Le témoignage que vous allez lire dans les prochaines lignes est celui Tashi, ex moine bouddhiste converti à Jésus-Christ. Sa conversion est principalement motivée par l’amour sacrificiel de Jésus-Christ qui donne sa vie pour le salut de l’homme pécheur. Le récit n’est pas long ; Tashi dit en peu de mot comment il parvient au salut de Dieu par Jésus-Christ.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Le témoignage original est en anglais et accessible à l’adresse : http://www.mbmission.org/witness/spring-2014/testimony-buddhist-monk
La traduction est de Amour de Christ.

temoignage de tashi, exbouddhiste


Je m’appelle Tashi; je suis né dans le plateau de l’Himalaya. Je viens d’une famille nomade. Je ne suis pas allé à l’école et je suis devenu moine bouddhiste dès mon jeune âge.

Comme moine, j’ai passé six années en Inde. Pendant ce séjour en Inde, j’ai contracté une maladie grave et j’ai dû séjourner à l’hôpital pendant trois ans où j’ai été soigné par des infirmiers chrétiens. Ils ont été très gentils envers moi, et quoique je fusse très malade, mon cœur a été réjoui des soins qu’ils m’ont procuré.

Les infirmiers chrétiens étaient différents des autres. Leur amour était différent ; c’était génial. De la façon dont ils me soignaient, je sentis en moi-même qu’ils m’aimaient vraiment. Au bout du compte, je fus persuadé en mon cœur que le christianisme était une bonne croyance.

Quand je lus les œuvres de Jésus, comment il a sacrifié sa vie pour les pécheurs, j’étais émerveillé.

En 2003, quand le Dalaï Lama qui est notre leader spirituel alla en Amérique, il prit la parole dans une église et eut quelques interactions avec les chrétiens. De retour en Inde, il nous dit que nous devrions faire confiance aux chrétiens. « Parmi les nombreuses religions du monde, » dit-il, « le christianisme est très bien. »

Je sus qu’il avait raison car j’avais déjà connu l’amour des chrétiens. Mais voyant que le Dalaï Lama lui-même avait été positivement impacté par le christianisme, je devins encore plus motivé pour plus de recherches sur Jésus.

Alors que j’étais encore en Inde, je tombai un jour sur une Bible. C’était une très vieille Bible dans ma langue maternelle. Malgré que je ne savais de prime abord comment la lire, j’arrivais à l’Evangile de Luc et le lus comme une histoire. Jésus me parut comme une très bonne personne.

Dans ma propre culture, nous avons des témoignages de personnes ayant démontré un amour sacrificiel. Il y a cette histoire d’un homme qui offrit sa propriété aux pauvres, et cette autre histoire d’un homme qui a donné son œil à autre. Mon peuple est très touché par ce genre d’histoire. Mais quand je lus ce que Jésus a fait, comment Il a sacrifié sa vie pour les pécheurs, je fus bouleversé. Jésus n’a pas sacrifié son œil seulement, il a sacrifié sa vie.

A partir de ce moment, je commençai à croire au christianisme, même si je gardais encore mes croyances bouddhistes. J’étais toujours moine et réticent à abandonner quelque chose en laquelle j’avais crue toute ma vie. Je préférai croire aux deux religions. Le bouddhisme était une grosse semence dans mon cœur, mais depuis ce que j’appris de Jésus, il y avait désormais cette autre semence en croissance en moi.

Pendant cette période, je fis un court voyage en terre natale où je rencontrai un vieil ami qui était devenu chrétien et qui était très enthousiaste dans sa foi. Il m’offrit des documents and des ressources que j’emportai chez moi et que j’étudiai méticuleusement.

« Tu es le vrai Dieu, le seul Dieu. Quoi qu’il advienne, que je sois riche ou pauvre, affamé ou rassasié, je te suivrai. »

Plus tard, lors d’une visite chez cet ami, il me parla clairement de l’Evangile. Je l’informai de ce que j’avais reçu quelques informations sur le christianisme, et que j’avais choisi de croire dans les deux religions, le christianisme et le bouddhisme. Avec les autres, nous entamâmes une discussion sur les différences entre les deux croyances et la colère me saisit. J’insistai qu’il y a plus d’un dieu. J’étais frustré.

Le 27 octobre, alors que j’étais seul, je lus les Paroles de Jésus en Luc 6.27 qui dit: « Aime tes ennemis. » Mon cœur en fut très touché. C’est exactement comme si j’avais bu un verre d’eau fraîche après une très grande soif. L’amour de Jésus était apaisant, son amour était au delà de tout ce que j’avais expérimenté jusqu’ici. J’avais vécu pendant plus de trente ans dans le pays le plus peuplé au monde, et n’avais jamais rencontré quelqu’un qui avait un tel amour. Je sus qu’un tel amour est forcément de Dieu. Je déposai ma Bible et priai : « Tu es le vrai Dieu, le seul Dieu. Quoi qu’il advienne, que je sois riche ou pauvre, affamé ou rassasié, je te suivrai. »

Tard dans cette soirée là, je rencontrai un groupe de chrétiens et leur partageai ma décision, sur quoi ils me demandèrent simplement: « Es-tu sûr? »
Je leur répondis : « Je suis sur. » Nous priâmes ensuite ensemble et ce fut un nouveau départ pour moi. Depuis ce jour, j’ai cessé d’être un moine, et je ne crois plus dans le bouddhisme.

Depuis ma rencontre avec l’amour chrétien dans un hôpital indien jusqu’à la soumission de mon cœur à Jésus, treize ans se sont écoulé.
L’amour de Jésus m’a transformé. Son amour est grand. Il mourut à la croix, non parce qu’il était pécheur, mais parce qu’il sacrifiait sa vie pour nos péchés. C’est pourquoi je crois en Jésus.

Parfois, quand je rencontre mes vieux amis, ils dissent ne pas vouloir me voir. Un de mes amis qui fut lui aussi moine apprit que j’étais devenu chrétien. Quand je le saluai dans la rue, il me snoba. Je sais que les gens parle de moi dans mon dos, mais face à face, personne ne m’a jamais affronté. Nous devons prié pour eux car ils sont des l’obscurité. J’eus à me comporter comme eux quand j’étais encore dans les ténèbres. J’étais orgueilleux et ne savais rien. Mais à présent, Jésus m’a tiré des ténèbres. S’il vous plaît, prions pour eux.

Fin du témoignage

La version anglaise est éditée par Mark J.H. Klassen (Voir l'adresse du site au debut du témoignage).