerie, je les rendais pauvres.

Si tu vis dans cette situation maintenant, il te faut Jésus-Christ qui est venu libérer les captifs ; il faut l'accepter de tout ton cœur et tu verras sa gloire dans ta vie. Aucun sorcier, marabout ou féticheur ne peut apporter une solution satisfaisante à tes problèmes ; seul Jésus-Christ peut te sauver et t'apporter la vraie solution. Dieu ne déçoit jamais ses enfants ; il est Dieu : il ne change pas, ce qui sort de sa bouche, il  l'exécute. Il est fidèle dans toutes ses promesses.

Mes amis venez à Jésus-Christ et il vous donnera la vie éternelle. Satan est mauvais. C'est un faux maître qui ne pardonne pas à ses adeptes. Satan n'a jamais fait du bien à qui que ce soit. Au début, il vous offre la vie en rosé mais à la fin, la déchéance et la mort.

A vous, chers ministres, députés, maires, P.D.G., directeurs de sociétés ; confiez-vous au Seigneur Jésus-Christ et détournez-vous de la voie des sorciers, des marabouts et des occultistes. Vous qui avez confié vos affaires, votre société, vos entreprises, votre commerce etc. aux sorciers, aux marabouts, aux occultistes ou aux devins afin de prospérer, je vous exhorte à faire demi-tour pour confier votre vie tout entière au Seigneur Jésus-Christ car " il est le chemin, la vérité et la vie. " Si vous vous confiez en lui, il vous protégera, il vous bénira et il vous apportera sa vraie sécurité.

Si vous êtes en Jésus-Christ, aucun sorcier, marabout, occultiste, ou féticheur n'a le pouvoir sur vos affaires, sur votre société, sur votre commerce, sur votre entreprise et sur votre travail. Veuillez emprunter la vraie porte qu'est Jésus-Christ."

Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il y a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserre le chemin qui mène à la vie, et il y a peu qui le suivent " (Matthieu 7:13-14).

Le chemin large, c'est le chemin des sorciers, marabouts, occultistes et féticheurs. Beaucoup entrent par ce chemin pour se perdre. Le seul chemin que je vous conseillerais, c'est le chemin étroit, resserré, qui mène à la vie éternelle. Peu de gens le découvrent certes, mais c'est le bon chemin. A toi de choisir mon ami. Veux-tu collaborer avec Satan (alors qu'en fin de compte, il va te détruire) ou avec Jésus de Nazareth qui sauve, qui délivre, qui restaure et qui a vaincu les sorciers, les marabouts, les occultistes, les féticheurs et les a livrés en spectacle Jésus est le meilleur chemin, et c'est pourquoi moi Megnanou Bienvenu, ancien sorcier, féticheur, occultiste, j'ai décidé de le prendre et de le suivre depuis le 26 décembre 1987 et cela pour le restant de ma vie.

A toi de choisir, mon ami. Le bon choix, c'est Jésus-Christ qui viendra bientôt pour enlever son Eglise. Le temps est court. Les sorciers ne font que tuer les jeunes cadres du village. Ils ne font que créer des problèmes aux gens. Ils ne font qu'envoûter la société. Ils ne font que diviser les familles. Ils ne font que détruire les pays par la guerre, par les inondations, par les catastrophes aériennes et par les collisions de trains. Le sorcier est bien Conscient qu'il fait le mal et qu'il rendra compte à Dieu au dernier jugement.

Avec Dieu, c'est la vraie paix et cette paix n'est pas donnée comme celle de Satan qui tue.

De nombreuses associations et églises dans le monde entier ont des pratiques contraires à la Bible. En effet la Parole de Dieu déclare : "Les vrais adorateurs, adorent Dieu en esprit et en vérité. ". N'allez pas vers ceux-là qui prétendent mettre la Bible en avant, alors qu'en dessous ils ne pratiquent que sorcellerie, occultisme et fétichisme. Ne vous laissez pas abuser. Satan est déchaîné contre l'humanité. Il s'investit dans les hommes et les femmes afin de les utiliser pour séduire le monde entier et détruire des vies humaines.

Certaines églises, comme nous l'avons vu vendent des bougies. Ces églises savent de quoi je parle. Certains des leaders qui se font appeler prophètes, évangélistes, visionnaires, devanciers etc. sont en contact avec Mamie Watta, la sirène des mers. Ces églises vendent le même paquet de bougies à 1 000 fidèles dans l'église, rien que pour s'enrichir. Si un fidèle vient avec un paquet de bougies, on le garde et si un autre vient, après consultation, le visionnaire lui dit : il te faut un paquet de bougies, mais nous en avons ici. Et c'est ainsi que ces gens utilisent le nom de Jésus-Christ pour faire le commerce. C'est terrible. Il faut que vous abandonniez tout cela pour adorer le Seigneur car celui que vous adorez n'est pas le vrai.

Ce n'est pas celui qui est ressuscité le troisième jour. Vous faites des visions pour dire aux gens que vous faites le couvent. Mais, comme vous le savez, il y a des couvents dans la sorcellerie, dans le fétichisme.

Une femme mariée se rend dans une de vos "églises" et y passe sept jours. On l'y envoûte avec l'esprit de Mamie Watta et par celui de la sorcellerie et on en profite pour commettre l'adultère avec elle. Je parle en connaissance de cause : vous veniez me voir à Abobo-gare.

Après la consultation, je vous donnais un surcroît de puissance que vous alliez utiliser dans votre soi-disant église. Eh ! bien, il vous faut Jésus-Christ, celui qui est sorti du tombeau. Il faut abandonner vos histoires de vision, car votre vie est en danger.

Je dénonce ces choses, parce qu'elles sont graves et abominables, je les ai pratiquées tout comme eux. Je dévoile ainsi Satan et ses complices. Satan ne m'a que trop manipulé ; il m'a trop utilisé. Il m'appartient de dire tous les secrets afin de délivrer ce qui peut l'être. Sachez-le, chers "prophètes", "évangélistes", "visionnaires", "devanciers" et que sais-je encore, votre vie est en danger : vous êtes là pour tromper et trahir le peuple. Eh ! bien. Dieu vous demandera des comptes. 

Exhortation à l'évangélisation

Quant à vous qui avez accepté Jésus-Christ, achetez des cassettes, des livres de témoignages, et offrez-les à des cadres, des personnalités qui souffrent aujourd'hui sous l'emprise des démons, qui n'ont pas, malgré leur position, la paix du cœur. Evangélisez aussi a l'aide de ces supports (cassettes, livres). Le Seigneur qui est le même hier, aujourd'hui et éternellement, peut opérer des miracles dans leur vie et les libérer de l'emprise des démons. Satan n'a aucun pouvoir sur un enfant de Dieu délivré.

Je prends exemple sur la vie de l'apôtre Paul, du temps où il s'appelait Saul. Il persécutait les chrétiens. Lorsque Jésus-Christ le rencontra, il fut libéré de ses péchés et devint un homme doux, un homme humble qui allait partout prêcher la Bonne Nouvelle Ceci doit être notre mission. J'ai été spirituellement enrichi et, poussé par le Saint-Esprit, j'annonce la Parole. Et cela touche des cœurs.

Dieu est merveilleux ! La grâce que j'ai reçue, je dois aussi la partager gratuitement afin que les âmes soient sauvées et guéries, que les cœurs brisés soient consolés. J'ai l'assurance de mon salut, car je suis caché en Jésus-Christ. Ô, chrétiens saisissez cette grâce. Le Seigneur a dit dans sa Parole, dans les Psaumes : "que mille tombent à ton côté, dix mille à ta droite, tu ne seras jamais atteint. De tes yeux tu verras la rétribution des méchants." Les puissances des ténèbres ont beau se dresser contre vous, aucune de leurs flèches ne vous atteindra, car vous savez en qui vous avez cru.

A ce propos, j'ai une expérience intéressante à partager : au Bénin, une nuit très tard, je revenais de l'église en passant au bord de la mer, les zangbetô (des génies) sont sortis pour m'intimider, mais je louais le Seigneur en marchant. Ils m'ont demandé : "qui es-tu ?" Et j'ai répliqué : "fils de Dieu, petit frère de Jésus".

Quand ils ont commencé à se dédoubler, je me suis rappelé leurs secrets, car j'avais opéré aussi dans ce domaine où j'avais même reçu une initiation. J'ai donc dit : " Au nom de Jésus, laissez-moi passer. Alors ils ont demandé mon nom en tant que croyant et ont réclamé le nom qui m'avait été attribué quand j'appartenais aux Zangbetô.

Je n'ai pas d'autre nom que celui que Jésus-Christ m'a donné, ai-je dis non pas qu'un nom ne m'ait pas été attribué à l'époque – mais tout simplement parce que c'était un piège de l'Ennemi tendant à me faire retourner à ce que j'avais vomi. En d'autres termes, leur livrer ce nom ouvrirait la porte à Satan. La Parole de Dieu dit bien ceci : "si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées, voici, toutes choses sont devenues nouvelles". (2Co 5.17).

Soudain un calme s'est installé et j'ai continue ma route En fait, celui qui n'a pas Jésus-Christ, à leur vue, prend peur et se fait tuer. Un chrétien n'a plus peur des sorciers, des totems, des masques où qu'il se trouve dans le monde car il est en Jésus-Christ.

Es-tu un enfant de Dieu délivré ? Alors tu n'as aucun problème, tout comme moi. Alléluia !

 

Source : http://data.over-blog-kiwi.com/0/55/11/42/201307/ob_c4aca9_un-ex-sorcier-devient-evangeliste.pdf 

Autres ressources sur Fétiches

Témoignage de Théophile Amougou, ex occultiste

Témoignage de Tio-Chico, ancien sorcier

 

Autres ressources sur Sorcellerie

Témoignage de Sidoine, ancienne sorcière

Témoignage du pasteur Jonas, ex-sataniste

Témoignage de Jorge, ex-sorcier

Témoignage de Bakajika Muana Nkuba, ex-magicien

Témoignage d’Emmanuel Eni du Nigéria, ex sorcier

Témoignage de Jacques ex vaudou

Témoignage de Françoise,  ex-mahikari, ex none catholique, ex rosicrucienne