Télécharger la version PDF: 63Extases_sexuelles_et_adoration:_quel_lien?

Extases sexuelles et adoration

Les sympathisants de Dieu inspirés d’orient nous étonnent quand on se penche sur leur mystification de la relation sexuelle. Pour eux, c’est une fusion cosmique à Dieu. C’est un moyen de rencontre avec Dieu. Est-ce pour cette raison que certaines personnes lors de l’orgasme crient : jésus, jésus, … ? Il est admissible que l’on puisse crier le nom de Dieu en remerciement de sa virilité ou de sa sensibilité. Toutefois, Dieu est de loin plus grand. Il n’est certainement pas focalisé sur la relation sexuelle de qui que ce soit du moment où la relation sexuelle est limitée à la vie terrestre. Dans le ciel, il n’y aura pas de mariage et les hommes seront comme les anges de Dieu[1] ; nous chrétiens seront des fils de la résurrection revêtus de corps glorifiés.

Les yogis, les bouddhistes et bien d’autres traditions ésotériques enseignent que l’énergie sexuelle est la voie vers l’épanouissement complet. Cette énergie qu’ils appellent Kundalini[2], monterait d’un centre énergétique à un autre, le long de la colonne vertébrale et tout autour. Ces centres qu’ils appellent chakras sont à exciter, à stimuler, par des exercices physiques et spirituelles. Le premier chakra étant autour du périnée, le dernier (le septième) est une sorte de couronne autour de la tête.

Une fois que l’on a pu atteindre la stimulation du septième, l’homme atteint le nirvana, l’état d’extase et de satisfaction sexuelle intense, l’état de fusion avec le cosmos ou dieu. Satisfaction sexuelle devons-nous préciser, à différencier avec la satisfaction morale et spirituelle qui ne s’obtiennent qu’en Jésus-Christ et en Lui seul et qui est le privilège de ceux qui obéissent aux commandements des Evangiles. C’est le respect de la Parole de Dieu qui produit une conscience pure et sans reproche. Le nirvana ne tient pas compte de péchés tels que l’adultère ou la fornication. C’est l’extase pour Dieu ; Lequel ?

Jésus-Christ est le seul guide spirituel capable de conduire les siens vers l’accomplissement de soi. Le nirvana sera à la limite un état d’excitation sexuelle extrême mais qui n’a rien du tout à voir avec la fusion à Dieu. Dieu est Esprit, l’excitation sexuelle est chair et n’impressionne pas le Dieu vivant. Le nirvana n’est qu’une procuration de plaisirs par les terminaisons nerveuses qui innervent le gland et les autres érogènes, renvoyant au cortex cérébral des émotions sensationnelles. Ce qui est curieux est qu’à la lecture des documents sur le tantra yoga, les mises en garde sont nombreuses ! Le nirvana est dangereux, à condition de maîtriser les règles ; lesquelles nul ne peut maîtriser car la sexualité est d’essence divine et Dieu témoigne la vérité en Jésus-Christ ; ce qui revient à reconnaître que chemin faisant, les chrétiens seraient les seuls humains capables d’avoir une sexualité pure et parfaite.

Après des années d’analyses et d’écoute de témoignages, nous disons à l’homme et à la femme de se garder soigneusement d’une telle doctrine. Elle est poison et la fin est indigestion. Certains ont dû passer par des séances de délivrances pour se débarrasser des esprits d’immoralité, de yoga, de Bouddha, de Shiva, etc. En effet, il est rapporté que les chakras dit stimulés ne sont que des logis de démons. Ainsi, le dévot invite des esprits impurs à travers beaucoup d’efforts physiques, par des visualisations et des méditations transcendantales, à occuper des loges dans son propre corps, sous prétexte de démarche vers l’accomplissement de soi.

J’en appelle aux princes de Dieu qui pratiquent encore ces choses pensant trouver en elles une vie plus épanouissante. Le plaisir est un don de Dieu ; et c’est Dieu qui peut le décupler et le rendre parfait. En sorte que le disciple de Jésus-Christ devrait avoir la meilleure des sexualités qui soit s’il la demande sincèrement à Dieu afin d’épanouir son couple. C’est bien vrai. S’il se nourrit de la Parole de Dieu qui est le pain spirituel véritable, son âme s’en trouvera avoir la vraie vie de Dieu, pure et sans altération. De toute logique, il vivra une vie sexuelle plus épanouissante, car les esprits impurs qui prétendent donner du plaisir ne sont que des convoiteurs bémolâtres[3] du bonheur de l’homme. Tout ce que Dieu fait pour l’homme, l’ennemi des hommes est toujours très pressé pour la contrefaçon. Or Jésus nous avertit à son sujet : il ne vient que pour voler, égorger et détruire. Plaise à Dieu d’accorder au lecteur la repentance d’un tel égarement et le pardon de ses péchés.

Le plaisir sexuel n’a rien à voir avec l’adoration de Dieu. C’est un appel physiologique, ni plus ni moins. Dieu est rencontré dans l’esprit. Nous avons communions avec le Dieu vivant dans l’esprit et non dans la chair. Ce qui est charnel ne devient pas spirituel simplement par croyance. Ici, il est question de vérité des faits. La croyance ne change pas la vérité. La vérité demeure éternelle et après des pérégrinations loin d’elle, celui qui a soif d’elle lui retournera toujours.

Celui qui vit l’extase sexuel doit simplement reconnaître que Dieu lui a fait grâce, louer Dieu de ce qu’Il lui a accordé un bon fonctionnement physiologique. Quand nous sommes à table pour un festin, nous ne fusionnons pas à Dieu quand les mets sont savoureux ; nous satisfaisons notre appétit et reconnaissons la grâce de Dieu pour la réussite des cuisiniers. Que ceux qui aiment les plaisirs sensuels cessent de faire des campagnes de recrutement des naïfs dans leurs égarements ; qu’ils rendent à la chair ce qui est à la chair. Le Dieu vivant cherche des adorateurs en esprit et en vérité[4] ; Il n’en cherche pas en corps et en sensations.

[Lire d'autres articles du même auteur]

[1] Mt 22.30 : «Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. »

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Kundalini_%28yoga%29

[3] Bémolâtres : c’est-à-dire qu’ils diminuent la qualité du plaisir.

[4] Jn 4.22-24 : «Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. »