Télécharger la version PDF64Temoignage_d_un_ex_mahikari

Témoignage d'un ex mahikari sukyo

(Détresses d’un initié au Mahikari Sukyo)

J’ai adhéré au Mahikari en 2005 après avoir reçu la lumière en moyenne deux fois par semaine pendant cinq mois (cette pratique est appelée ‘okiyome’ dans le vocabulaire du Mahikari). Après mon initiation au Mahikari et la réception de l’omitama dans le dernier trimestre de 2005, je  fréquentai régulièrement le dojo. Comme tout nouvel initié, j’étais encouragé à inviter les amis et connaissances au dojo pour recevoir la lumière ou pour initiation. Je n’ai pu conduire personne jusqu’à l’adhésion.

Ma participation au Mahikari était presque sans incident jusqu’au remplacement de notre leader européen par un japonais. Les enseignements sur les esprits ancestraux et sur d’autres esprits devinrent plus intenses et il m’était régulièrement demandé si j’avais un autel ancestral dans ma maison. Bâtir cet autel était en effet un pré-requis pour le 2e niveau d’initiation.

Le concept d’autel ancestral en lui-même me mettait vraiment mal à l’aise. J’avais déjà été dans quelques maisons de kumites ayant un autel ancestral et je n’en désirais vraiment pas chez moi. Grâce au sixième sens, je pouvais sentir la présence d’esprits dans ces maisons et cela me mettait mal à l’aise et je ne me sentais pas disposé à accomplir les rituels associés à ces autels, tel ‘nourrir les esprits ancestraux’ tous les jours. C’est bien après que je compris ce qui clochait avec les autels.

Alors survint quelque chose tout à fait inattendu qui me déchira :

Notre leader japonais (dojocho) demanda à rencontrer personnellement chaque kumite afin de se familiariser davantage avec nous et aussi afin de transmettre la lumière aux âmes de nos ancêtres à travers nos corps. Ceci était sensé élever leurs âmes et purifier leurs péchés. Je pris mon premier rendez-vous. Au cours de cette première rencontre, il m’interrogea en longueur sur mes ancêtres, en particulier sur mon père qui était décédé depuis 10 ans déjà. Pendant cette rencontre, il traça mon arbre généalogique. La prochaine réunion fut programmée pour 2-3 semaines plus tard.

Je me présentai au rendez-vous. Dojocho me dit qu’il me donnerait un okiyome au 8e point (ce point correspond au front) et que je devrais suivre toutes ses instructions. Je fermai mes yeux et après la lecture de la prière, il commença à me transférer la lumière. J’étais déjà averti que cette séance durerait plus longtemps que la normale de 10 min, je ne fus donc pas surpris que cela se prolongea un peu plus, environ 15-20 min. Après la récitation du Kami Muki Sanji (le titre de la prière au monde spirituel), dojocho commença à invoquer l’esprit de mon père. Au moment où je m’engageai à cette session, je n’avais pas su qu’il parlerait des esprits ancestraux. Cette tournure était surprise pour moi. Mais obéissant, je restai assis, mes yeux fermés et il me donna la lumière. Il m’ordonna également de commencer à respirer profondément afin de respirer la lumière ; ce que je fis aussi.

Tout à coup, je sentis une présence obscure et très effrayante dans la salle. J’étais glacé mais ne pouvais oser quelque mouvement. Immédiatement, alors que je ne m’y attendais pas, je sentis cette présence entrer en moi.

Quelques instants après, dojocho arrêta la session. Je l’informai de ce qui s’était passé, mais il ne me crût guère. Je rentrai à la maison, nerveux, abattu, anxieux et confus. Je me sentais violé et trahi par notre leader spirituel.

Ne sachant vraiment pas vers qui me tourner, je m’adressai à une femme kumite que j’avais admiré pour sa piété et sa gentillesse. Elle ne sut quoi dire sinon qu’elle me conseilla de retourner vers le dojocho. J’allai donc vers le dojocho une semaine plus tard. Il était avec un de ses assistants japonais. Tous les deux restèrent froids et indifférents. Ils répondirent que ce qui m’était arrivé était dû à mon mauvais karma. Autrement dit, tout était de ma faute. Dojocho ajouta : ‘Tu es venu à moi, je ne suis pas allé à toi’.

La semaine suivante, rongé par la détresse, supportant toujours la ténébreuse présence en moi, je voyageai pour rencontrer notre précédent dojocho, (celui qui m’avait initié) qui maintenant dirigeait un autre dojo. J’espérais qu’elle serait capable de renvoyer cet esprit d’où il était venu. Elle me répondit : ‘Je suis désolée, je ne traite pas avec les esprits et ne peux donc pas t’aider. Tout ce que je puis faire, c’est de prier avec toi et te donner la lumière’.

Jusque là, j’allais toujours au Mahikari, me convaincant que ceci n’était que le fruit du hasard tout comme mon mauvais karma. Je me disais aussi que si je recevais assez de lumière, cet esprit méchant s’en irait. Je dormais à peine car cet esprit en moi ne m’autorisait ni sommeil, ni repos. Je perdis beaucoup de poids. J’étais bizarre, déprimé et anxieux et j’avais vraiment de la peine à me concentrer au travail. Durant toutes les péripéties des événements, Dieu (le VRAI Dieu vivant, non le dieu du Mahikari) me protégeait puissamment et je demeurai actif malgré la douleur physique. J’avais de terribles douleurs abdominales et je subis plusieurs examens médicaux incluant la coloscopie. Heureusement, tous les résultats furent négatifs.

Volontairement, je passe sur les détails du témoignage et vais droit à l’essentiel.

Après deux mois et demi environ de cette agonie incessante, après avoir cherché de l’aide dans différents cercles spirituels, je rencontrai une chamane qui était capable de chasser l’esprit momentanément. Trois mois plus tard, cet esprit impur revint avec d’autres esprits méchants. Ils hantèrent ma maison avec des bruits, des ‘voix’et déplaçant des objets. Leur présence ténébreuse était évidente. L’esprit qui entra en moi premièrement le fit de nouveau. Je me retrouvai donc à nouveau avec des douleurs abdominales, des accélérations cardiaques, et bien d’autres symptômes physiques désagréables. Mon équilibre était aussi affecté. Je vacillais de part et d’autre et devais être très prudent quand je promenais mon chien.

En ce moment, je ne comprenais pas toujours pleinement ce qui se passait, c’était une dure épreuve.

Ne pouvant plus supporter leurs harassements, j’abandonnai l’appartement que je louais et commençai à vivre temporairement dans des locations meublées. Malgré les déplacements, le problème persista et les esprits (au moins deux d’entre eux) m’avaient suivi. Ma foi dans le mahikari se détruisit et je me sentais extrêmement mal à l’aise et peureux les quelques fois que je retournais au dojo. Cependant, je plaidai encore auprès du dojocho pour son aide. Cette fois il fut très brutal. En présence des autres leaders qui étaient dans le bureau de la direction, il me dit avec colère et à haute voix : ‘je n’ai pas de temps à perdre pour toi’. Je crois que l’autre dojocho avait rapporté l’incident et mon comportement ne plut pas à la hiérarchie japonaise. Durant mon deuxième mois de vie nomade, allant d’un appartement temporaire à un autre, je rassemblai finalement mon courage et retournai mon omitama au dojo. J’avais jusque là hésité par peur des conséquences, mais au point où j’en étais, je n’avais plus rien à perdre !

Cinq mois après que ces esprits m’avaient envahi (en plus du retour de l’esprit ancestral), je rencontrai une autre chamane qui pouvait renvoyer les esprits vers leurs lieux d’origine. Une fois encore, ceci n’était qu’une solution temporaire. Le problème persista et même s’empira. Toute cette galère a duré durant deux bonnes années !

Comment j’ai trouvé la délivrance :

Pendant cette période, j’avais dû me loger plusieurs fois à la ‘Bible belt of the United States’ (traduit : Ceinture de la Bible[1]). Un jour, le fardeau de mes problèmes avec ces démons fut si lourd et oppressant que j’informai mon cousin par téléphone de ce qui me tourmentait. Il me dit immédiatement : ‘Tu es venu à la bonne place. Jésus-Christ est le seul qui puisse t’aider’. Mon âme était prête pour Jésus ! Après tout ce désespoir, je ressentis à nouveau l’espoir. Pour la première fois dans ma vie, j’ouvris mon cœur à Jésus-Christ.

Après deux essais manqués, je trouvai une bonne église pour louer Christ et obtins ma délivrance. Suite aux prières ferventes et aux jeûnes, le Saint-Esprit m’a conduit clairement vers l’église où il me voulait servir Dieu. Je me fis baptisé et soumis ma vie entière à Jésus. Dans son infinie miséricorde, j’ai été totalement délivré de tout esprit méchant. Ma délivrance est permanente et définitive.

Source : http://mahikariantichrist.org/2012/09/23/nightmarish-experience-as-a-sukyo-mahikari-kumite-initiate/

L’original de ce message est en anglais à l’adresse source ci-dessus. Cette copie est une traduction de Amour de Christ, administrateur du blog ‘Enfants du Paradis’ sur www.amourdechrist.com.

  

Autres ressources sur Mahikari

Témoignage de Françoise,  ex-mahikari, ex none catholique, ex rosicrucienne

Les vérités spirituelles (suite du témoignage).

 

Autres ressources sur le Culte des ancêtres

Témoignage de Hanna, ex Kung fu

Extraits de témoignages sur le culte des ancêtres

Le chrétien et le culte des ancêtres

Culte des ancêtres : l’idolâtrie dévoilée

 


[1] La Bible Belt, littéralement la ceinture de la Bible, est une zone géographique et sociologique des États-Unis dans laquelle vit un nombre élevé de personnes se réclamant d'un « protestantisme rigoriste », terme recevant la désignation de fondamentalisme chrétien dans la sphère américain

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bible_Belt